@ vous

Sécurité
/ Non elles sont pas chouettes les brochettes

Nom ou initiales: 
Claire

J'ai été interpellée par un tract distribué devant la gare signé "Chouette les brochettes". A la lecture j'ai été sensible à quelques arguments sur la modicité des prix, le gain d'argent pour des personnes démunies, le point d'ancrage que représente la gare pour des primo -arrivants... et puis j'ai réfléchi.
Sont-elles vraiment chouettes les brochettes ? Eh bien non.
Comme beaucoup de Dionysiens, je m'y suis faite. Les quelques vendeurs de maïs chaud et de marrons avaient il y a 3-4 ans un coté sympathique. Mais aujourd'hui le nombre de vendeurs à la sauvette rend le parvis de la Gare irrespirable et impraticable.
Au-delà de ce ressenti que certains pourraient trouver subjectif, comment peut-on trouver "chouette" cette économie de la misère, qui maintient des femmes et des hommes dans une immense précarité, voire sous la coupe de réseaux criminels ? Car ne fermons pas les yeux. La contrebande de cigarettes ou la vente de sacs de contrefaçon sont le fait d'une criminalité organisée qui agit au grand jour et qui exploite des femmes et des hommes en très grande précarité.
Derrière le caractère sympathique des brochettes, il y a surtout une misère criante devant laquelle j'ai bien du mal à fermer les yeux.

Sécurité

Réactions

Bonjour
Pour répondre à votre question, ce n'est pas chouette les brochettes. Car on vends de la mauvaise nourriture à des gens qui sont dans l'extrême misère. Et une population proche de la municipalité soutiens cet état de fait.
N'oublions pas les paroles de Sieur BRAOUEZEC, c'est de l'extrême misère que naîtra une société nouvelle.
Le seul soucis, c'est qu'il ne l'applique pas à lui même et la ou il vit.
Tant que cet odieux personnage sera encore au manette de la ville... Il ne se passera rien de bon dans la ville.

Pendant que l'extrême misère est à Saint Denis, les autres progressent, s'améliorent, ont des projets intéressants pour leurs habitants.
A Saint Denis, ville des autres, on a le droits d'avoir les JO sans y participer (prix des places indécents) la coupe du monde de rugby sans que la ville soit une terre de rugby. Et autre joyeusetés qui poussent le monde à venir sans y rester.
Tous ce qui est fait à Saint Denis, ce n'est pas pour les habitants. On a juste le droits de subir les nuisances.

Les brochettes sont à Saint Denis parce que la ville le permets et l'admets. Dans d'autres villes, l'état de droit serait respecté.

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur