Cultures

Coopération
/ Soutenir les Palestiniens d’Al Khader

Coincée entre la ville sainte de Bethléem, les bassins de Salomon en voie d'assèchement et le mur de séparation, la ville d’Al Khader tente tant bien que mal de résister à la colonisation israélienne. Si l’expansionnisme dévorant de l’État hébreux est visible en surface (mur, checkpoints, constructions d’habitations pour les colons), une autre bataille se mène en souterrain. Ce n’est pas un hasard si à la délégation de la Ville de Saint-Denis en déplacement en Israël ont été associées Sonia Pignot, adjointe à la culture, et Nicole Rodrigues, directrice de l’Unité d’archéologie de la Ville. Avec le maire Laurent Russier et Kader Chibane, élu aux relations internationales et à la coopération décentralisée, elles ont pris part à un voyage de cinq jours en vue d’une collaboration future avec la ville palestinienne. « La question du patrimoine et de la culture pourrait paraître anecdotique mais elle est profondément politique sur ce territoire, avance Sonia Pignot. Il y avait un peuple avant la Nakba (littéralement la « catastrophe » qui correspond à l’expulsion en 1948 de 700 000 Palestiniens de leurs terres, ndlr). Le projet sioniste est d’effacer cette mémoire, ce patrimoine et cette culture. » Nicole Rodrigues abonde dans son sens. « Ce qui m’a marquée, c’est la transformation du paysage, de l’horizon. Les implantations transforment le désert en fortin, témoigne l’archéologue qui s’était déjà rendue en Israël vingt ans auparavant. Avec le projet archéologique territoire et citoyenneté, on voit les repères que comporte l’archéologie. Les vestiges ont une force décuplée. Ils sont la preuve de la présence de familles et de villages qui ont été désertés il y a dix ans seulement, voire moins… »

Sur place, la délégation a rencontré l’association israélienne De-colonizer qui recense les villages renommés ou détruits en partie ou en totalité depuis 1948. « À Tel-Aviv, les baigneurs nagent sur d’anciens villages de Jaffa, relate Sonia Pignot. Les Israéliens ont fait venir des essences qui n’existaient pas sur le territoire palestinien pour planter des forêts sur d’anciens villages. On constate aussi qu’il y a une disparition des savoir-faire qui s’opère. L’exploitation viticole d’Al Khader fait 25 000 hectares, mais elle est amputée de 15 000 hectares à cause du mur. »

Difficile face à ce constat de rester de marbre. « Nous voulons faire venir des Palestiniens à la Foire des savoir-faire pour leur montrer notre travail de valorisation du patrimoine et le chantier de la flèche, car à Al-Khader il y a beaucoup de tailleurs de pierre », annonce l’adjointe à la culture. « Ce n’est pas une coopération scientifique car ils ont tout ce qu’il faut, mais plutôt un travail sur le contour, sur la réappropriation des gens de leur propre histoire », ajoute Mme Rodrigues.

MLo

Réactions

Je suis toujours étonné quand j'observe les photos de réunions publiques comme cette photo, c'est l'absence de la diversité dionysienne ... Les élus devraient méditer sur la distance qui les séparent de la triste réalité du quotidien !!! Ceci étant précisé, le sujet développé dans cet article, même si il est redondant avec l'autre, est intéressant ...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur