À la une En ville

Emploi
/ Uber, la fin de l’Eldorado

Le gouvernement vient d’annoncer le report de trois mois de la loi Grandguillaume censée mettre fin au détournement du statut Loti (1). Une mauvaise nouvelle pour les chauffeurs VTC dionysiens qui dénoncent le miroir aux alouettes vanté par Uber.
Pour gagner tout juste correctement sa vie en tant que chauffeur Uber, il faut faire beaucoup d'heures
Pour gagner tout juste correctement sa vie en tant que chauffeur Uber, il faut faire beaucoup d'heures

« À l’époque, il suffisait de se connecter à l’appli Uber pour gagner 42 euros de l’heure, que l’on conduise ou pas, se souvient le Dionysien Ahmed (2)qui touchait à l’époque « des salaires de 5 000 euros (3) ». C’est ainsi que l’entreprise californienne incitait les chauffeurs à se connecter quand elle a fait son entrée sur le marché parisien fin 2011. Mais l’âge d’or sera de courte durée. En octobre 2015, Uber baisse ses tarifs à Paris de 20 %, avant d’augmenter sa commission (passée de 20 à 25 %) fin 2016. « Aujourd’hui, je gagne 1 000 euros (3) par mois en travaillant 70 heures par semaine. C’est impossible d’être rentable si tu déclares toutes tes courses. Je suis obligé de tricher pour m’en sortir »,confesse Ahmed qui fait « 2 000 euros supplémentaires au black par mois ». Quand on évoque son futur, sa voix se brise comme si les larmes étaient sur le point de couler. « Je n’ai pas de couverture sociale, je ne cotise pas pour ma retraite… Je n’ai rien, rien, rien… Si je suis victime d’un malaise, je mets ma famille et mes enfants dans la merde. Je suis un clandestin. Sauf que le clandestin bénéficie d’une aide médicale d’État... »

Salaire divisé par deux en trois ans

D’autres chauffeurs, comme Loïc, un Dionysien de 36 ans, ont vu leur salaire divisé par deux en l’espace de trois ans. « Quand j’ai démarré début 2015, je gagnais sans forcer 2 500 à 3 000 euros par mois (3). Aujourd’hui, je travaille 12 heures par jour, 7 jours sur 7 pour 1 200 à et 1 500 euros à la fin du mois. » Loïc ne s’en sortirait pas sans les « courses perso » (sans passer par les plateformes, ndlr) qui représentent 30 % de son chiffre d’affaires. Il en veut à Uber qui« a vendu du rêve aux chauffeurs. Ils disaient qu’on gagnerait 4 000 à 5 000 euros par mois. Mais il s’agissait du chiffre d’affaires et non du salaire net à la fin du mois. On a été trahis. » Comme de nombreux conducteurs, Loïc s’est retrouvé pieds et poings liés suite à l’achat de son véhicule à crédit : « La plupart se sont endettés pour acheter un véhicule et se retrouvent piégés, obligés de travailler pour les plateformes pour rembourser leur crédit. J’aimerais arrêter ce métier, mais je ne peux pas. C’est un suicide de se lancer en tant que chauffeur aujourd’hui. »

Les plateforme séduisent moins

Pour certains, l’aventure Uber s’est transformée en descente aux enfers. À l’image d’un jeune chauffeur dionysien rencontré par Loïc lors d’une manifestation. « Il était très remonté contre Uber, il voulait tout casser. Il m’a raconté qu’il avait tout perdu du jour au lendemain : sa femme, sa maison, sa voiture. Il avait acheté une voiture à 70 000 euros, juste avant qu’Uber n’augmente sa commission. Il ne pouvait plus payer le crédit de sa voiture ni de sa maison. Sa femme a divorcé… » Des histoires de ce genre, les jeunes des banlieues populaires en ont entendu des centaines. De quoi refroidir les ardeurs des chômeurs sans diplôme qui étaient autrefois séduits par le discours des plateformes vantant cette ruée vers l’or des temps modernes.« Le bouche à oreille a fini par fonctionner, estime Loïc. Beaucoup ont vu les manifestations des chauffeurs et les reportages à la télé. Ils savent désormais que ce n’est pas rentable de travailler avec les plateformes, si bien que les sociétés capacitaires Loti (1) ont du mal à recruter. » Loïc attend désormais avec impatience l’entrée en vigueur de la loi Grandguillaume qui interdira aux chauffeurs Loti (1) d'avoir une activité de VTC, ce qui devrait réduire le nombre de conducteurs sur le marché. Mais l’application de la loi, initialement prévue le 1er janvier 2018, vient d’être repoussée de trois mois par le gouvernement. Un nouveau coup dur pour Ahmed et Loïc qui espéraient enfin voir la lumière au bout du tunnel. 

Julien Moschetti

(1) Les Loti sont les conducteurs de transport collectif à la demande.

(2) Tous les prénoms ont été modifiés.

(3) Commissions et charges déduites.

Réactions

Uber investit un milliard de dollars dans les voitures autonomes. Uber a déjà programmé la fin des contrats avec ses chauffeurs vtc (sans prévenir ceux-ci). En 2017, aux États-Unis d'Amérique, le plein emploi est réalisé pour les chauffeurs-routiers. Dans quelques années la société Tesla fabriquera des camions ayant un niveau cinq d'autonomie (hands off eyes off) et en vendra dans le monde entier. On estime que 3,5 millions chauffeurs-routiers américains perdront leur emploi. Personne n'en informe ceux-ci. Même chose en France pour les chauffeurs-routiers français. L'intelligence artificielle créera aussi des millions d'emplois. Plaine Commune doit anticiper cette mutation technologique. Plaine Commune doit investir dans l'intelligence artificielle.
Bonjour. @lecteur-jsd Est ce que vous avez déjà vu plaine commune anticiper quoi ce soit? De bénéfique pour les habitants j'entends bien... La densification et toutes ces conséquences (gestion des infrastructures, bien être, cadre de vie...). Et l'exemple des JO en sera le parfais exemple. Plaine Commune et anticiper dans la même phrase... C'est pas possible. Pour revenir à UBER, c'est la société rêvé de tous bon capitaliste... du 19ème siècle. Car c'est les chauffeurs travaillant pour uber sont des tacherons. Payé à la pièce. Des très pauvres qui s'appauvrissent en travaillant. Elle est pas belle la vie.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur