À la une En ville

Droits des femmes
/ Plus qu’une simple journée

À Saint-Denis, la municipalité et les associations ne se contentent pas du seul 8 mars pour mettre en avant la gent féminine. Ici, les initiatives durent du 3 au 11 mars.

Proposer une série d’initiatives autour des droits des femmes constitue une tradition à Saint-Denis. 2018 ne fait pas exception. Du 3 au 11 mars, plus d’une dizaine de rencontres, projections et expositions seront organisées par la Ville et des associations. Deux initiatives ont pour point de départ le rôle de parent, encore souvent assumé majoritairement par la femme. Le jeudi 8 mars à 20h à la Ligne 13 Road Movie en HLM, écrit et interprété par Cécile Dumoutier sur le parcours d’une maman solo. Le samedi 10 mars, la compagnie Parazar et Artis Multimédia avec le soutien du Mrap, de l’Amicale des Bretons, de SDE et de Smile, organisent une parade de poussettes partant à 10h de l’église neuve vers la basilique.

Les médiathèques se penchent aussi sur la question des femmes en utilisant différentes formes, de la création de sacs pour l’égalité (Ulysse samedi 10 mars à 15h, Gulliver samedi 17 mars à 15h, Don Quichotte samedi 24 mars à 16h), en passant par le 100% égalitaire-le jeu de lois de l’égalité (Centre-ville jeudi 15 mars à 18h), à une lecture sur le thème « l’égalité c’est pas sorcier » (Gulliver samedi 10 mars à 15h), ou en musique avec les Jossettes noires (Centre-ville samedi 10 mars à 14h30) et autour de projections comme Ouvrir la voix d’Amandine Gay (Gulliver et Don Quichotte samedi 3 mars à 15h) ou L’égalité c’est en courts (Don Quichotte mercredi 14 mars 15h).

Le cinéma l’Écran s’empare du moment pour projeter  Le Verrou jeudi 8 mars à 13h45 et Des femmes et des hommes vendredi 9 mars à 19h. L’association AFMA (Association franco-malienne d’Aourou) propose pour sa part, dimanche 11 mars de 9h à 20h au gymnase Irène-Popard (57, avenue George-Sand), une journée de promotion des pratiques sportives féminines.

Et comme la question du droit des femmes ne se cantonne pas au mois de mars, rappelons que le 3 février dernier la Ville a signé la Charte européenne pour l’égalité femmes/hommes dans la vie locale.

Réactions

Qui peut m'expliquer le visuel ? Qui l'a choisi ? Quel message sous-tend à ce visuel ? Pourquoi la silhouette sur la moitié gauche / le bi-colore jaune or et noir / le signe dièse avec une main ouverte et le pouce refermé ... Cet article arrive au moment où les services municipaux recouvrent systématiquement l'affiche sur les panneaux officiels de la ville ... bizarre tout çà !
Pour promouvoir la place de la femme de la société, il aurait peut-être fallu songer à une autre affiche... (sur celle-ci, la femme est voilée et il me semble que le symbole représenté mérite une explication...)
Bonjour le JSD Pourrait-on avoir le nom du/de la graphiste qui a réalisé cette affiche s'il vous plaît? Merci d'avance.
Vous êtes à mourir de rire avec vos obsessions cette affiche est plus aboutie que vous tous réunis
Alors @le JSD, est-ce que l'artiste ou le créateur de ce visuel a lui aussi demandé le "huis clos" ? C'est interdit de connaître son nom ?
@Mourad cette affiche est le fruit d'une production interne au service communication de la ville de Saint-Denis selon nos informations. La municipalité n'a visiblement jamais eu l'intention de la retirer de la circulation. Elle figure d'ailleurs sur la page d'accueil du site Internet de la ville. Par ailleurs sans vouloir entrer dans les débats d'interprétation et les procès d'intention que l'on peut lire ici, je souhaite simplement rappeler que l'image est ici recadrée en raison des contraintes techniques du jsd.com et que le cadrage original de l'image est moins ambigu et laisse plus largement apparaître la chevelure du personnage qui n'est pas voilé contrairement à ce que certains commentaires avancent. Cordialement Yann Lalande.
@Yann.lalande - Je vous remercie pour votre réponse même si "une production interne" ne m'éclaire pas plus. Je n'ai jamais évoqué de voile ici comme ailleurs. De plus, le voile n'est pas interdit dans l'espace public par la Loi et donc qu'un visuel le représente ne me choquerait pas plus que cela s'il illustrait parfaitement le thème (droit des femmes). Je pense que le visuel utilisé par la ville est lugubre et sinistre et mérite des explications ... En résumé, Il serait tellement plus simple que le créateur "interne" vienne nous raconter son œuvre ... Pour que chacun se fasse une idée, je mets en lien une page Google de visuels sur le thème "droit des femmes" ; je trouve celui du NPA de Besancenot comme celui du PCF très réussi. https://www.google.fr/search?q=droit+des+femmes&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwixi-uHvNfZAhXOZ1AKHXoqAMkQ_AUICygC&biw=1280&bih=574 Bien Cordialement
@Mourad Bonjour j'ai lu vos différent commentaire sur le JSD ainsi que SDMV et je suis à 100% d'accord avec vous, un jour un homme a dit "il ne sert à rien d'avancer des arguments de bonne foi devant des gens de mauvaise foi". Je connais la ville et aussi les spécimen qui y vivent et qui se servent de l'slam et des musulmans pour nous salir et arriver à leur but, qui est l'argent et le pouvoir et peu importe les dégâts causé.
Bonjour @Abdel - C'est hélas souvent comme cela ! Je vis en live l'occupation de Paris VIII. Il y a d'un côté de braves gens sûrement pas fortunés qui font leur Hadith ( surtout de la cité Allende ) et qui tous les jours quel que soit le temps, apporte un paquet de pates, une bouteille d'huile etc ... pour venir en aide aux migrants et de l'autre il y a des récupérateurs qui ne parlent que de "convergence des luttes", d'élargir le conflit ... et on sent bien que le migrant n'est qu'un prétexte ...
On peut , en effet, beaucoup s' interroger.....
Quoi qu'il en soit Mr Lalande (voile ou cheveux..?), cette représentation de la FEMME pour la journée internationale de lutte pour ses DROITS est plus qu'une insulte faite aux femmes. C'est un crachat. Symbolisée la femme en lutte pour ses droits, les YEUX BAISSÉS, l'air CONTRIT (soumise à qui ? Se repentant de quelle faute ?) PSALMODIANT un # (une prière...?) n'est sûrement pas que... le dessin très raté d'un très médiocre graphiste qui n'aurait strictement rien compris au brief de la comm.interne. Il a bien fallu que cette affiche soit validée... Par qui ? Qui en est l'ordonnateur ? Il m'étonnerait que ce soit une femme ! C'est consternant, effarant, attérant que la direction de la mairie laisse passer ça.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.