À la une Cultures

60 Adada
/ Un tas d’âmes

Anne Céline Penot
Anne Céline Penot

Qu’est-ce que l’âme ? Peut-on la sonder ? Sont-ce nos émotions qui la façonnent ou est-ce au contraire notre âme qui les téléguide toutes ? Et, après tout, que mettons-nous derrière le mot « âme » ? C’est à ces questions existentielles que tentent de répondre dix artistes du 60 Adada à travers l’exposition intimiste États d’âme État d’âmes qui se tiendra jusqu’au 3 décembre à la galerie d’art dionysienne. De la photographie à la gravure, en passant par la peinture et la sculpture, tous ces médiums chercheront à percer le mystère qui entoure cette insaisissable.

« Anima, c’est le souffle de la vie, introduit Anne-Céline Penot qui a chapeauté l’exposition. La société nous accule à ne former qu’un, en supprimant nos particularismes. Elle nous a appris à domestiquer nos états d’âme. La pratique de l’art permet de révéler ce que l’on ignorait sur nous-mêmes. » Alors que les émotions sont circonstancielles, éphémères, les états d’âme comme le défend la peintre, font partie de notre identité propre et perdure dans le temps. « Je suis intimement convaincue que nous sommes liés à là-haut, comme si nous faisions partie d’un tout, d’un état d’âmes. Une nation d’âmes en quelque sorte », renchérit Anne-Céline qui refuse l’idée de « hasard ». Elle expose d’ailleurs une gigantesque toile sur papier craft (notre photo) qu’elle avait réalisée il y a deux ans sans savoir que la femme peinte sur celle-ci, les pieds enracinés et la tête dans le ciel, allait entrer en résonance avec ces croyances qu’elle a récemment développées. « Le but de l’Homme, c’est d’être ancré à la Terre pour pouvoir mieux s’élever spirituellement », lâche-t-elle à voix basse.

Dans sa démarche de questionnement métaphysique elle n’est pas seule. Henri Bokilo et ses photographies d’ombres de lui-même, ses « multiples autres », lui emboîtent le pas. Tout comme les totems d’Olivier Rosenthal, les portraits en pied de Florent Bauche, les encres de Claire Kito, les collages de Claire Audiffret, les installations allégoriques de Liliane Charlemaine et Sarawasti Gramich ainsi que les peintures de Dijana Melvan qui fixe sur la toile la « musique intérieure » émanant de son âme. Tristan Félix, elle, a choisi de décliner neuf rehauts (technique de contraste en gravure) autour de ce thème et a peint de mystérieuses figures fantomatiques qui semblent vouloir entrer en communication. L’art nourrit l’âme, certes, mais de quelle façon ? La réponse se trouve à l’Adada. 


États d’âmeÉtat d’âmes au 60 Adada (60, rue Gabriel-Péri), du mercredi au samedi de 15h à 19h et le dimanche de 11h à 15h. Tél : 01 42 43 72 64. www.60adada.org

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur