À la une En ville

Rentrée scolaire
/ "Pas de Suger sans Stoller", la mobilisation s'intensifie

Tombée juste avant l'été, la décision du rectorat de Créteil de muter Pascal Stoller, enseignant historique de cet établissement, a provoqué la colère de nombre de ses collègues et étudiants. Réunis en collectif de soutien, ils ont manifesté hier devant le rectorat de Créteil et prévoit un nouveau rassemblement devant l'établissement ce vendredi, jour de pré-rentrée. Un mouvement de grève lundi n'est pas exclu.
Manifestation le mercredi 30 août devant le rectorat de Créteil.
Manifestation le mercredi 30 août devant le rectorat de Créteil.


« Pas de Suger sans Pascal Stoller. » A la veille de la rentrée scolaire, la menace semble bien en passe de devenir réalité. Car comme l’année dernière, c’est bien par un mouvement de grève que pourrait démarrer l’année au lycée Suger, le rectorat restant pour l’instant sourd au large mouvement de protestation qu’a déclenché l’annonce de la mutation de Pascal Stoller, décidée avant l’été par l’administration contre la volonté de cet enseignant emblématique.

Considéré comme « un pilier » de cet établissement par ses élèves comme par ses pairs, ce professeur d’histoire y exerçait depuis son ouverture en 1994 et y faisait fonction jusqu’en juin dernier de Directeur délégué à la formation professionnelle et technologique du Pôle Image et Son, pôle qualifié d’excellence dont il avait largement participé à la création il y a 17 ans. Dévoilée fin juin, l’annonce de sa soudaine réaffectation a provoqué la colère et la stupeur de nombre d’élèves et d’étudiants, de parents et de personnels enseignants, qui, en réaction, ont aussitôt monté avec des habitants, des partenaires et des élus locaux un collectif de soutien et lancé une pétition en ligne qui a recueilli à ce jour plus de 2180 signatures.

Car derrière cette mutation dont ils dénoncent le caractère « forcé » autant qu’« injuste » et « injustifié », ils y voient « une mesure punitive ». « L’administration lui fait payer sa participation au mouvement contestataire de l’année dernière né après l’agression en septembre d’un surveillant ainsi que ses prises de position pour dénoncer un manque de moyens à Suger, contre l’avis de sa direction », croit ainsi savoir l’une de ses collègues du BTS Audiovisuel, en résumant le sentiment général du collectif de soutien. « Une sanction disciplinaire qui ne porte pas son nom », c’est aussi ce que dénonce l’intersyndicale FSU, FO et CGT Educ’ Action, vent debout pour exiger le retrait de cette décision, rappelant dans un communiqué que « M. Stoller a toujours été excellemment noté par ses hiérarchies » et que « cette sanction tombe sans que jamais il n’ait été alerté auparavant sur des manquements éventuels à sa manière de servir ».

Un engagement et un professionnalisme salués par tous au sein du lycée, et même au-delà, dans le quartier du Franc-Moisin. Laurent Russier, maire de Saint-Denis, reconnaissant à son endroit « un acteur essentiel de la réussite du lycée Suger » a tenu lui aussi à faire part de son incompréhension dans une lettre à la rectrice de l’académie, estimant que « le lycée a besoin de lui pour consolider son modèle et assurer son avenir ».

Un avis largement partagé par Stéphane Peu, député (PCF) de la deuxième circonscription de Saint-Denis, également monté au créneau pour défendre « un des maillons essentiels de la cohésion de l’équipe enseignante, fondateur et moteur de la filière d’excellence de ce lycée » et contester cette décision qu’il considère particulièrement lourde de conséquences : « En affaiblissant les filières d’excellence par le départ de Pascal Stoller et en refusant d’assurer les conditions de travail et de sécurité nécessaires à la communauté éducative, on dispose de tous les ingrédients pour enfermer le lycée dans ses difficultés », tance-t-il dans un communiqué, résumant par cette phrase des inquiétudes qui se sont exprimées lors d’une réunion d’information organisée lundi soir en mairie à l’appel du comité de soutien et qui a réuni près de 150 personnes toutes déterminées à « sauver Stoller pour sauver Suger ».

Un slogan qu’ils sont allés faire résonner mercredi après-midi en allant manifester leur colère sous les fenêtres du rectorat de Créteil pendant qu’une délégation était reçue. « Nous y sommes allés avec des propositions acceptables, dans l’esprit de pouvoir négocier et pacifier la situation, afin que la rentrée à Suger puisse se passer au mieux, rapporte une enseignante présente lors de ce rendez-vous. On nous a écoutés, mais c’est tout. Nous n’avons pu obtenir aucune réponse à nos revendications, ni explication. »

C’est qu’en dépit de cette importante mobilisation, qui compte aussi avec le soutien du député LFI de la première circonscription de Saint-Denis Eric Coquerel, le rectorat ne souhaite pas revenir sur sa décision de muter Pascal Stoller. « Il ne s’agit pas d’une sanction, mais d’une mutation prise dans l’intérêt du service et dont les raisons sont strictement confidentielles, explique-t-on à l’Académie de Créteil. Revenir sur cette décision, ce serait laisser croire qu’elle a été prise à la légère, ce qui n’est pas le cas. Côté institution, tout est parfaitement en place pour que la rentrée fonctionne au lycée Suger. »

Un point de vue que ne partage évidemment pas le collectif mobilisé autour de Pascal Stoller, qui refuse toujours d’envisager la rentrée sans lui et compte bien poursuivre la mobilisation, avec la présence annoncée vendredi 1er septembre, jour de pré-rentrée, d’une manifestation d’élèves et de parents dès 8h devant le lycée et n’exclut pas l’éventualité d’une grève lundi.

 


Réactions

C'est pas normal de perturber un lycée pour une personne, les lycéens de Suger ne doivent pas payer pour les revendications égoistes de certains profs, une décision a été prise! c'est honteux et indignant de voir que les élèves du 93 vont pâtir, honteux!!!!!!!
Je suis toujours effaré par les certitudes des politiques. N'importe qui aurait à minima des interrogations voire des doutes sur Suger... pas Russier ... pas Peu ! Que ce soit dans les filières générales ou les filières professionnelles, Suger est de loin le plus mauvais lycée de St-Denis ...bien après Paul Eluard, Bartholdi, l'ENNA etc. Laurent RUSSIER affirme " le lycée a besoin de lui (Mr Stoller) pour consolider son modèle et assurer son avenir". Consolider l'édifice sur quoi ? du sable ? De quel modèle parle-t-on exactement après 23 ans d'échecs répétitifs ? Quant à la filière d'excellence évoquée par Stéphane PEU, certes elle existe à travers le BTS mais combien d'élèves "issu de Suger" en bénéficient ? Les élèves eux-mêmes évoquent deux mondes qui se côtoient peu.
Arrêtez de prendre nos enfants en otages. Je suis sûre que pour la plupart d'entre vous, vos enfants sont allés dans un lycée privé ou parisien. C'est en Seine saint Denis qu'il y a toujours des grèves alors laissez nos gamins aller en cours et manifestez votre colère autrement. Arrêtez de les prendre en otage. Apparemment, il y a 1200 élèves et seulement 120 en BTS . Et pourtant vous n'arrêterez pas de dire que c'est grâce à ce BTS que nos mômes sont bien vus. quel est le rapport.
Je suis très surpris sans le BTS le lycée Suger est fichu? Mais les autres élèves sont ils des nuls pour avoir besoin des étudiants du BTS pour pouvoir avoir un pôle d'excellence? Le quartier des Francs Moisins serait perturbé? Mais c'est incroyable, à croire que les étudiants du BTS sont la crème de la crème et que les élèves de Suger doivent les remercier et être reconnaissants qu'ils acceptent de venir dans notre quartier!!!
Je suis d'accord avec mailla, arrêtez de prendre les élèves en otage. Je suis certaine que les enfants des professeurs de SUGER ne sont pas scolarisés dans des lycées du 93. Que ce monsieur stoller porte plainte si c'est injuste,
@Dyonisien Vrai - Ce n'était pas au départ une idée stupide ou saugrenue de créer un "pôle d'excellence" pouvant générer une émulation générale dans le Lycée avec ces 5 BTS. Mais après avoir investi dans un nouveau bâtiment et des dizaines de millions d'euros (on parle de 150 millions) pour une centaine d'élèves par an et les résultats catastrophiques qui perdurent pour la partie Lycée, il y a lieu de faire un bilan de l'opération !!!
Beaucoup de maladresses dans des slogans de soutien à M. Stoller qui laisseraient penser que le quartier des Francs-Moisins serait déséquilibré sans sa présence au lycée ou que ce serait "sauver le quartier". En quoi? Le quartier continuera de vivre son petit bonhomme de chemin comme il a toujours fait, même et surtout dans les moments les plus graves et difficiles parce qu'il a été trop longtemps abandonné. Trop! Bien dérisoire la rénovation des cages d'escaliers. Deux bâtiments seraient envisagés pour la démolition. Mais à ne plus savoir si c'est parce qu'il y aura les JO 2024, plus pour l'extérieur que pour les habitants? Un peu comme tous le reste presque à St-Denis. Pour le lycée Suger, qu'il y ait beaucoup d'émotion, que ce soit une décision injuste de muter d'office un enseignant, chef de travaux , un des plus anciens du lycée et qui a toujours été bien noté, oui, ça se comprend. En effet, une plainte au tribunal administratif serait pleinement justifiée. Seulement, Il y a confusion entre des problèmes internes existants à l'établissement entre profs et direction mais qui ne concernent pas Francs- Moisins dont sont originaires des élèves de Suger, pas tous et dont je doute fort qu'ils soient nombreux voire existants en filière du Bts audiovisuel. Filière d'excellence, taux de réussite élevé dû à une sélection à l'entrée ... dit comme ça, c'est aussi l'arbre qui cache la forêt pour les autres filières et ce serait incompréhensible que les autres lycéens manquent d'emblée des cours et pâtissent en plus d'un mouvement de grève dès la rentrée alors qu'ils ne seraient pas inscrits en bts. C'est tout le paradoxe. Malgré tout, la bonne nouvelle à souligner, c'est l'arrivée de Stéphane Larrieu comme proviseur, physique de judoka, qui est connu et reconnu pour être "le sapeur pompier" des établissements du 93. C'est exactement l'homme de la situation pour faire la transition au lycée Suger et merci à lui d'avoir répondu présent. Avec lui, la réussite et la sécurité des élèves dans le lycée TOUTES FILIERES CONFONDUES seront au cœur des priorités avec exigence et humanité car il connaît très bien les difficultés vécues dans le territoire. Il est connu pour avoir gérer des contextes très difficiles dans des établissements du 93 qui avaient d'ailleurs suscité beaucoup d'émotion.
Encore le lycée Suger, j'y étais lycéenne en général, j'en ai de bons souvenirs, mais franchement les étudiants du BTS n'avaient aucun contact avec nous, un nouveau bâtiment et nous dans des salles mal équipées,ils sortaient quand ils voulaient, nous on devait appeler un surveillant, c'est un monde à part.Ils ne nous parlaient même pas. Faut pas se voiler la face, ils ne calculent pas les autres élèves. Faire grève pour une personne qui a toujours un boulot c'est ne pas respecter les élèves du pro et du général qui n'ont pas besoin de perturbation et d'agitation devant le lycée, respectez les élèves car les cours c'est essentiel. Les lycéens de Suger n'ont pas besoin de tout ce raffut.
Encore et toujours dans les journaux cette histoire! Mais il va falloir penser aux élèves du lycée maintenant et les laisser travailler, ce collectif se bat pour ses acquis, il faut penser aux élèves qui vont entrer en seconde et aller à Suger pour la première fois, et l'inquiétude des parents!!! Les choses seraient différentes dans un lycée à Paris intra muros, mais là c'est le 93 donc tout est permis. on s'en fiche si les élèves de Saint denis perdent des heures de cours, ce n'est pas grave, c'est vraiment triste!
ce collectif n'a rien à faire des lycéens,, ils sont prêts à tout perturber pour que leurs acquis restent, ils parlent au nom des zones prioritaires comme sur leurs banderoles, comique, surtout quand on sait que très très peu des étudiants du bts viennent de ces zones prioritaires...quelque chose cloche
J'ai lu des commentaitres de soutien à M. Stoller effarants. "Pôle d'excellence au cœur d'un quartier populaire,ce BTS permet de désenclaver le quartier, ce BTS a été implanté dans 1 zone ou tous les conflits menaient la danse, c'est un autre public,c'est un pari........." À les entendre parler, ce BTS (120 élèves sur + 1200 ) apporterait la civilisation dans ce quartier, ce sont des commentaires néocolonialistes a vomir! Comme je l'ai lu, c'est un peu comme mettre polytechnique aux francs moisins : regardez mais ne touchez pas!
D'après des jeunes de la LJC de saint- denis, personne n'a lu le rapport de + de 120 pages à ce m. stoller et 1 représentant syndical alors comment juger celui-ci si, seules les annotations subjectives peuvent être lues. On ne sait rien de ce qui lui est reproché, qu'il porte cette affaire au TA et que ces profs laissent nos enfants tranquilles. Il n'a pas perdu son boulot. Ce qui me choque ce sont les commentaires que je lis, ce bts de -120 élèves permet de désenclaver le quartier, apporterait-il la civil a-t-on dans ce quartier et dans notre ville, comme le lycée de la légion d'honneur. Personne dans st denis ne connaît ces jeunes filles. Stop au discours néocolonialiste. Je suis de ssc aucun enfant de ses 3 cités n'a été accepté dans ce BTS.
Les élus s'empressent de se faire de la publicité, pour désenclaver le quartier pensez à mettre un coup de pression pour le prolongement du T8, combattre les dépôts d'ordures sauvages et les agressions, c'est bien plus utile, ce monsieur a un emploi dans la fonction publique, sans coupure de salaire, sans souci de finances, sans rupture de contrat, et toujours avec les mêmes vacances. Nous nous combattons notre quotidien bien moins lotis, comme le disent Janine et Malika ici laissez nos enfants aller au lycée tranquilles, merci.
Qui sont les personnes qui manifestent ? Sont-elles des élèves ? Apparemment non. Toujours les mêmes gauchistes de la ville qui prennent n'importe quelle occasion pour manifester ou faire grève.. Et pendant ce temps, les élèves n'auront pas le droit d'aller en cours
Je n'ai pas l'habitude de m'exprimer mais monsieur Le Maire comment pouvez vous dire que le BTS a ouvert le quartier des Francs Moisins? Combien d'élèves issus des lycées publics du 93 en zone prioritaire sont dans ce BTS? Ouverture par rapport à quoi? c'est vraiment prendre les habitants de ce quartier pour quoi? Quel rapport entre un étudiant de BTS et notre quartier? Il y vit? Il y fait ses courses? Ce BTS désenclave quoi? Beaucoup de ces étudiants ne connaissent même pas notre ville. On a toujours les mêmes soucis, le 170 rempli, des rues sales, des vols à l'arrachée, rien à voir avec où vivent ces étudiants, je pense. Mais pour qui prend on les habitants de nos quartiers? Des sauvageons qui se voient privilégiés d'avoir un BTS pour lequel ils ne sont pas sélectionnés...
Bonjour. Ce que je trouve bizarre dans cette affaire, c'est la proportion que prends cette mutation pour un seul prof qui n'est même titulaire. Alors oui, il s'occupe du pole audiovisuelle mais le lycée SUGER ne se résume pas seulement à cette personne. Les élus de la ville, si prompt à se défausser sur l'état, souhaitent intervenir dans une décision de l'état... En quoi ces élus sont concernés par cette décision? Quand l'état donne son avis sur la gestion de la ville, c'est jamais le bon.... Que les élus fassent leur boulot de s'occuper de leurs missions et qu'ils laissent l'éducation nationale faire le sien. Le lycée n'est pas de la responsabilité des élus, le choix des profs non plus. De plus, ce BTS ne représente une petite partie de l'établissement... Alors quand je lis S. PEU parlant de prise d'otage... C'est fort de café. Et d'après les témoignages... Ce BTS n'a pas l'air destiné aux lycées de la ville.
Quelle mascarade cette histoire! Lisons donc les commentaires du Figaro à ce sujet, très parlants! Quelle publicité pour notre ville, et les élus devraient s'occuper de leurs administrés confrontés à tant de problèmes: insécurité exponentielle; non ils préfèrent se mêler d'une mutation décidée par une hiérarchie sans se soucier des élèves de ce lycée. Ce BTS n'est en rien une façon de désenclaver le quartier, cela se saurait, chers élus. On en ouvrirait dans tous les lycées des quartiers difficiles, et hop voilà solution!
Les slogans brandis ce matin devant le Lycée de La Plaine sont irresponsables, Lycée Suger la voix des quartiers populaires titre le dernièreminute-93! Nos voix seraient celles de ce prof muté, mais qu'est ce que cela veut dire? On nest pas capable de s''exprimer? Quel rapport entre ce prof muté et les quartiers populaires??? Le manque de moyens doit être dénoncé mais de là à dire que ce monsieur représente les quartiers populaires, nous restons scotchés choqués! Ces profs devraient faire cours et travailler pour ces quartiers populaires, il faut pas tout mélanger, un pilier des Francs Moisins?????? Mais quel rapport??? les gens de notre quartier ne le connaissent pas c'est du grand n'importe quoi ces slogans et très irrespectueux pour tous ces vrais travailleurs sociaux qui se battent pour nous dans nos quartiers, eux sont des piliers nous les remercions.I et A.
Ce collectif de soutien doit revoir ses slogans, un seul être vous manque tout est dépeuplé? C'est quoi cette histoire on prend vraiment les gens de ces quartiers pour des naifs? Pilier d'un lycée? Il a un job moi pas, tout est dit, ses chefs l'ont muté, il doit accepter.
Je comprends que M. Peu s'intéresse à tout ce raffut puisque sa fille était étudiante en BTS. Mais, après avoir lu sur Facebook les revendications d'autres établissements scolaires qui EUX demandent des moyens humains et matériels. Quelques personnes comme les membres des jeunesses communiste se battent pour le retour de M. Stoller dont le BTS aurait"vocation à reconnaître et générer de l'excellence au cœur d'un quartier populaire" voir journal précédent. En recrutant des non dyonisiens à 2/3 exceptions près et je suis certaine que ce sont des enfants DE... Si ce qui est reproché à cette personne est faux qu'il porte plainte et laisse nos enfants suivre les cours comme c'est le cas des établissements où sont scolarisés les enfants de ses enseignants.A savoir, en dehors des lycées du 93 car ils sont très peu touchés par des mouvements de grève.
"Ce n’est pas que la bataille d’un lycée, mais de tout un quartier, toute une ville qu’est engagée." dit M.PEU quelle bataille? c'est une mutation, ma bataille c'est de nourrir mes enfants, de ne pas sombrer dans la pauvreté, ramasser les détritus devant ma porte, et voir la ville se dégrader! La bataille de tout une ville? Quel dénigrement! Les dionysiens ont autre chose à faire que de se battre pour un fonctionnaire, les dionysiens ont d'autres soucis. ' Le droit àl’éducation de qualité doit être le même en tous points du territoire. Or, force est de constater que nous y sommesloin.' dit encore MPEU bien sûr qu'on y est loin, le droit à l'éducation c'est de laisser les élèves des Francs et d'ailleurs aller en cours et ne pas les laisser dehors. Ce n'est pas à la légion d'honneur que ce collectif ira chercher des soutiens...elle est de qualité quand ça arrange l'éducation...
C'est une mutation? Une révolution? S'il ya eu un rapport c'est qu'il y a des choses à dire, qqn a til lu ce rapport? Cest confidentiel qu'on dit, J comprends rien moi, il est où ce monsieur maintenant? Il en pense quoi? Ou bien est ce encore une manière de ne pas faire classe..
Mr PEU n'est pas allé au petit déjeuner de la Rectrice ... ça va changer quoi? Bien des gens y seraient allés,ne pas aller au petit déjeuner pour montrer son soutien??? LOL comme dirait les lycéens
La manipulation de ces manifestant pour l'intérêt de quelques uns devient pathétique et décrédibilise tout autre manifestation dans cette ville. L'intérêt général passe toujours en second plan avec cette municipalité, hier des coups de feu proche d'une maternelle, obligeant le confinement des élèves, n'émeut pas ces manifestants dont la plupart de leurs enfant sont soit dans le privé soit sur d'autres ville et n'iront certainement pas manifesté pour le bien commun dans cette ville, on en déduit facilement pour qui, ces pseudo-manifestant roule, ils décrédibilise les combats légitime à venir faisant le bonheur de nos bourreaux.
Bonjour. @Linda Maziz. Comment analyser ce décalage entre le soutien des élus et des syndicat à ce prof et les commentaires de parents d'élèves et d'ancien élèves? Pour connaitre un peu le monde éducatif, il est clair qu'il est difficile d'équilibrer l'équation suivante: stabilité des équipes éducatives et renouvellement pour éviter que des profs se retrouvent dans le confort. Surtout qu'il faut du courage pour rester dans des lycées difficiles comme le lycée SUGER. Pourtant il y a un réel décalage de perception entre les attentes des parents d'élèves et ceux des profs. Et je l'ai dit plus haut, c'est surement une sanction mais surement pour une faute avérée (cf. La participation au blocage du lycée l'an dernier). PS: il est clair que S. PEU et L. RUSSIER sont encore a coté de la plaque avec leurs arguments politiciens. Un prof de 120 élèves bloque l'enseignement de 1080 lycéens. C'est à l'image de la ville, une minorité qui bloque la majorité.
Je comprends les réactions de gens, des gens sont sans emploi,doivent de économiser, le 93 est un département pauvre, les gens sont touchés par la pauvreté et tout ça pour un prof muté,qui a un job au final il n'a pas été licencié je crois, mais qu'ils fassent leurs cours ces profs au lieu de se mettre à la une des journaux. c'est quoi cette situation? qu'ils demandent à changer de lycée si leur nouveau directeur ne leur convient pas, c'est beau l'éducation nationale
Si ce prof était parti à la retraite ce lycée aurait fermé? c'est une vraie question...
Y a une paire d'années j'étais dans ce lycée pendant les blocus ( y en avait chaque année) nous on devait rester sur le parvis,voir les poubelles et les jeunes devant la grille, eux les étudiants du bTS passaient par le parking et avaient cours, pas nous. C'est vrai que c'est un pole d'excellence les autres pas de cours 'si pas grafff'. alors non ne demander pas encore aux mêmes de rater les cours pour vous.
moi c'est les politiciens qui me font rire, ces profs aussi,bien évidemment, mais y a qu'à ouvrir ses fenêtres ici boulevard Marcel Sembat, un square de Geyter sale, plein de sacs plastics, pour entendre et voir ce que les habitants de la ville doivent supporter rien n'est fait mais rien du tout pour améliorer notre quotidien, et maintenant on soutient des personnes qui veulent empêcher nos enfants d'aller en classe parceque leur collègue a été muté le monde à l'envers ou l'entre soi qui se soutient. On me dit de déménager donc si suger ne plait pas y a ka muter.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.