Cultures

Spectacle à Fratellini
/ New York académie

Le chapiteau dionysien accueille Un garçon à New York du metteur en scène Stuart Seide élaboré avec les apprentis de 2e année. Un hommage à la ville qui ne dort jamais au travers de saynètes mêlant toutes les disciplines circassiennes.
"Un garçon à New York" se jouera jusqu'au 23 décembr eà l'Académie Fratellini.
"Un garçon à New York" se jouera jusqu'au 23 décembr eà l'Académie Fratellini.

I want to be a part of it, New York, New York ”, fredonnait Frank Sinatra. Comme cette chanson emblématique, d’innombrables œuvres ont rendu hommage à la Grosse Pomme et nourri son magnétisme. Ville de métissage, avant-gardiste et dont la way of life a longtemps inspiré et fait fantasmer les artistes, New York a attiré des générations de migrants venus tenter leur chance dans la ville qui ne dort jamais. « Il y a l’Amérique et il y a New York, la cosmopolite. Elle est en perpétuel mouvement, raconte Stuart Seide. La seule chose constante là-bas, c’est le changement. » Le metteur en scène qui en est à l’origine présente Un garçon à New York coproduit avec sa compagnie C/T (Création/Transmission) et élaboré avec les apprentis de 2e année de l’académie Fratellini. L’école de cirque dionysienne accueillera ce spectacle du 7 au 23 décembre.

La Rhapsody in Blue du pianiste George Gershwin ouvre le spectacle nous plongeant dans ce qui constitue une des projections mentales de Big Apple les plus éloquentes. « Gershwin représente New York pour moi. Je m’identifie à ça. » Des Beastie Boys au YMCA en passant par Patti Smith et les Talking Heads, les hommages musicaux saupoudrent tout le récit. Celui d’un jeune homme, à l’allure d’un self-made man, débarqué fraîchement dans la mégapole et qui ne résiste pas à l’envie de croquer dans la Grosse Pomme. À l’image du tourbillon incessant de la foule, les saynètes s’enchaînent avec des numéros de jonglage, d’acrobaties au sol, de pole dance, de cerceau, trapèze, diabolo et monocycle… On s’imagine dévalant des fire escape, traverser Greenwich Village avant de s’encanailler dans un speakeasy (bar clandestin) et de faire la rencontre des marginaux, des drag queens et du milieu interlope de la nuit new-yorkaise. On suit le jeune héros anonyme qui tente tant bien que mal de se faire une place, dans la ville mais aussi dans le cœur d’une jeune fille happée par la frénésie quotidienne de Fun City. Saura-t-il dompter les buildings ou au contraire se laissera-t-il engloutir comme les autres ?

Un garçon à New Yorkest la première tentative circassienne de Stuart Seide. « J’étais venu l’an passé donner des ateliers dans le cadre d’un Apéro cirque. À la suite de cette expérience, l’académie Fratellini m’a proposé de faire une création. J’ai trouvé ça insolite. Je me suis dit que s’ils étaient assez fous pour me le proposer alors j’allais être assez fou pour accepter. » Stuart a quitté New York voilà 47 ans maintenant pour venir s’installer en France, pays qu’il a adopté et dans lequel il a dirigé de nombreuses structures comme le Théâtre du Nord à Lille de 1998 à 2013 et l’École professionnelles supérieur d’art dramatique de la région Nord Pas-de-Calais dont il a été nommé directeur en 2003.

« Je suis un garçon de Brooklyn, je n’ai jamais cessé de l’être. Mais je ne regrette pas de l’avoir quitté. J’ai quitté Brooklyn, mais Brooklyn ne m’a jamais quitté en réalité, il est en moi, confie Stuart Seide. J’ai voulu intégrer dans ce spectacle ce que j’ai connu de New York avec beaucoup de références cinématographiques et musicales mais aussi des choses que je n’ai pas connues comme les Beastie Boys que j’ai découverts en France mais dont les vibrations m’ont rappelé mon quartier, explique le metteur en scène qui se dit très heureux d’avoir partagé ses références avec celles des élèves de l’académie et salue leur force de proposition. Cela a été un mois de dialogue formidable, ils ont beaucoup contribué à la création du spectacle. Ils m’ont aidé dans ce monde que je ne connais pas, celui du cirque. » Pour partager un moment frénétique, poétique et parfois mélancolique, c’est sur Railworkers Street(1) que cela se passe. It’s up to you (2).

Maxime Longuet

(1) rue des Cheminots

(2) C’est à vous de voir (New-York, New-York)

Un garçon à New York à l’académie Fratellini (1-9 Rue des Cheminots ) du 7 au 23 décembre. Tarifs : de 18€ à 5€. Tél. : 01 49 46 00 00. www.academie-fratellini.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.