À la une En ville

Dédoublement des classes de CP
/ Premier bilan mitigé

Alors que l’année scolaire touche à sa fin, le JSD fait un premier bilan sur une des mesures phares du ministère de l’Education nationale : le dédoublement des classes de CP dans les REP+.
Dans certaines écoles on s'est retrouvé à une dizaine par classe en CP cette année
Dans certaines écoles on s'est retrouvé à une dizaine par classe en CP cette année

C’était une promesse phare de la campagne d’Emmanuel Macron. Depuis la rentrée 2017, les classes de CP situées dans les Réseaux d’éducation prioritaire renforcées (REP+) ont été réduites à 12 élèves.L’objectif d’une telle mesure : « 100 % de réussite au CP », martèle-t-on au Ministère de l’Education nationale. Pour quels résultats ?  « C’est compliqué de faire un bilan au bout d’un an, mais on remarque dans notre école qu’il y a moins de difficultés au niveau de l’apprentissage de la lecture », témoigne Myriam Riedinger, directrice de l’école élémentaire Saint-Just. Avant de préciser toutefois : « Ça se passe bien à Saint-Just car nous avons des conditions optimales : des locaux disponibles, des classes pas trop surchargées dans les niveaux supérieurs, et des collègues qui ont réussi à bien travailler ensemble ».

Problème : ces conditions optimales sont loin d’être majoritaires à Saint-Denis. En particulier pour la question des locaux. Lors de la rentrée 2017, 33 postes ont été créés pour encadrer les nouveaux CP. Cela veut dire qu’il a fallu trouver en urgence 33 classes vides… Une denrée rare à Saint-Denis.  « On a dû trouver des solutions alternatives : transformer les salles informatiques, les bibliothèques, en salle de classes, ou s’arranger avec les centres de loisirs voisins, vides la journée, pour trouver des locaux pour les classes », explique Suzanna de la Fuente, maire adjointe à la Vie Scolaire. « En sachant que nous n’avons été prévenu que fin juin pour une rentrée en septembre, on a l’impression d’une improvisation ».

Vers la « co-intervention » en classe

Cette année, seules les classes en zone REP+ étaient concernées. L’an prochain, les CP de toute la ville, REP+ et REP, seront dédoublés, ainsi que les classes de CE1 en REP+. En tout, 60 postes supplémentaires sont prévus. Avec un nombre de locaux limités, les écoles vont être obligées d’avoir recours à la « co-intervention » : dans certaines écoles, il y aura deux CP de 12 élèves et leur deux professeurs, dans une seule salle de classe. Ce qui n’est pas évident, quand les encadrants ont des différences de pédagogie, de tempéraments, et qu’ils ne sont pas formés à travailler ensemble. « En septembre, la co-intervention devrait avoir lieu dans 10 écoles de la ville : Louise Michel, René Descartes, Les Cosmonautes, Joliot-Curie, Jules Guèdes, Paul Langevin, Hugo-Balzac, André Diez, Roland Madigou et Blériot-Saint-Exupéry », explique-t-on à la mairie. Certains en viennent à questionner la pertinence de cette mesure. « A Saint-Denis, le dispositif « Plus de maîtres que de classes » [qui consistait à affecter un enseignant supplémentaire en renfort] mis en place dans nos classes de REP+ fonctionnait bien, mais a été totalement supprimé avec la mise en place du dédoublement », regrette Arnaud Blanc, de la FCPE de Saint-Denis. « En plus, on n’est s’est aperçu que les professeurs n’étaient pas remplacés cet hiver quand ils étaient malades. Donc les profs nécessaires pour le dédoublement des CP ont été pris sur le contingent des remplaçants. C’est le gros bémol de cette mesure ».

Sans compter que ce n’est pas qu’une question d’infrastructure. « On ne fait pas que réduire les classes, il faut enseigner autrement. Sinon on pressurise les élèves : ils n’ont plus le temps de souffler, et on ne leur apprend pas l’autonomie », analyse Catherine Da Silva, directrice de l’école Taos Amrouche et élue au SNUipp-FSU, syndicat d’instituteurs. Certaines voix commencent à s’inquiéter pour ces élèves qui n’auront connu que des petites classes et qui vont se retrouver à 25 ou 30 en CE2. « Il aurait fallu faire une baisse du nombre d’élèves dans tous les niveaux », confirme Cartherine Da Silva. « Et nous donner des budgets que l’on aurait géré nous-mêmes. A Taos Amrouche, on aurait ainsi pu mettre l’accent sur les CE1, qui sont une très grosse cohorte, et les CM2 qui ont des difficultés à travailler ensemble… Mais pour cela, il faudrait faire davantage confiance à ceux qui travaillent directement avec les élèves. »

ARNAUD AUBRY

Réactions

Il y a toujours des syndicalistes pour critiquer une mesure qui devrait faire l'unanimité. Les enfants sont au coeur du dispositif. Le jsd aurait peut-être du interroger des parents d'élèves de CP. Cela aurait été plus pertinent.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.