À la une Sports

Muay thaï
/ Rien ne sert d’être à l’heure, il faut gagner aux poings…

Dans un palais des sports électrique, le 9e Shock Muay organisé ce week-end par le Lumpini a tenu toutes ses promesses. En débutant avec 1 h 30 de retard.
Youssouf « Chinois » Ouattara, du Lumpini, a perdu son combat contre Mathias Phountoucos du Ring Side. (©) Yann Mambert
Youssouf « Chinois » Ouattara, du Lumpini, a perdu son combat contre Mathias Phountoucos du Ring Side. (©) Yann Mambert

« Vise les jambes ! Envoie dans les jambes, Adam ! » En bas du ring, Sam Berrandou ne tient plus en place (voir notre reportage photo). Comme les bouillants supporters venus admirer le pur produit dionysien, le directeur sportif et fondateur du Lumpini aura encouragé jusqu’au bout de la nuit son poulain. C’est d’ailleurs peu avant minuit que les juges décident, au terme d’un combat explosif, de donner Adam « Noy » Larfi vainqueur face à Redha Chtibi de la Team Valente. Une victoire pour Saint-Denis et son club de boxe thaïlandaise – muay thaï pour les adeptes – qui aura clôturé de fort belle manière la riche soirée passée au palais des sports Auguste-Delaune. « C’est une très belle réussite et tout s’est parfaitement déroulé, s’est félicité après coup Sam, au terme de trois mois de travail acharné pour organiser l’événement. Et pourtant, ce n’était pas gagné car ça a eu du mal à démarrer. » 

Prévu à 19 h, le gala n’a finalement débuté qu’une heure et demie plus tard. La faute notamment à des tribunes clairsemées. « On savait que ce serait compliqué d’avoir autant de monde que l’an dernier, souffle Sam. Nous sommes tombés sur le même jour que le combat de Tony Yoka en boxe anglaise au Zénith de Paris. » Et lors du premier duel de la soirée, le seul féminin opposant Macicilia Benkhettache à Mura Juliette, l’ambiance n’est pas au rendez-vous. « Nous avons fait moins de publicité que les années précédentes, ceci peut expliquer la faible affluence en début de soirée », explique Saïd Jiroudi, entraîneur du club depuis huit ans.

Le « Chinois » est tombé 

C’est alors que le palais des sports prend soudain des allures d’arène lorsque Youssouf Ouattara fait son apparition sur le ring. Pensionnaire du Lumpini, le « Chinois », comme il est surnommé ici, affronte Mathias Phountoucos du Ring Side. Chauffé à blanc par le public dionysien, Youssouf démarre parfaitement le combat en enchaînant une série de coups de poing dès le premier round. Malheureusement pour lui, les quatre autres tournent à l’avantage du boxeur lyonnais. « Il n’était pas assez en condition et il pensait sûrement que le combat serait plus facile, détaille Sam, beau perdant lors de l’annonce du résultat par les juges. Il est tombé sur un adversaire qui a fait le travail stratégique. »

Le choc de la soirée se déroule juste après l’entracte, entre Dany Njiba du Puteaux Scorp Thaï et Cédric Do du M.T. Strasbourg. L’Alsacien, opposé à un spécialiste des victoires par KO, ne peut tenir sous les coups de pied dévastateurs du Francilien. Une belle affiche qui a quelque peu masqué l’absence de boxeurs internationaux. « Il faudra se pencher sur le sujet pour le gala de l’an prochain, réfléchit déjà Sam. Il a manqué aussi de combats féminins pour attirer un autre public. Mais dans l’ensemble je suis satisfait. »

Alexandre Rabia

Des amateurs conquis 

Dans les gradins du palais des sports Auguste-Delaune, Mehdi vibre à chaque coup porté par les boxeurs. Il se lève, applaudit, crie parfois, sous l’œil circonspect de son père, venu l’accompagner pour la première fois. « Il y est allé avec son grand frère l’an dernier. Mais aujourd’hui il ne pouvait pas se libérer », souffle Ahmed. Assises à côté d’eux, des jeunes filles s’amusent du surnom « Chinois » donné à Youssouf Ouattara. « Honnêtement ce n’est pas mal, avoue Yasmine, qui découvre la boxe thaï. Ça donnerait presque envie d’essayer ! » « Il y a beaucoup de gens qui découvrent ce sport lors de notre gala, conclut Saïd Jiroudi, entraîneur du Lumpini. Si ça peut faire naître des vocations chez certains, tant mieux ! » 

AR

Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur