À la une Sports

Football
/ Pour l'honneur de Saint-Denis

Le 14 janvier, à l’issue du 64e de finale de Coupe Gambardella (moins de 19 ans) entre Saint-Denis et Amiens, un groupe de supporters avait envahi le terrain dans le but de violenter arbitres et Amiénois. Le JSD fait témoigner le courageux joueur du Sdus qui a permis d’éviter le drame.
L'équipe des moins de 19 ans du Sdus football en janvier 2018. (©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis
L'équipe des moins de 19 ans du Sdus football en janvier 2018. (©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis

« En vrai, cela reste du foot. Cela ne sert à rien de vouloir frapper des gens. Au final, on est passé pour des sauvages », se désole Kobie Anin. Le défenseur dionysien s’est interposé pour protéger un joueur amiénois qui était poursuivi par une bande de supporters sur le terrain d’honneur du stade Auguste-Delaune. Choquantes, les images avaient fait le tour des réseaux et des médias. D’ailleurs, on y aperçoit le Dionysien, maillot jaune, intervenir auprès du joueur picard en blanc.

Tout est allé très vite, au coup du sifflet final. Les Dionysiens sont éliminés après un scénario cruel qui les a vus être rejoints au score en toute fin de match alors qu’ils étaient à deux doigts de se qualifier (1-1, 1-2 aux tirs au but). « On était tous déçus. Je me suis dirigé vers les vestiaires, la tête basse », raconte Kobie. Alors que les joueurs d’Amiens célèbrent leur victoire près des tribunes, une soixantaine de supporters envahissent le terrain. Les Amiénois et les arbitres sont pris à partie. Proches de l’entrée des vestiaires, la plupart d’entre eux réussissent à regagner l’intérieur du stade, sauf quelques malchanceux. « Quand je me retourne, je vois qu’ils coursent deux joueurs d’Amiens », se rappelle le Dionysien. L’un réussit à s’enfuir. L’autre entame une course sur le terrain. Kobie réagit « à l’instinct ». « J’ai coupé par le milieu pour aller vers lui. Un autre joueur de Saint-Denis a essayé de l’arrêter, mais comme il avait peur, il a continué de courir. Moi, j’ai crié fort “viens mon gars, personne ne va te toucher ! ”. Là, il s’est arrêté », retrace-t-il. Rejoints par d’autres membres du Sdus, ils ont ensuite mis le Picard à l’abri.

« Ils ont gagné à la loyale »

Pour l’étudiant dionysien, rien ne justifie le comportement des supporters. « Les joueurs d’Amiens ne méritaient pas ça. Ils sont juste venus jouer au foot. En plus, ils n’ont pas triché. Ils ont gagné à la loyale », exprime-t-il. Les auteurs des violences « ont gâché la fête », critique Issa Diakhité, le milieu dionysien qui a tenté d’arrêter la course du Picard. « Cela a eu une mauvaise répercussion sur notre image, alors que c’est nous qui représentions Saint-Denis », regrette-t-il.

Kobie Anin déplore que ces débordements aient totalement éclipsé leur prestation et leur parcours. « Le fait d’être allé aussi loin en Gambardella, ce n’était pas arrivé depuis longtemps au club. Au lieu d’entendre des cris, j’aurais préféré qu’on nous applaudisse, souligne-t-il. Le plus triste c’est que pendant deux saisons, les moins de 19 ans qui arrivent ne pourront plus jouer cette compétition, alors que j’en suis sûr ils seraient allés encore plus loin que nous. Mais ils ne pourront même pas le faire (lire ci-dessous). »

Le Dionysien ne veut pas être vu comme un héros. « Mon geste, tous les mecs de mon équipe l’auraient fait », tient-il à rajouter avant de conclure l’entretien.

Aziz Oguz

Punition collective

Les jeunes du Sdus payent la bêtise d’un groupe de supporters. Mi-février, la commission de discipline de la Fédération française de football a officialisé ses sanctions suite au débordement à la fin du match, le 14 janvier, entre Saint-Denis et Amiens en 64es de finale de la Coupe Gambardella. Elle a décidé l’exclusion du club des deux prochaines éditions de cette compétition phare, l’interdiction de jouer à domicile jusqu’à la fin de la saison pour les moins de 19 ans et une amende de 750 euros pour le Sdus.

AO

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur