À la une En ville

153 emplois menacés
/ Les salariés de Canal+ Saint-Denis toujours mobilisés

Jeudi 21 septembre, les salariés de Canal + ont manifesté devant le centre d'appels
Jeudi 21 septembre, les salariés de Canal + ont manifesté devant le centre d'appels

Les salariés de Canal + à Saint-Denis continuent de se mobiliser. Hier, une cinquantaine d’entre eux sont partis manifester au siège de Vivendi, la maison mère de la chaîne cryptée, à Paris. Ils dénoncent la fermeture de leur centre d’appels, impliquant la suppression de 153 emplois, que la direction a annoncé le 2 juin dernier. Après un premier mouvement de grève lancé avant les grandes vacances d’été, les salariés ont repris leur mobilisation. Depuis le vendredi 8 septembre, ils débrayent quotidiennement avec leurs collègues de Rennes. Si leur emploi n’est pas menacé, les 268 employés de ce centre d’appels doivent accepter une profonde réorganisation de leur travail. Mercredi 20 septembre, un délégué de Saint-Denis s’est rendu dans la capitale bretonne pour organiser le front syndical. 

Pour l’instant, les négociations bloquent notamment sur les indemnités de licenciement. La direction propose un mois de salaire par année d’ancienneté, les syndicats en demandent trois. Le centre d’appels compte de nombreux seniors avec une longue carrière qui craignent de ne pas retrouver un nouvel emploi. « J’ai donné 20 ans de ma vie à Canal ! J’ai une femme, des enfants. On est beaucoup dans mon cas. Si on n’est pas reclassé, on veut de la thune ! On veut trois mois de salaires ! C’est notre objectif », nous dit un salarié. Il décrit une ambiance lourde dans le centre d’appels qui fonctionne au ralenti. « On ne travaille plus sur le plateau. On répond juste à un ou deux appels. Le cœur n’y est plus. Les journées sont très longues, c’est épuisant. Mais entre nous, cela se passe bien, on reste unis. » Les salariés continuent de débrayer quotidiennement, à des moments clés, le matin ou le soir. Le face-à-face devrait encore durer quelques semaines avant qu’un accord soit trouvé.

Aziz Oguz
 

Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur