À la une En ville

Stéphane Peu
/ Un dernier préau pour fêter ça

Le nouveau député a réuni ses soutiens le 1er juillet pour partager la victoire.
Plusieurs centaines de personnes samedi à Jean Vilar
Plusieurs centaines de personnes samedi à Jean Vilar

Des réunions, Stéphane Peu en a organisées de nombreuses dans les derniers mois. Mais, celle du 1er juillet 2017  sonnait l’happy end d’une campagne longue durée et tout terrain marquée par la tenue d’un premier meeting tenu exactement un an plus tôt, le 1er juillet 2016.

Samedi, dans un préau de l’école Jean-Vilar copieusement garni, le nouveau député a pris la parole avant que les assiettes et les verres en plastique ne remplacent le micro. Dans ce discours entamé par des remerciements aux militants, parmi lesquels les jeunes et les femmes ont joué un rôle de premier plan, M.Peu s’en est pris au « comportement monarchique de Macron », précisant alors qu’il serait au nombre des boycotteurs du congrès de Versailles. Il a aussi dénoncé « la lois travail XXL » en préparation, comparé le gouvernement à « un conseil d’administration violent contre les salariés » et fait remarquer qu’il avait déjà manifesté à quatre reprises depuis son élection, que ce soit avec les salariés de Tati ou les enseignants.

S’agissant de son mandat, Stéphane Peu a indiqué qu’il ferait partie de la commission des lois. Le député affilié au groupe communiste a regretté qu’il n’y ait pas de groupe commun avec la France Insoumise et annoncé qu’il ferait partie, avec d’autres députés communistes, d’un « comité de liaison » avec le groupe présidé par Jean-Luc Mélenchon. Rappelant qu’il venait de démissionner de ses postes d’adjoint au maire, de vice-président de Plaine Commune et de président de Plaine Commune Habitat, il a donné rendez-vous en septembre pour mettre en place « un comité de suivi » en charge de contrôler son action parlementaire. Ce lieu destiné à rendre des comptes au fil du mandat était un engagement de campagne.   

Réactions

Lundi 3 juillet 2017 le groupe communiste à l'Assemblée Nationale a-t-il déposé avant 17h des amendements au projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social ? Devant les micros et les caméras de télévision le groupe communiste fait du spectacle et pretené s'opposer au Chef de l'État mais dans les faits veut-il réellement gêner l'adoption des lois prévues dans le programme d'Emmanuel Macron ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.