Cultures

Galerie HCE
/ Rachid Koraïchi, artiste des humanités

Ce plasticien originaire d’Algérie a signé la carte de vœux 2017 de la Ville de Saint-Denis et y expose aujourd’hui quelques-unes de ses lithographies et sculptures.
Rachid Koraïchi prend la pose dans son atelier du 15e arrondissement. La galerie HCE expose certaines de ses lithographies et sculptures.
Rachid Koraïchi prend la pose dans son atelier du 15e arrondissement. La galerie HCE expose certaines de ses lithographies et sculptures.

Ses tapisseries, gravures et œuvres graphiques monumentales font de lui un artiste hors-pair, pour autant elles sont méconnues du grand public. Compréhensible, quand on sait qu’aucune de ses œuvres n’est exposée dans les musées français. À Saint-Denis, beaucoup ont admiré sa technique couchée sur la carte et l’affiche des vœux 2017 de cette ville dont l’identité cosmopolite l’a touché. Avec un lettrage bleu barbeau (tirant sur le gris) et des figures orientalisantes, Rachid Koraïchi y a raconté l’histoire de la Cité des Rois. C’est un hommage inestimable que livre cet érudit. « Avant d’être ostracisée, cette ville était une ville privilégiée. Je voulais dire aux habitants qu’ils ne vivent pas dans une poubelle, raconte le plasticien originaire d’Algérie, installé dans un atelier du 15e arrondissement depuis une quinzaine d’années. Il faut être fier d’où l’on vient mais en même temps être aussi un citoyen conscient, préserver l’environnement autour de soi. C’est comme ça que l’on construit un ensemble. »

Jusqu’au 30 juin, la galerie HCE expose Rencontres à Saint-Denis qui réunit exceptionnellement quelques-unes de ses lithographies et sculptures dont trois pièces de bois d’une œuvre qui en compte 99 (comme le nombre de noms de Dieu dans l’islam). « Dans cette galerie ils ont du cœur, ça me touche », explique le plasticien. Cet ouvrage grandiose, Koraïchi peine pourtant à l’exposer. « Je rêve de trouver un lieu. J’ai déjà exposé des œuvres au Metropolitan, au Guggenheim, au British Museum… Mais à Paris il faut être dans les réseaux. Une fois, Beaubourg m’a proposé d’exposer une œuvre mais qui a 36 ans », lâche amusé l’artiste qui connaît bien la capitale pour avoir travaillé dans divers ateliers et mené des études aux Arts Décoratifs, aux Beaux-Arts et à l’Institut d’Urbanisme dans les années 1970.

La reconnaissance pour lui n’a aucune valeur. À ses yeux, seuls l’humanisme et surtout l’universalisme priment. Deux pensées nobles qu’ils puisent dans les écrits saints de l’islam. Aujourd’hui encore, les grands penseurs soufis l’inspirent, lui-même appartient à cette confrérie. « Tout être en vie est notre frère et sœur en humanité », cite-t-il. Il peint et grave des signes et confectionne un alphabet qui lui est propre, inventée de toute pièce, à ne surtout pas confondre avec de la calligraphie. « Rachid Koraïchi a exploré toutes les écritures, jusqu’aux fresques du Tassili (néolithique). Il a fait le trait d’union avec les religions, relève Georges Quidet de la galerie HCE. Ce qui est frappant aussi chez lui, c’est qu’il travaille avec des méthodes traditionnelles. Il travaille la métallurgie comme au Moyen-Âge par exemple. »

Ce « tressage d’humanité » dont Rachid Koraïchi se fait l’artisan, l’a amené à œuvrer entouré de créateurs d’Alep, de Damas, de Cappadoce ou du Caire. Ses allers-retours incessants ont renforcé sa conviction que son identité ne se limite pas à des frontières, se détachant ainsi des tracas auxquels l’identitarisme aurait pu l’atteler. « Mon pays c’est la Terre », confie-t-il comme une évidence absolue. On l’envie soudainement. Homme de lettres dans tous les sens du terme, Rachid Koraïchi présentera en avril à Paris, « son accompagnement » du livre Le Prophète du Libanais Khalil Gibran. À Saint-Denis, des lectures de textes auront lieu le samedi 11 mars à la galerie HCE avec Rahim Rezigat, président de l’association dionysienne APCV et intime de Rachid Koraïchi, et le samedi 25 mars pour la semaine anticoloniale.  

Maxime Longuet

Jusqu’au 30 juin à la Galerie HCE (7, rue Gibault), de 15h à 18h sur rendez-vous au 06 81 94 63 06 ou 06 20 78 91 54 les mardi, jeudi et samedi. Infos www.hcegalerie.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur