À la une Cultures

Exposition au 6b
/ Quand les artistes jouent au Lego

Les petites briques en plastique coloré inspirent des artistes de tout poil. Preuve en est l’expo 6Brick consacrée à cette Legomania au 6b.

C’est l’une des premières expositions d’art contemporain consacrées entièrement au Lego, ces petites briques de couleur qui ont fait le bonheur de millions d’enfants… et d’adultes. Les Afol comme on les appelle – pour Adult fans of Lego – sont mis à l’honneur tout au long de l’exposition collective 6Brick qui se déroule au 6b jusqu’au 25 février. Leur passion insatiable pour ces jouets donne régulièrement lieu à des rencontres à travers le monde mais aussi des forums, des conventions et des exhibitions dont les fameuses the Art of the Brick. Autour de cette Legomania se sont montées des associations comme FreeLug, l’une des plus importantes en France, des blogs tels que Hothbricks qui répertorie les expositions Lego ou encore la plateforme commerciale dédiée aux collectionneurs comme bricklink.com. Bref, à l’instar de licences comme Star Wars, la marque Lego possède elle aussi une fanbase importante, mobilisée et active.

Parmi tous ces Afol ou sa variante Ahol, (Adult Hobbyist of Lego), certains sont devenus de véritables phénomènes tels que Nathan Sawaya, célèbre pour ses sculptures faites de briques en plastique. « C’est le chef de file du mouvement. J’ai failli avoir une de ses œuvres pour l’exposition. » Au premier étage, Cyberceb, le curateur de 6Brick et résident au 6b, nous fait la visite. « Je voulais rendre hommageau Do It Yourself propre à la culture geek, c’est-à-dire faire de belles choses avec pas grand-chose », explique cet Afol qui se fournit en ancien modèle Lego dans une boutique du 15e arrondissement de Paris. S’il n’a pas réussi à avoir Nathan Sawaya, le graphiste a réussi à réunir une dizaine d’artistes aux techniques différentes mais à la même matière première : le Lego, évidemment. Et il y en a pour tous les goûts et les âges. À l’entrée, une pièce dédiée aux jeux vidéo installée par l’association dionysienne la Good Game, jouxte un mur de photos de l’Aphofol (1) qui a couché sur pellicule des expressions françaises à déchiffrer. Le collectif Stuck in Plastic, spécialiste de la photographie de jouets, est venu accrocher une dizaine de clichés. Cette équipe se targue de sa récente labellisation de RLFM (Recognized Lego Fan Media) par le groupe Lego. Non loin de cette série de photos, on retrouve le travail de Deco-AMZ, un détourneur de jouets. Il assemble les petites briques avec des statuettes de la Vierge Marie et de Jésus-Christ, customise des porte-clés, réalise des masques qu’il encadre ensuite… Et étale ainsi toute son inventivité.

En déambulant, on se rend vite compte à quel point ces briques ou une simple figurine de plastique peuvent être source d’inspiration. En témoignent les bijoux de Mademoiselle Alma ou les statues de résine de Lego to the Party, connu pour ses personnages apposés sur les murs des villes. À la manière d’un Space Invaders, il décline ces petites figurines et est très suivi sur les réseaux sociaux. « Quand on a ouvert l’exposition, il y avait de vraies groupies. Il y a même une web-tv qui est venue spécialement pour lui », s’amuse Cyberceb avant de s’arrêter devant les sneakers en briques de Neblal, les mosaïques de Poupée de Chair et les impressions 3D de figurines Lego de Trenks. La visite s’achève sur les projections de brickfilms, des courts-métrages réalisés en stop motion (image par image) avec des jouets Lego.  « Il y aura les 24 et 25 février le festival Brick à Brack dédié aux brickfilms et qui clôturera le 6Brick, annonce Cyberceb, qui a souhaité utiliser les Lego sous toutes leurs formes et utilités. Nous faisons aussi des ateliers avec l’association d’alphabétisation Toth. Manier les Lego permet de déceler des troubles psychomoteurs. C’est de la Lego thérapie ».

L’exposition que Cyberceb porte à bout de bras devrait être reproduite, « mais pas dans les locaux du 6b ». Ses désaccords quant à la gestion du site avec le conseil d’administration lui ont valu d’être « écarté » à plusieurs reprises et d’être peu soutenu. « Sans la Good Game, je n’aurais rien pu faire ici. » Une situation qui dure et qui met en péril son initiative. Et pour lui qui est arrivé il y a sept ans, c’est douloureux. Comme de marcher pieds nus sur une pièce de Lego… Un Lego dans la chaussure.

Maxime Longuet

6Brick jusqu’au dimanche 25 février au 6b (6-10, quai de Seine). Tél. : 01 42 43 23 34. www.le6b.fr

Les noms des artistes sont à taper sur les réseaux sociaux pour suivre leurs travaux.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur