Cultures

Festival de Saint-Denis et Métis
/ Trois monstres sacrés pour deux sacrées créations

Quel point commun entre Bowie, Mandela et Ghandi ? Leurs souvenirs sont convoqués sous la nef de la basilique en ce mois de juin pour deux créations événements.
Gandhi, Mandela et Bowie.
Gandhi, Mandela et Bowie.

En juin, le temps de deux soirées musicales d’envergure sous les voûtes majestueuses de la basilique, le Festival de Saint-Denis (FSD) et Métis (organisé par Plaine Commune) ressusciteront trois grands noms, trois personnalités légendaires qui ont marqué notre siècle et le précédent. L’artiste britannique David Bowie, l’ancien chef d’État sud-africain Nelson Mandela et le guide de l’indépendance indienne Gandhi. Quand le classique s’empare de l’aura de trois monstres sacrés, la magie ne peut qu’opérer. Premier temps fort de cette triple célébration : le concert exclusif David Bowie-Blackstar, qui se déroule mercredi 20 juin, à 20 h 30.

Blackstar revisité par des voix féminines

Dirigé par le chef d’orchestre allemand André de Ridder, avec la complicité du musicien et compositeur américain, Jherek Bischoff, ce concert-hommage est aussi une nouvelle interprétation de Blackstar, l’ultime album du génial David Bowie. Sorti le 8 janvier 2016, deux jours avant la mort de celui qu’on surnommait aussi « Thin White Duke », Blackstar est un disque expérimental à l’inspiration jazz et pop. Dans le cadre du festival dionysien, cet opus de sept titres est revisité et porté par quatre voix féminines – celles des Françaises Jeanne Added, Laetitia Sandier, de l’Anglaise Anna Calvi et de l’Autrichienne Anja Plaschg – aux mélodies rock, sombres et puissantes.

Ces quatre artistes seront accompagnées par l’orchestre aux influences plurielles, Stargaze. Ce n’est pas la première fois que ce collectif de musiciens basé à Berlin pose ses accords originaux sur l’univers hors-norme de Bowie. En 2016, l’ensemble participe, au côté du directeur artistique André de Ridder, à un concert-hommage à l’interprète de Life On Mars, lors des BCC Proms, au Royaume-Uni. Faire résonner David Bowie dans la basilique relèvera de l’odyssée sonore.

Chants zoulous et tradition indienne

« Le centenaire de la naissance de Nelson Mandela est l’occasion pour Métis de partir cette année pour l’Afrique du Sud, grand pays musical », explique la directrice du Festival de Saint-Denis, Nathalie Rappaport dans son édito de présentation de l’événement. Direction Durban, donc. Vendredi 22 juin, à 20 h 30, le concert Durban Mix, créé pour le festival Métis, met à l’honneur la ville la plus indienne d’Afrique du Sud. Durban où vécu le Mahatma Gandhi durant vingt ans, de 1893 à 1915. Le célèbre théoricien de la paix et de la non-violence a d’ailleurs fortement inspiré l’homme politique Nelson Mandela, dans son approche de la lutte contre l’apartheid.

Voilà pourquoi la création Métis 2018 propose cette rencontre inattendue entre chants d’émancipation sud-africains et musique traditionnelle indienne. Un tableau conduit par un jeune maestro originaire de Birmingham. Alpesh Chauhan, chef principal du Filarmonica Arturo Toscanini à Parme, dirigera pour l’occasion l’Orchestre national d’Île-de-France. Lui, dont les parents sont nés dans l’Est africain, apportera ici un regard nouveau sur une Afrique du Sud à la palette musicale prolifique. Ouvrir ce concert-hommage par la chanson de Johnny Clegg Asimbonanga n’est-il pas un signe fort ? Ce titre engagé sera interprété par le chœur d’hommes Mpumalanga White Birds. Originaire du township de Mpumalanga, non loin de Durban, cet ensemble s’inspire d’un chant syncrétique, l’Isicathamiya, un style a capella zoulou. Pour clore la soirée musicale, ce sont les mêmes Mpumalanga White Birds qui chanteront en hommage à Winnie Mandela, l’ex femme de Madiba, décédée le 2 avril 2018.

Yslande Bossé

David Bowie-Blackstar mercredi 20 juin, à 20 h 30, à la basilique (1, rue de la Légion-d’Honneur). Tarifs : de 17 € à 45 €. Durban Mix vendredi 22 juin,
à 20 h 30, création Métis à la basilique. Tarifs : de 17 € à 45 €. Billetterie : 01 48 13 06 07. www.festival-saint-denis.com ou www.metis-plainecommune.com
Pour la Journée mondiale des réfugiés, l’ensemble interculturel Orpheus XXI, composé de musiciens professionnels réfugiés et d’un chœur d’enfants des Restos du Cœur de Saint-Denis, se produira au musée d’arts et d’histoire (22 bis, rue Gabriel-Péri). Jordi Savall sera à la direction. Entrée libre sur réservation au 01 48 13 06 07. Mercredi 20 juin à 16 h 30.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur