@ vous

Sécurité et hygiène en secteur pédiatrique
/ Situation scandaleuse à laquelle les usagers du centre hospitalier de Saint-Denis sont confrontés en pédiatrie A.

Nom ou initiales: 
L.T

Veuillez trouver ci-joint le courrier adressé à Mme DI NATALE directrice générale de L’Hôpital Delafontaine, concernant la situation scandaleuse à laquelle les usagers du centre hospitalier de Saint-Denis sont confrontés en pédiatrie A.

Madame la Directrice,
Mon fils A a été hospitalisé du 13/01/18 au 16/01/18 en pédiatrie A (0- 3 ans).
Je tiens à interpeller votre responsabilité de Chef d’établissement quant aux conditions d’accueil déplorables de ce service et le manque d’hygiène infligé aux parents qui souhaitent rester auprès de son enfant la nuit (comme l’autorise la Charte européenne de l’enfant hospitalisé de 1988 – UNESCO).
L’article 3 mentionne ceci : « On encouragera les parents à rester auprès de leur enfant et on leur offrira pour cela toutes les facilités matérielles ».
Vous n’êtes pas sans ignorer que seul un drap est offert pour que le parent dorme par terre ! Oui par terre Madame la Directrice, sans matelas, juste un drap sur le béton, de surcroît en hiver (voir photos ci-jointes). Accepteriez-vous ces conditions pour vous-même Madame ?
Devant mon étonnement et une certaine réticence je le consens à me coucher à même le sol et me voir ainsi réduite au statut d’animal, l’infirmière du soir a jugé bon d’ajouter, je cite : « il vaut mieux qu’un parent reste pour la sécurité de votre fils »… «On a trop de travail, on pourra pas toujours le surveiller et il pourrait passer par-dessus la barrière ».
Cet argument pour le moins préoccupant montre un professionnalisme qui laisse perplexe…
Bien évidemment je suis restée en faisant abstraction de l’aspect peu hygiénique d’un couchage au sol où tous les soignants passent de chambre en chambre et véhiculent ainsi toute sorte d’agent pathogène.
J’ai profité pleinement des nuisances de nuit : lumières allumées dans le service sans discontinuer alors que les cloisons des box sont vitrées… cris, rires ou discussions du personnel…sacs poubelle accrochés aux poignées des portes des box…soignant qui marche sur le drap où je suis allongée.
Il y aurait pourtant des alternatives plus respectueuses à proposer aux parents comme :
• Un matelas chez Décathlon, environ 5 euros l’unité
• Un salon des parents à réinventer car non utilisé la nuit. Il pourrait accueillir 1 ou 2 fauteuils et offrir un moment de détente acceptable
• Deux espaces « salle de jeux » dans l’unité, là encore non utilisés la nuit et à réinvestir pour un accueil décent aux parents
Enfin quid des sanitaires lorsque le parent reste plusieurs jours. Impossible de se laver ! L’état des toilettes public… un calvaire.
L’hygiène n’est pas qu’un concept à valoriser en période de certification. Elle est une nécessité absolue dans un établissement de santé. Or, force est de constater les manquements inquiétants qui me poussent à diffuser auprès des autorités diverses dont relève ce centre hospitalier, ainsi qu’à la presse, les prestations pitoyables offertes en termes d’accueil, d’hygiène et de sécurité.
Je travaille pour la municipalité depuis 18 ans et j’ai un parent professionnel de santé. Ceci m’aura sensibilisée à la notion de service public avec ses droits, ses devoirs et ses obligations. Je suis par ailleurs native de St-Denis. J’ai constaté comme beaucoup une paupérisation de la ville, un bassin de vie de plus en plus précarisé. Ce n’est pas pour autant qu’il faille considérer et traiter les parents comme des moins que rien. Si le couchage au sol reste culturel pour certains, il ne l’est pas pour moi.
Aussi, je suis scandalisée qu’un hôpital comme celui-ci référent du GHT et un pôle Mère-Enfant concentrent ses finances majoritairement à l’activité maternité sans pouvoir attribuer quelques dizaines d’euros pour quelques tapis ou (allez soyons fous !) quelques centaines d’euros pour quelques fauteuils.
Je me suis entretenue durant le séjour de mon fils avec votre service Qualité. Les réponses obtenues ont été d’une affligeantes de banalité qui relèvent plus du discours politiquement correct que d’une réelle volonté de recherche et d’amélioration.
J’écris ce courrier non pas aux fins d’obtenir de quelconques regrets ou excuses formulés sur une lettre type (le mal est fait) mais avec l’espoir de susciter la réactivité qui est en votre pouvoir et de votre responsabilité afin de rétablir une situation inacceptable qui dure depuis plusieurs années.
Je vous prie d’agréer, Madame la Directrice, l’expression de mes salutations distinguées.
L.T

Sécurité et hygiène en secteur pédiatrique

Réactions

Espérons une réaction à ce plaidoyer pour un service public de qualité.
Oui, ce n'est pas toujours qu'un problème de moyens , le respect de la dignité est possible il suffit parfois d'en avoir la volonté.
Nos remerciements à cette dame.

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur