À la une En ville

Politique
/ Mathieu Hanotin à la croisée des chemins

Très discret depuis plusieurs mois, l’ancien député socialiste est de retour cet automne avec un feuilleton publié sur liberation.fr. Dans Que la campagne est belle, il revient sur son aventure au côté de Benoît Hamon pendant les présidentielles.
Mathieu Hanotin en meeting pendant la campagne présidentielle
Mathieu Hanotin en meeting pendant la campagne présidentielle

« J’ai eu besoin de couper », lâche Mathieu Hanotin quand on lui demande ce qu’il a fait ces derniers mois. Mais couper n’est pas nécessairement synonyme de farniente. C’est aussi se poser, pour réfléchir et écrire. « Ce feuilleton c’est un exercice cathartique, poursuit celui qui reste le chef de file du Parti socialiste à Saint-Denis. La politique c’est dur. J’ai quand même pris une claque. » Deux même, si l’on ajoute à l’élimination cuisante (6,36 %) de Benoît Hamon – dont il était le directeur de campagne – dès le premier tour des présidentielles, sa propre défaite aux législatives dans la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis (19,23 %, au 1er tour, 250 voix derrière Véronique Avril, la candidate En Marche).

À 39 ans, Mathieu Hanotin est à un carrefour important de sa déjà longue carrière politique, lui qui est conseiller départemental (délégué au sport et aux grands événements) depuis bientôt 10 ans. S’il se cherche une activité à mener en parallèle de son mandat, il n’a pas abandonné toute ambition politique au niveau local. Mais sa trajectoire personnelle dépendra aussi de celle de son parti. Car Mathieu Hanotin, en dépit de ses bisbilles de la rentrée avec la fédération socialiste de Seine-Saint-Denis, de sa toute fraîche démission de la présidence du groupe PS au conseil départemental (1), et de sa sympathie pour le mouvement du 1er juillet lancé par Benoît Hamon (Ex-PS), est bien toujours au bureau national du PS. « Pour moi le PS n’est pas la solution mais fait partie de l’équation. J’attends le prochain congrès qui aura lieu en mars. J’espère qu’on y tirera le bilan du quinquennat de François Hollande et qu’on définira une stratégie politique claire. Soit le PS est un parti de gauche et gouverne avec la gauche. C’est ma position. Soit on considère que l’on peut gouverner avec Macron. » Un deuxième cas de figure qui poserait sans doute avec une plus grande acuité la question du devenir du Parti socialiste sur le plan local.

Mais nous n’en sommes pas là. L’heure est encore au débat interne post-débâcle électorale, et Mathieu Hanotin y contribue avec Que la campagne est belle (2). « Il ne s’agit vraiment pas d’un exercice putassier, mais de lâcher plutôt quelques vérités. » Au moins sur la forme, Mathieu Hanotin innove en ne publiant pas un énième livre politique, à peine commenté aussi vite oublié. En feuilletonnant son récit en ligne, l’ancien candidat à la mairie aspire à être vraiment lu et espère être entendu.

Yann Lalande

(1) En début de semaine dernière, Mathieu Hanotin a annoncé sa démission « dans un geste de rassemblement afin de passer à autre chose et surtout pour des raisons personnelles d’emploi du temps surchargé ». C’est Zaïnaba Saïd-Anzum, conseillère départementale de La Courneuve, qui lui succède.

(2) http://www.liberation.fr/apps/2017/11/que-la-campagne-est-belle/

Réactions

Aux sachants et autre experts bien attentionnées à qui je disais que ce gars là n'avait aucune envergure et était un simple arriviste, on me répondait que c'était un "outil" pour se débarrasser de la majorité en place ! "Cet outil " nous aura fait perdre à minima 6 ans car les traces sont encore présentes !!!
Ce monsieur s'en fiche royalement des dionysiens. Il ne pense qu'à sa carrière. J'ai voté pour lui aux municipales pour virer paillard. Il démissionne immédiatement de son mandat. Il disparaît de Saint Denis et revient fraîchement voir la plèbe à Saint Denis à chaque élection. C'est fini pour moi. Désolée, mais prochaine fois, je vote à droite. Qu'il reste dans ses beaux quartiers parisien, nous on en a marre de se faire manipuler par des arrivistes
Il reste un icône à saint Denis.Il incarne une opposition crédible à la gestion catastrophique des communistes
Un site internet intuitif et conçu pour attirer les électeurs, une adhésion gratuite, un programme promettant une hausse du pouvoir d'achat, la RÉPUBLIQUE EN MARCHE est une arnaque sur internet. Quatre cent mille citoyens s'y sont inscrits. Le 11 juin 2017 au 1er tour des législatives 7323496 électeurs ont voté LREM dont 3575 pour Véronique Avril à Saint-Denis. C'était one shot. Ça ne marchera plus. Six mois plus tard le taux de chômage et la bulle immobilière continuent de gonfler. En juin 2019 aux élections européennes en Seine-Saint-Denis la liste LREM ne dépassera pas 5% des suffrages exprimés. Dans notre département comme dans beaucoup d'autres le Parti Socialiste peut remporter les élections européennes.
Et les millions d'euros d'argent public dépensés sans compter pendant la campagne pour les engraisser tous, ils sont beaux, eux aussi ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.