Sports

Saint-Denis Émotion a 15 ans
/ Un anniversaire jusqu’au bout de la nuit

Afin de fêter dignement la quinzième année du club, Saint-Denis Émotion avait organisé le mercredi 13 juin son premier Midi-Minuit. Un événement sportif qui rassemblait entreprises, enfants et sportifs de haut niveau.
(©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis
(©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis

Il est 19h30 ce mercredi 13 juin, lorsque, pour la énième fois, Thierry Vernet est appelé au pied du podium. Ce coup-ci, le président de Saint-Denis Émotion (SDE) est sollicité pour remettre les récompenses du 100 mètres minimes. Depuis midi, lui et son équipe sont au four et au moulin pour faire en sorte que la première édition du Midi-Minuitse déroule au mieux. « Pour l’instant, nous sommes dans les temps, souffle-t-il, après une tape amicale à l’un des juges-arbitres de la journée. C’est une première expérience très concluante et un joli cadeau d’anniversaire. » Car si ce plateau sportif particulier a vu le jour, c’est surtout pour souffler la quinzième bougie du SDE. « On voulait vraiment marquer le coup, explique Thierry Vernet. C’est Joël Hegesippe qui nous a soumis l’idée. Avec les membres du bureau, on s’est dit “soyons fous” ! » Le principal intéressé, directeur technique du club, a découvert cette formule au-delà des frontières. « Quand j’étais athlète, j’ai fait un meeting en Belgique et j’ai vu une partie commencer en début de journée pour finir à minuit. J’avais trouvé ça original et vraiment intéressant. »

Entreprises et champion d’Afrique 

Pour l’occasion, le club avait donné rendez-vous dès la pause-déjeuner sur le terrain annexe du Stade de France à différentes entreprises de la Ville, onze au total, pour un concours à plusieurs épreuves. Ensuite, la centaine d’enfants de l’École municipale des sports prenait le relais sur la piste. « Certains sont inscrits au judo ou au football mais cette journée leur permet de découvrir des disciplines comme le lancer ou le saut en longueur », détaille Alioune Junior Ndiaye, l’un des encadrants du club.

À 17 h, le côté ludique de l’événement laissait place à la compétition et au gratin francilien d’horizon 2024, une initiative de la Fédération ayant pour objectif d’identifier les jeunes performants au niveau national. C’est le cas de Whitney Tie, licenciée au SDE depuis six ans et qui en aura 25 lors des Jeux Olympiques et paralympiques 2024. « Ce serait un rêve de pouvoir y participer, surtout à la maison. C’est bien que le club organise ce genre de meeting, ça permet aussi de faire découvrir l’athlétisme à un plus grand nombre. »

Pour clôturer la journée, le meeting réunissait de nombreux athlètes nationaux et internationaux, avec notamment la présence du Burkinabé Hugues Fabrice Zango, recordman d’Afrique du triple saut. « On a réalisé une belle campagne publicitaire depuis plusieurs mois afin d’attirer du beau monde, se réjouissait Joël Hegesippe à la fin de la soirée. Maintenant, l’objectif sera de pérenniser l’événement et de le prolonger chaque année jusqu’à l’échéance des JOP 2024. »

Alexandre Rabia

La finale encore dans toutes les têtes !

Un mois après le maintien en Nationale 1, les dirigeants de SDE n’en revenaient toujours pas de l’exploit réalisé. « Saint-Denis Émotion est le petit village gaulois de l’athlétisme ou le Petit Poucet de la Coupe de France ! Aujourd’hui, ça fait quinze ans que le club est une fierté, s’enthousiasmait le président Thierry Vernet. Lorsqu’on a créé le club, on était le 3 500e sur la liste. Maintenant, on est dans les soixante-quatre meilleurs de France. » Ce Midi-Minuit était donc l’occasion rêvée pour féliciter tous les acteurs de cet exploit historique. « Nous avons le mérite en compétition de ne rencontrer que des grandes équipes, et je tiens à tirer mon chapeau à tous les athlètes qui ont participé de près ou de loin à ce fabuleux résultat. »

AR

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur