À la une En ville

Réseau de chaleur
/ Qui chauffera Condorcet ? (suite)

Le chantier du campus Condorcet va bon train aux confins de Saint-Denis et Aubervilliers. Livraison prévue: juin 2018
Le chantier du campus Condorcet va bon train aux confins de Saint-Denis et Aubervilliers. Livraison prévue: juin 2018

Alors que le raccordement du futur campus Condorcet au réseau de chaleur (47 000 logements alimentés en chauffage et eau chaude sanitaire) n’avait pas été prévu au moment de la signature du Partenariat public privé (PPP) en mars 2016 (Aubervilliers n’étant pas adhérente du Smirec au moment des négociations) le Syndicat mixte des réseaux d’énergie calorifiques (Smirec) fait des pieds et des mains depuis plusieurs mois pour rattraper le coup. En 2017 le réseau a été tiré jusqu’à la rue des Fillettes aux portes du futur campus. En octobre une rencontre a été organisée avec le responsable du groupement Sérendicité (Vinci, Engie-Cofely et 3i infrastructures) titulaire du PPP. Une étude de faisabilité économique a alors été demandée par le Smirec. En janvier c’est au ministère de l’Écologie que s’adressait le Syndicat mixte pour faire avancer le dossier. Et le 14 février une réunion au sommet a eu lieu avec le patron de Vinci construction. Un rendez-vous positif sans être décisif visiblement. Les résultats de l’étude économique n’ont pas filtré notamment. Car c’est avant tout une question d’argent et de risques juridiques liés à la modification du PPP dont il s’agit à présent. Techniquement le raccordement serait possible sans retarder la livraison du chantier, prévu pour juin 2018, selon le Smirec. La région Île-de-France a même donné son accord de principe pour le raccordement de l’immeuble de l’EHESS et la grande bibliothèque dont elle est maître d’ouvrage. Mais pour le Smirec, c’est tout le campus ou rien. Le temps presse désormais, car dans cette affaire personne ne prendra la responsabilité de retarder la livraison du chantier. Qui chauffera Condorcet ? Les pompes à chaleur réversibles d’Engie-Cofely ou le chauffage urbain ? Réponse très prochainement.

YL

Réactions

Le problème avec la chaleur urbaine c'est l'embouage des circuits. Dans les écoquartiers de Plaine Commune les promoteurs et les constructeurs font n'importe quoi (Bouygues Vinci Eiffage). Pour économiser ils mettent des tuyaux en pvc au lieu de mettre des tuyaux en cuivre. Alors l'eau surchauffée de la CPCU arrache des molécules de pvc et des boues se déposent dans les tuyaux. Plus on monte dans les étages plus les boues ralentissent la circulation de l'eau surchauffée. L'eau surchauffée de la cpcu n'a plus la force d'atteindre les radiateurs des logements des derniers étages. Dans les écoquartiers de Plaine Commune chauffés par la CPCU les habitants ont froid à cause de l'embouage des circuits. Désembouer un circuit de chauffage d'un immeuble coûte plusieurs dizaines de milliers d'euros, une dépense inaccessible pour une copropriété. Eiffage Bouygues et Vinci sont des voyous.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur