À la une En ville

Reportage
/ Suger le jour d’après les gardes à vue

Devant le lycée Suger, jeudi 9 mars.
Devant le lycée Suger, jeudi 9 mars.

Jeudi 9 mars, de 8 heures à 9 heures, tout est calme devant le lycée Suger, mais rien n’est habituel. Des véhicules de police vont et viennent, des policiers à cheval font le tour du pâté de maisons, les élèves ne savent pas sur quel pied danser : entrer au lycée ou pas. Des parents sont présents devant les grilles, des mères de famille surtout, venues demander des explications à la direction suite aux gardes à vue après des actes de violence dans l’établissement. Pourquoi avoir fait sortir les élèves dans la rue et ne pas les avoir gardés à l’intérieur ? Pourquoi l’avoir fait dans des conditions non maîtrisées ? Pourquoi avoir coupé l’alarme incendie alors que des départs de feu ont eu lieu ? Voilà en substance les questions posées par les parents qui veulent être reçus par la proviseure. Dans un communiqué, le maire de Saint-Denis s'interroge également.

Les « darones », comme elles se désignent elles-mêmes, montrent aux journalistes des vidéos des arrestations policières musclées, intervenues la veille, et dénoncent le traitement réservé à leurs enfants pendant parfois une trentaine d’heures de garde à vue. L’un des 55 lycéens arrêtés dit s’être fait traiter de « fils de chien » au commissariat et avoir assisté à des matraquages en règle. Le témoignage ne s’arrête là : un de ses copains lui demande « de ne pas parler à la télé, ni aux journaux », signe d’un rejet profond de ceux qui incarnent aux yeux de certains jeunes un système qu’ils exècrent sans nuance.

Vers 10h20, la situation est sur le point de dégénérer : dans des rues adjacentes, la police arrête un lycéen en possession de cocktails Molotov, ainsi que trois étudiants de Paris 8, interpellés pour « dégradation » suite à des graffitis contre les violences policières. Quelques adultes, aidés par les élus Stéphane Peu et Cherifa Zidane, parviennent à convaincre les lycéens de rester sur l’esplanade de l’établissement, de ne pas s’attrouper face à quatre policiers à cheval, puis de rentrer dans la cour du lycée. Une femme, pleurant de rage, implore : « S’il-vous-plaît rentrez dans la cour du lycée. J’ai quitté mon travail pour vous, je n’ai pas dormi de la nuit. On est épuisés. Il ne faut plus qu’il y ait d’autres violences. On est là pour se battre ensemble. »

En début d'après-midi, sept jeunes filles ont été arrêtées aux abords du lycée Bartholdi et placées en garde à vue après avoir jeté des projectiles contre cet établissement.

Après cette semaine particulièrement violente et mouvementée, une réunion rassemblant élus de la Ville, parents d'élèves, équipes enseignantes et directions de l'ensemble des établissements est prévue lundi midi à la Bourse du travail.


Réactions

Toujours la même chose, on change de maire mais c'est toujours la faute de l'état, en l'occurrence l'administration du lycée. Sinon rien sur les lycéens casseurs, dont certains du lycée Suger, qui ont dévastés le lycée, le mobilier urbain, lancé des cocktail molotov et autres projectiles contre les forces de l'ordre. Marine Le Pen vous remercie de faire sa campagne électorale !
@Horta Oui mais quand on interroge l'état représenté par leur championne Najat Belkacem, celle-ci répond que c'est de la faute de Fillon et Marine Le pen.???? Ils font leur manigance électorale sur le dos des habitants et renvoie la faute aux personnes diabolisé par tous les médias et qui n'a que rarement un droit de réponse.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.