Cultures

Cultures urbaines
/ Plan B, festival hip-hop et reggae de premier choix

Les Dionysiens Bastos et Rebus sont les initiateurs de cet événement, 4e du genre. Lequel aura lieu pour la première fois en extérieur, au parc du Temps des cerises, pendant trois jours.

« Ambiance scandale danse de vandales, Sens d'où vient la chaleur, Gloire à l'art de rue ! DJ, Breaker, Bboy, Graffeur, Beatbox, Jusqu'au bout art de rue ! » Le refrain de la chanson Art de rue du mythique groupe marseillais de la Fonky Family colle bien à l’esprit du festival Plan B. Et à ses deux initiateurs : les Dionysiens Bastos et Rebus. « Je ne sais pas rapper, graffer, danser, mais je kiffe la culture hip-hop », confie le premier, tout aussi passionné que son acolyte.  C’est la 4e édition de cet événement hip-hop et aussi reggae, qui aura lieu du 23 juin au 25 juin. Le plateau est impressionnant : plus de 90 artistes indépendants sont programmés gratuitement pendant le week-end.

Contrairement aux deux précédentes années, le festival n’aura pas lieu à la Ligne 13, dans le centre-ville, mais en extérieur ! Plan B pose ses valises dans le nouveau parc du Temps des cerises à proximité de la gare Stade de France, près du campus SFR. Bastos a eu l’idée d’y délocaliser le rassemblement culturel dès que le lieu fut inauguré en 2016. « On a voulu sortir. À la ligne 13, comme c’est en intérieur, si tu n’es pas courant, tu ne sais pas qu’il y a un festival. Là, on est dans un parc, il y a du passage », explique-t-il. Être dans un endroit excentré ne leur fait pas peur. « Pour la première édition, on avait réussi à faire venir 400 personnes à Romain-Rolland [près de l’hôpital Delafontaine, ndlr]. On avait mis des marquages au sol. » Cette fois-ci aussi, le lieu sera bien mieux indiqué. Ils espèrent 500 personnes par jour.

« On invite les familles à venir »

Tout est pensé pour mettre à l’aise le public : de la restauration, de quoi désaltérer, des jeux pour enfants. Il y aura aussi des stands d’associations, des démonstrations de graffiti, du bodypainting, des ateliers beatbox, des battle de danse, de la scène ouverte, etc. « On invite les parents, les familles à venir avec leurs enfants. On sera dans un super cadre », insiste Rebus. Le festival ouvre ses portes tous les jours à partir de midi. Les concerts débuteront à 18h non-stop jusqu’à minuit, sauf le dernier jour à 21h. « Tous les artistes viennent gratuitement, ils nous donnent de la force », dit, reconnaissant, Bastos. Il assure qu’aucun artiste n’aura de passe-droit.  « On prend tout le monde à la même hauteur. Deux heures avant le début des concerts, on va faire la programmation. »

Parmi les têtes d’affiche, on retrouve quelques figures du rap français : Doudou Masta, Demon One de la Mafia K'1 Fry, le légendaire groupe du Val-de-Marne (94), et Alibi Montana. Natif de La Courneuve, ce dernier est le parrain du festival depuis trois ans.  Il y aura aussi les Dionysiens d’Ursa Major. Ces anciens seront entourés de talents qui ont émergé ces dernières années sur le Net : le rappeur de Franc-Moisin El Deterr ou le groupe 4 Keus Gang de la cité courneuvienne des 4 000 qui collectionne les millions de vues sur Youtube.  

Le festival Plan B réunit aussi quelques grands noms du reggae underground. Daddy Mory sera sur scène, connu pour son album Ma voix résonne et sa chanson Kisder 2 sur les violences policières. King Daddy Yod mettra l’ambiance avec son célèbre tube Delbor, verlan de bordel. La programmation est très riche. Les soirées s’annoncent chaudes et vivantes. « On veut saturer l’endroit de monde », annoncent Bastos et Rebus. Comme le chante la Fonky Family, ce sera « gloire à l'art de rue ».

Aziz Oguz

Plan B du vendredi 23 juin, 12h, au dimanche 25 juin, 21h. Entrée gratuite. Parc du Temps des cerises, rue André-Campra, près de la station Stade France (RER D). Facebook : Festival Plan B

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.