À la une En ville

Agression au centre de loisirs
/ Un rassemblement pour refuser la violence

Près de 300 personnes se sont réunies ce matin pour manifester leur soutien aux personnels du centre de loisirs René-Descartes victimes d’une agression lundi 5 mars et dire leur refus des violences.
Ce vendredi 9 mars, rassemblement contre les violences devant l'école René-Descartes.
Ce vendredi 9 mars, rassemblement contre les violences devant l'école René-Descartes.

 


Un rassemblement « nécessaire » pour montrer que « le service public reste debout » et « crier ensemble l’inacceptable ». Ce vendredi 9 mars, environ 300 personnes - agents municipaux, élus, représentants syndicaux, parents d’élèves et habitants -  se sont réunies à 8h30 devant l’école René-Descartes pour dire « non aux violences » et manifester collectivement « solidarité et soutien » aux personnels comme aux usagers du centre de loisirs de cet établissement du Franc-Moisin, où quatre malfaiteurs cagoulés et armés ont fait irruption lundi 5 mars peu avant 18 heures.

Munis d’une arme de poing et de deux crosses de hockey, ils ont frappé la directrice et deux animateurs sous les yeux d’une quinzaine d’enfants avant de prendre la fuite, en emportant une tablette numérique et quelques effets personnels.

L’enquête a été confiée au commissariat de Saint-Denis, qui a diffusé un appel à témoins, garantissant l’anonymat à toute personne qui détiendrait des informations sur les auteurs de cette agression.

 

« Il y a là un pas dans l’infamie qui a été franchi en s’attaquant aux personnes qui s’occupent de nos enfants au sein même de ce qui devrait être un sanctuaire », ont déploré les parents de la FCPE de Saint-Denis« J’espère que l’enquête permettra l’arrestation des agresseurs et d’élucider leurs motivations », a réagi le député Stéphane Peu qui doute que le vol soit le seul mobile de « cet acte ignoble ». Si ces individus semblent vouloir « imposer leur loi, on ne se laissera pas intimider. On ne laissera pas des caïds faire la loi », a-t-il martelé.  

« N’ayons pas peur ! », a intimé une mère d’élève, profitant de ce rassemblement pour appeler tout un chacun à « se mobiliser pour dire non à cette violence qui rentre aujourd’hui dans l’école. Ne restons pas assis, ne soyons pas dans la fatalité. La fatalité c’est de ne rien dire. Et ne rien dire, c’est cautionner. Soyons mobilisés, soyons solidaires, car c’est tous ensemble qu’il faut défendre nos droits ! »

Loin d’être une finalité, ce rassemblement appelle aussi à « une prise de conscience », a fait valoir Laurent Russier. « Ce qui s’est passé est grave et doit être le commencement d’une façon nouvelle de voir la ville, de voir la sécurité, de voir l’éducation », a t-il martelé. Si « la question de l’enceinte scolaire se posera », ce n’est pas « en multipliant les grilles et les miradors qu’on règlera le problème d’une société qui va mal », estime le maire qui plaide pour un renforcement des moyens humains. « On a besoin de plus d’adultes dans nos écoles, de policiers qui circulent dans le quartier, d’éducateurs plus nombreux dans nos rues... L’école doit continuer d’être ce lieu où les enfants se sentent plus en sécurité qu’ailleurs. »

 

« L’école doit être sanctuarisée, l’école doit être protégée, a renchéri le député Stéphane Peu. Il n’est pas possible que par défaut de personnel, par limitation du nombre d’adultes dans les établissements scolaires, par déficience ou déficit d’effectifs de police ou de sécurité, on laisse l’école aussi perméable aux violences de la société avec tout ce que ça risque d’avoir comme conséquences pour l’avenir de nos enfants et de manière générale pour l’avenir de la société. »

Un message et des besoins que les élus comptent bien faire entendre au Préfet de Seine-Saint-Denis qui a accepté de recevoir une délégation ce lundi 12 mars à 11 heures.

La mobilisation doit se poursuivre mercredi 14 mars. A l'initiative des organisations syndicales et en accord avec la municipalité, cette nouvelle journée d'action, « Saint-Denis mobilisée face à la violence », vise à impliquer l'ensemble du personnel communal, le corps en enseignant, les associations de parents d'élèves et plus généralement les habitants. « Devant la gravité des faits », les syndicats apellent à participer « massivement » au rassemblement prévu à 12h devant la mairie, à la marche collective à 13h jusqu'à la Bourse du Travail et aux débats qui y seront organisés à partir de 14h.

Pour permettre la participation des personnels, l'ensemble des services municipaux seront - comme pour le rassemblement de ce vendredi matin - fermés.

« Il ne s'agit pas d'une journée de grève, que nous considérons contreproducative et inadaptée à la situation, précise la CGT dans son communiqué, mais d'une journée d'action exceptionnelle organisée conjointement avec la municipalité visant à défendre le service public et à garantir des conditions de travail dignes ainsi que la sécurité du personnel et des usagers. »

En réaction aussi à cette « terrible agression », une habitante a également lancé sur le site change.org la pétition « Halte au mépris ! Un plan national de lutte contre les violences » qui a recueilli 300 signatures en quelques heures.


Réactions

Stéphane Peu, l'archétype de l'apprenti pompier pyromane. Pendant des années, il nous a répété qu'il n'y avait pas de délinquance à Saint-Denis et que donc il était inutile de prendre des mesures pour lutter contre. Et aujourd'hui, il se réveille barbouillé parce que la délinquance est devenue trop visible pour qu'il puisse la nier !!!
Espérons que l'enquête qui a été diligentée par les services de police débouchera, pour une fois ,sur l'identification de ses auteurs et les "motivations "de cette agression ignoble. Les réseaux sociaux bruissent de rumeurs incontrôlées et invérifiables. Je partage l'avis du député Stéphane Peu, le vol d'une tablette à 3 sous et de quelques effets personnels ne peut être la raison unique de cette sauvagerie. Il faut que les langues se délient. Encore une fois attention à l'instrumentalisation à des fins électorales de ce drame, le, tous responsables, ne correspond pas à la réalité. Il faudrait que chacun mesure ses propos.
Comme le dit justement le post de Moinsdehaine, la récupération à des fins politiques des actes de violence devient insupportable et stérile . Les ultras de Lille, les mômes qui ont jetés 3 autres enfants dans le canal à Paris, sont ils aussi le fait des responsables locaux. Le justiciers de pacotille qui ont , semble-t-il la solution pour désamorcer ces actes de violence seraient bien avisés de la dévoiler. La violence est partout - Est-ce nouveau ou la communication, via les réseaux sociaux, la rend-elle plus transparente? Est-elle à l'origine d'une nouvelle violence par mimétisme , une forme de concours au plus méchant, comme on l'a vu sur le nombre de voitures brulées les 14 juillet? C'est une question, je n'ai pas la réponse.
Horta , il vous suffira de faire un petit tour des publications sur les 5 dernières années des médias et des réseaux sociaux pour corriger vos affirmations mensongères. Il me semble que Monsieur Peu il y a 1 ou 2 ans avait porté plainte contre l'état pour discrimination territoriale et mise en danger de la vie d'autrui ?. Très régulièrement et depuis longtemps la ville dénonce l'abandon des quartiers par les services publics et l'indigence des moyens mis à la disposition de la police et de la justice . Horta les citoyens ne sont pas dupes et ils supportent de moins en moins l'instrumentalisation à des fins politiques de ce qui leur pourri la vie. Ils savent qu'ils n'ont rien à attendre de vous.
Habitant St denis depuis 4 ans, j'ai essayé avec plusieurs nouveaux habitants de mobiliser les élus sur des choses basiques de sécurité mais en vain. On peut noter que l'état a délaissé certains territoires mais on ne peut pas être dans l'ambivalence perpétuelle lorsque l'on est élus.
Bonjour. @Moins de haine. D'accord pour l’arrêt de la récupération politique... Mais en attendant, on ne voit que leurs têtes. Deux communiqués ce matin (FI et EELV) ou ils se défaussent sur l'état mais rien sur leurs actions depuis les 20 dernières années. Le fait de porter plainte contre l'état de la part de S. PEU était un coup de communication. Avez vous eu des retours..? Non rien car juridiquement, elle était pas recevable. Si l'état ne souhaite plus s'investir. Pourquoi rendre service à l'état??? En soutenant les JO par exemple. En refusant les hôtels sociaux de la mairie de Paris, de construire les HLM que les autres villes riches ne veulent pas construire. Chacun doit prendre sa part, Saint Denis ne doit pas prendre la part des autres. PS: Rassurez vous, on attends rien des élus de la majorité. Ils sont obtus. Et c'est les habitants, les plus faibles, et les plus pauvres qui paient les conséquences de cette gabegie. Ils doivent changer de logiciel politique.
S.Peu l'homme aux 15 mandats depuis 2 décennies qui avait tout les leviers possible sur la ville a décidé de récupérer toute la misère sociale de l'IDF et de la concentrer sur St-Denis, résultat des courses, depuis plus de 10ans, St-Denis est la ville la plus criminogène de France et malgré cela, alors que tous les voyants étaient au rouge, malgré les alertes repeté des habitants et des associations, S. Peu a continué, pour bien-sur s'assurer un électorat. Tout le monde le sait car tout le monde le constate dans la rue, venir nous raconter que S.Peu lutte contre l'insécurité, c'est une insulte à toutes ces victimes, car derrière ces chiffres, ce sont des gens et des familles brisés..
Mala Kay, exaspérée. 9 mars, 06:29 · Non Non et Non!!! Comment réunir une ville sans dire la vérité. Ce ne sont pas que 3 animateurs agressés pour un simple vol de tablettes! Ils sont venus chercher les directions de l'accueil de loisirs! ils connaissaient leurs noms. Des animateurs ont été blessés car ils étaient sur leur passage. ils ont menacé d'une arme à feu et frappé à la tête de plusieurs coups de crosses le directeur adjoint et non pas un animateur! un jeune homme qui se donne corps et âme pour que les enfants de cette ville bénéficie du meilleur. Et frappé la directrice qui y assure ses fonctions depuis 25ans! Tout cela en présence d'enfants. Ils ont menacé de revenir. C'est pas un simple rackette. Pour ces délinquants c'est une conquête de territoire, voilà le motif! Il faut arrêter de faire bonne figure et minimiser les choses. On parle de vies humaines!!! On en a marre de devoir jouer à la ville modèle en raison des JO ou je ne sais quoi. JE VEUX RETROUVER MA VILLE, CELLE QUI M'A VU GRANDIR! Où JE POUVAIS SORTIR À TOUTE HEURE SANS PROBLEME. J'EN AI MARRE DE DEVOIR PASSER DEVANT DES DEALERS TOUTE LA JOURNÉE ET ETRE BERCÉ PAR DES "à l'affut devant"! jusqu'à quand tout ça?? Nos enfants n'ont ils pas le droit de grandir sereinement?
Ce n'est pourtant pas très compliqué à comprendre : Saint-Denis est la ville la plus dangereuse de France avec 16000 délits comptabilisés en 2017 (il faut au moins multiplié ce chiffre par 2 pour avoir une idée exacte de la situation, de nombreuses personnes ne portant même plus plainte !). Cela n'empêche pas certains élus donneurs de leçons de nous expliquer que le souci ce ne sont pas les délits et les délinquants ... mais les violences policières ... source donnée : https://www.leglobetrotteur.fr/magazine/les-7-villes-les-plus-dangereuses-de-france/
@tiv Votre tentative de sauver la municipalité de Saint-Denis est pathétique. Connaissez-vous d'autres villes où la délinquance a atteint un tel niveau ? La municipalité n'est-elle pas responsable de la paupérisation de Saint-Denis en ayant construit des HLM à tour de bras au détriment de l'installation d'une classe moyenne ? N'est-elle pas responsable d'avoir laissé se dégrader l'habitat sans réagir ? D'avoir laissé s'installer le trafic de drogue sans réagir, sans même lancer des occupations sauvages comme elle se le faire pour d'autres causes ? N'est-elle pas coupable d'avoir pactisé avec le Rroms installés illégalement pour pouvoir s'assurer d'un vote favorable aux élections municipales ? N'est-elle pas coupable de refuser de constituer une police municipale efficace et au besoin armée et en mesure de s'occuper d'une ville de 110.000 habitants et où des dizaines de milliers de personnes viennent quotidiennement travailler ? N'est-elle pas coupable d'avoir aider la police nationale à lutter contre les trafics et la délinquance au lieu de les insulter ? N'est-elle pas coupable d'avoir laisser les islamistes occuper le terrain en "privatisant" certains quartiers, en ouvrant des écoles coraniques illégales et en laissant un élu municipal justifier l'injustifiable ? N'est-elle pas coupable d'avoir laissé se dégrader l'environnement à Saint-Denis en laissant faire les dépôts sauvages d'ordure, laisser les fast-food inonder les trottoirs de leur déchets ?
Saint Denis a pris la structure socio-culturelle d'une ville du tiers monde comme Rio de Janeiro où c'est instauré un fascisme urbain avec une violence institutionnalisée par le laxisme des autorités municipales et régionales existant depuis 30 ans. Ce n'est plus une ville populaire mais une ville de pauvres où la misère est devenu un business politique. La preuve, ici dans cet article, certains élus ont le culot de récupérer politiquement la situation en leur faveur, en se défaussant de leurs responsabilités d'avoir paupériser cette ville sur 30 ans. Il est vrai que les gens pauvres sont plus influençables à la pensée unique que ceux des classes moyennes. La pensée unique consiste à dire que nous les élus nous faisons parti des gentils et que l'état fait parti des méchants. Votez donc pour les gentils!!!!
Les élus constatent l'insécurité et la baisse des moyens engagés par l'état dans pour garantir la sécurité. Toutefois, il me semble que cela n'est pas nouveau et que nos élus pour le coup en place depuis très(trop) longtemps ne font pas grand chose quand d'autres villes ont fait le choix d'une police municipale forte. Pour rappel, dans les attributions du Maire : "Le maire doit veiller, à travers ses pouvoirs de police, à assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique dans sa commune. C’est une mission polyvalente qui le conduit à intervenir dans des domaines très divers (stationnement des véhicules, lutte contre le bruit, sécurité des établissements recevant du public, sécurité des activités sportives, etc.). Cette intervention peut se faire dans le cadre de la police générale ou d’une police spéciale. Quelque soit l’hypothèse d’intervention, cette dernière doit respecter certains principes." Je me souviens d'une bagarre entre 2 mamans lors d'une fête de fin d'année à l'école des Drapiers, lorsque la police est arrivée en nombre, les fonctionnaires de police se sont quasiment fait insulter, on leur a dit que c'était disproportionné et qu'ils allaient effrayer les enfants. Les élus qui réclament aujourd'hui plus de policiers ne sont-ils pas ceux qui s'opposaient à la vidéo surveillance, au maintien de l'état d'urgence et globalement à la répression. Etrange que cette fois, ils ne nous aient pas demandé de comprendre comment ces agresseurs avaient pu en arriver à un tel acte.
@Renaud Ils vont bientôt nous envoyé un de leur pseudo-expert pour nous expliquer que c'est pas de la faute des voyous, dealers, violeurs...mais de la crise, la société...Bizarrement la crise et la société agit différemment sur les jeunes des autres villes, seul St-Denis reste et perdure championne de la criminalité. Et bien entendu ces pseudo-expert propagandiste seront à nos frais.
Horta Abdel pour essayer de vous informer avec objectivité ,je vous invite à vous connecter. Pour Azzedine qui ne manque jamais de fustiger mensonges à l'appui l'inaction de la ville. https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/seine-saint-denis-l-office-hlm-au-tribunal-pour-obtenir-des-renforts-de-police-1521137242
Bonjour. @Moins de haine. Je l'ai déjà dit, cette action n'est basée sur aucun texte juridique ni jurisprudence. C'est un coup de communication. Bien orchestré je l'avoue, mais il n'aboutira à rien. Comme les gesticulations des élus. Un élu est la pour agir et décider au prix de perdre sa place. Ceux de la ville sont de la bonhomie et font copain copain, mais n'agissent pas en profondeur. Sur les racines du mal. Leurs slogans :Pauvres restez pauvres, on dirait la folie des grandeurs. Saint Denis n'a pas pour vocation à rester uniquement populaire. Ce n'est pas QUE ça.
@Moins de haine Pour mon objectivité, il me suffit d'ouvrir la fenêtre et de sortir..Vous pouvez me raconter la propagande que vous voulez, pendant le temps que vous voulez, il me reste mes yeux pour constater et malheureusement pour vous j'ai 10/10 au niveau de mes yeux et j'ai besoin de personne pour m'expliquer ce que je vois depuis 20ans dans cette ville.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.