À la une En ville Portrait

Bakary Soukouna
/ Rêveur en action

Éducateur. Il est co-fondateur de Nuage, association du quartier Allende qui œuvre auprès des jeunes du territoire. Pour les aider à s’investir dans la société.
Bakary Nuage de Nuage dans son quartier à Pablo-Neruda
Bakary Nuage de Nuage dans son quartier à Pablo-Neruda

« Quand on a des convictions et des idées, il faut se battre pour les défendre. Si on ne se bouge pas, on perd des combats, des droits. L’engagement, c’est important. » Bakary Soukouna n’est pas fataliste. Derrière une certaine réserve, il affiche un esprit volontaire. « Si chacun fait un peu, beaucoup peut être fait. » Le nom de son association, Nuage, est à cette image : l’acronyme veut dire Notre union associative grandir ensemble. « J’ai envie de faire réfléchir les jeunes. Dans quelle société veulent-ils vivre ? Dans l’individualisme, le repli sur soi ? Ou dans l’échange, l’ouverture, le partage comme on le défend ? », souligne l’éducateur qui travaille dans le Val-de-Marne.

Depuis sa création en janvier 2015, Nuage multiplie les actions auprès des jeunes : des chantiers d’insertion, des sorties, des voyages, de la sensibilisation pour le droit de vote, des tournois de foot, des projections de films, des fêtes de quartier, etc. Les locaux de l’association se trouvent dans la cité Pablo-Neruda, à Allende où habite Bakary depuis 1999. Âgé de 30 ans, l’aîné de sa famille est un pur Dionysien. Il a fondé Nuage avec un ami d’enfance, Tambo Sow, avec qui il a grandi à la Plaine. Aujourd’hui, son association regroupe une cinquantaine de jeunes bénévoles originaires de son quartier mais aussi de Gabriel-Péri, Franc-Moisin ou encore la Saussaie. Ils interviennent surtout à Saint-Denis et dans les communes limitrophes.

Bakary veut donner du sens à chaque action. En octobre, pendant dix jours, il a emmené un groupe de sept jeunes à Rio de Janeiro au Brésil. Ils sont notamment allés dans la favela de Rocinha. « Pour eux, le Brésil, c’était la fête, le foot. Tout est beau. Sur place, ils ont vu la réalité des favelas, la précarité. Les inégalités sont encore plus marquées qu’en France. Cela a changé leurs regards », souligne l’éducateur.

Le 21 janvier, Nuage organise une sortie au théâtre du Rond-Point pour voir À vif avec le rappeur Kery James. La pièce raconte l’affrontement entre deux avocats qui défendent l’un la France des riches, l’autre celle des pauvres. « C’est important de montrer aux jeunes qu’on peut bien s’exprimer, sans être vulgaire, et enrichir son vocabulaire. » Lui, il a eu un bac technique en 2006 à Paul-Éluard avant de poursuivre en science de l’éducation. Depuis son enfance, il a toujours eu la fibre littéraire. « Je suis un gros consommateur de mots », dit le trentenaire en parlant de ses derniers coups de cœur. Il a adoré la trilogie L’Arabe du futur de Riad Sattouf, qui lui a donné des clés pour mieux comprendre l’actuelle situation de la Syrie.

De ses années scolaires, les écrits de Voltaire sur l’affaire Jean Calas l’ont marqué. « En résumé, c’est un homme qui a été jugé à tort. » À l’image de cette histoire, Bakary dénonce les injustices. Il loue les figures comme l’éducateur Almamy Kanouté, militant associatif dans les quartiers, et surtout l’immense Nelson Mandela. « Quand il est sorti de prison (en 1990), il a entre les mains le pouvoir de continuer la guerre ou de faire la paix. Il choisit la paix. » Surtout, il pense qu’il est possible d’agir. « La genèse de la politique, c’est d’organiser la vie des habitants. Ils ont un pouvoir. Il ne faut pas se dire “cela ne sert à rien”. »

Aziz Oguz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.