@ vous

Logement
/ Plusieurs questions posées au Maire de Saint-Denis

Nom ou initiales: 
Copros Libres Saint-Denis

Le jeudi 17 mai 2018, le Maire de Saint-Denis, Laurent RUSSIER, a organisé une interview en session Facebook live, interview durant laquelle les habitants pouvaient faire passer par mail toutes leurs questions.
http://www.lejsd.com/content/ma-question-pour-laurent-russier

Durant cette interview, les 2 questions suivantes relatives à l'habitat insalubre ont été retenues :

1) Lors de la dernière séance du Conseil Municipal de Saint-Denis, il a été annoncé des recrutements à l'intérieur du service Hygiène et sécurité de l'Habitat. Serait-il possible d'obtenir davantage d'explications et d'informations à ce sujet ?

2) Plaine Commune lance un dispositif d'accompagnement pour les copropriétés fragiles. Plusieurs communes, dont Saint-Denis, ne sont pas inclues dans ce dispositf.

Pour justifier que la Ville de Saint-Denis ne soit pas inclue dans ce dispositif, Plaine Commune a avancé l'argument suivant, citation :
"De nombreuses actions ont été menées et d'autres sont à venir. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rapprocher de l'unité territoriale Habitat de votre ville, située au centre administratif (place du Caquet)."

Est-il possible d'obtenir davantage de précisions sur les actions à venir en faveur des copropriétés fragiles à Saint-Denis ?

Voici à présent une liste de questions qui n'ont pas été retenues pour l'interview :

1) Le syndic de redressement Relais Habitat gère plusieurs copropriétés en difficultés à Saint-Denis. Relais Habitat publie régulièrement des vidéos interractives, pour informer de ses actions menées dans le redressement des copropriétés en difficultés, et également de ses luttes menées à l'encontre des marchands de sommeil.

Relais Habitat est une association loi 1901, c'est un syndic de redressement ayant une vocation sociale.

- Un soutien à l'association Relais Habitat est-il envisageable de la part de la Ville de Saint-Denis ? Ou même un partenariat ?
- Serait-il possible que les services d'Hygiène (Habitat et Commerce) de la Ville de Saint-Denis soutiennent activement les actions menées par Relais Habitat à l'encontre des marchands de sommeil ?

2) Par un courrier daté du 24 janvier 2018, le syndic AJOA Gestion a demandé une audience auprès du Maire de Saint-Denis, Laurent RUSSIER, dans le cadre d'une copropriété placé en arrêté de péril irrémédiable. La demande urgente de cette audience porte sur les nuisances très graves (trafic de drogue) rencontrées avec un commerce...

Le syndic indique ne pas comprendre que le commerce puisse être encore ouvert, alors que tous les habitants ont été expulsés de l'immeuble.

Est-il possible que le Maire de Saint-Denis, Laurent RUSSIER, donne une suite favorable à cette demande d'audience formulée par le syndic, afin de prendre une décision pour obtenir la fermeture de ce commerce ?

3) La loi ALUR étend le pouvoir des communes. Le Maire d'une commune peut intervenir dans les copropriétés en difficulté, via les dispositions de la Loi ALUR. Dans le cas d'une copropriété insalubre abandonnée par son syndic et laissée entre les mains d'un marchand de sommeil, il est possible pour le Maire de déposer une requête afin d’obtenir la désignation d’un Administrateur Judiciaire, lors d'une Assemblée Générale Extraordinaire. Cette requête peut être déposée au visa de l’article 29-1 A de la loi du 10 juillet 1965 en démontrant la situation obérée de la trésorerie de la copropriété. Cette requête permet ainsi de limiter le pouvoir des marchands de sommeil dans les copropriétés endettées.

Est-il possible que le Maire de Saint-Denis procède directement à la désignation d'un Administrateur Judiciaire, comme cela a déjà été demandé par au moins 2 copropriétés en difficulté à Saint-Denis ?

Ces 2 copropriétés ont par ailleurs fait l'objet de plusieurs articles sur le Journal de Saint-Denis et sur le Parisien, ce qui montre bien l'urgence de la situation et la nécessité d'une intervention directe du Maire.

4) Question à propos de l'installation des compteurs d'électricité LINKY à Saint-Denis.

ENEDIS installe les compteurs LINKY partout, sans tenir compte de la vétusté des installations électriques. Or, de nombreux immeubles à Saint-Denis sont anciens, vétustes ou en arrêté de péril. Rappel que plusieurs compteurs LINKY ont déjà brûlé dans des communes en province, suite à l'installation déraisonnée des LINKY. Les articles de presse (presse locale...) sont très nombreux à ce sujet.

Laurent RUSSIER , Maire de Saint-Denis, avait annoncé dans un communiqué daté du 22 septembre 2017, citation :
"des négociations avec ENEDIS afin que l’entreprise et ses agents prennent en compte les spécificités du territoire dionysien notamment en termes d’habitat insalubre".

Michel RIBAY, Maire-adjoint à l'énergie, avait également indiqué la possibilité de réfléchir à un moratoire spécifique sur l'installation des compteurs LINKY dans les immeubles insalubres.

- Où en est-on des engagements de la Ville de Saint-Denis à propos d'un moratoire spécifique pour les immeubles insalubres ?
- Est-il possible d'obtenir davantage d'informations sur ces négociations entre la Ville de Saint-Denis et ENEDIS ?
- Y'a t-il eu une réponse officielle d'ENEDIS à ce sujet ?

5) Depuis plus d'un an maintenant, ENEDIS a démarré l'installation des compteurs LINKY dans les logements sociaux de Saint-Denis. Le manque d'informations des bailleurs sociaux au sujet des compteurs LINKY est à déplorer.

Laurent RUSSIER est actuellement Président de PCH (Plaine Commune Habitat). A ce titre, a t-il prévu que les locataires de PCH puissent être informés sur l'arrivée des compteurs LINKY et leurs conséquences dans leur quotidien (compteurs LINKY qui disjonctent régulièrement par exemple...) ?

6) Question sur l'installation des compteurs LINKY à Saint-Denis.

Une séance passée au Conseil Municipal a soulevé la question du partenariat entre l'association Partenaires pour la Ville et ENEDIS.
Des médiateurs de l'association Partenaires pour la Ville sont passés dans plusieurs immeubles, pour aller rencontrer des habitants qui ont refusé l'installation des compteurs LINKY, dans le but de les "raisonner" et d'assurer une "médiation" en faveur des compteurs LINKY.

L'association Partenaires pour la Ville doit se recentrer sur sa mission première : la présence de médiateurs dans les quartiers, pour des problèmes de tranquillité publique et de sécurité. Il est inadmissible que cette association puisse intervenir à propos des refus d'installation des compteurs LINKY.

- Est-il possible d'obtenir un compte-rendu écrit, un compte-rendu clair et précis sur les décisions prises par la municipalité, à propos de ce partenariat entre l'association Partenaire pour la Ville et ENEDIS ?

- L'association Partenaires pour la Ville a t-elle l'intention de stopper sa mission de "médiation LINKY" ? Ou a t-elle simplement suspendu sa "mission LINKY", pour ensuite la reprendre ultérieurement ?

7) Question à propos de l'installation des compteurs LINKY à Saint-Denis.

Laurent RUSSIER, Maire de Saint-Denis, avait annoncé dans un communiqué daté du 22 septembre 2017, citation :
"Une rencontre entre ENEDIS et les élus concernés est prévue dans les semaines à venir afin de réaffirmer la position de la Ville sur les conditions d’installation de ces compteurs et sur la nécessaire adaptation d’ENEDIS à notre territoire".

Où en est-on de cette rencontre entre ENEDIS et les élus de Saint-Denis ? Y'a t-il eu des retours de la part d'ENEDIS ?

Logement

Réactions

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur