Cultures

Quartier Pleyel
/ Terrain (de foot) d’entente

Un tournoi de football théâtralisé, telle est la forme originale mise en œuvre pour récolter les attentes des habitants de Pleyel à l’orée des chantiers des JOP 2024 et du Grand Paris Express.

C’était le jour J, le coup de sifflet final, le point d’orgue de deux ans d’échanges menés par les collectifs Cuesta et Gongle avec les habitants du quartier Pleyel. Samedi 23 juin, se tenait la Grande Rencontre de To but or not to but (football théâtralisé) dans le gymnase Aimée-Lallemant. Les dix équipes participantes représentaient habitants et salariés du secteur mais aussi la Ville de Saint-Denis et Plaine Commune, les deux commanditaires du projet de consultation baptisé « Le terrain, le joueur et le consultant » dans lequel s’inscrit la Grande Rencontre. Ce tournoi était l’occasion de reformuler dans un cadre convivial les attentes des habitants de Pleyel.

« Notre objectif premier était de faire entendre en direct toutes les paroles. En réalité, ce tournoi est une assemblée politique. L’autre objectif était d’offrir et de créer un moment convivial et de forte cohésion parce que cela manque dans le quartier », confie Alexandra Cohen, de la coopérative culturelle Cuesta,avant d’ajouter : « De ce que nous avons observé, les habitants veulent plus d’espaces verts, de commerces et d’espaces pour la jeunesse que ce soit en équipements sportifs extérieurs ou, par exemple, une médiathèque. Ils souhaitent des espaces pour se rencontrer, se réunir. Actuellement, l’antenne jeunesse joue ce rôle mais elle est saturée. Globalement, c’est un quartier agréable à vivre car pas trop dense en comparaison d’autres secteurs de Saint-Denis. Pour autant, les habitants regrettent le côté morcelé de Pleyel avec plusieurs îlots et le manque de lieux de réunion. »

Aussi, avec les chantiers liés aux Jeux olympiques et paralympiques 2024 et au Grand Paris Express, les riverains ont la crainte de se voir déposséder de leur quartier : l’ombre de la gentrification plane. Beaucoup se demandent si eux ou même leurs enfants pourront bénéficier des ouvrages en cours dont certains s’achèveront en 2030. La Grande Rencontre a permis l’expression de certaines inquiétudes et donné lieu à des confrontations directes. Interviewée sur le bord du terrain quant au projet d’aménagement de l’A86, Rosa, la capitaine de l’équipe des Défenseurs de la Butte (un talus boisé qui fait écran à l’autoroute), dénonce l’opacité des décisions prises autour de l’aménagement de l’A86 : « De mon point de vue, je n’ai pas eu trop de réponses ; avec les concertations j’ai l’impression que cela tourne en rond et quand [l’aménagement] va arriver ce sera le couperet. Personne ne va toucher à notre butte ! », prévient-elle.

Pierre, de l’équipe de la Mission Publique, répond au micro et souligne la qualité défensive des Défenseurs de la Butte : « Ils ont fait un travail remarquable. Nous avons exploré le champ des possibles et nous avons mené à leur demande un prolongement de la concertation avec des techniciens et les services de l’État.Au terme des deux réunions nous nous sommes entendus sur un certain nombre de principes. Nous n’avons pu accepter l’entièreté de la variante du projet pour des questions techniques. Néanmoins, nous avons repris un certain nombre de principes comme l’écartement du boulevard Anatole-France qui passait très près des maisons et des écoles. C’est une vraie victoire pour les défenseurs de la Butte, concède-t-il. Il y avait dans le projet initial de la mission publique un axe est-ouest qui se retrouvait derrière une maison de la rue du Docteur-Poiré et qui n’existe plus dans la dernière version de l’échangeur. »

3e mi-temps

Après ces deux années de discussion, l’heure est à la 3e mi-temps avec à la rentrée un temps de bilan mené avec des chercheurs pluridisciplinaires (géographie, sciences politiques, urbanisme…) de la Maison des sciences de l’homme. « Des bilans seront établis avec les habitants, les associations et les commanditaires, dévoile Alexandra Cohen. L’enjeu est de savoir comment cette action que nous avons menée va permettre de nourrir le projet urbain. » Affaire à suivre donc.

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur