En bref

Solidarité migrants Wilson
/ Les petits-déjeuners menacés

« On est environ 80 dans la chaîne », explique Jean-Jacques Clément aux journalistes venus samedi matin Porte de la Chapelle. Tous les jours, à quelques mètres du Centre humanitaire Paris nord saturé, des habitants de Saint-Denis, Paris et d’ailleurs distribuent des petits-déjeuners à des migrants échoués sur les trottoirs de la cinquième puissance économique du monde. Un autre pilier de la solidarité citoyenne, Clarisse Bouthier, dénonce les pressions policières régulières pour empêcher que s’exprime le droit d’humanité. Le 18 février, aucun képi n’est en vue pour dissuader les bénévoles de l’association « Solidarité migrants Wilson ». L’appel à la mobilisation lancée sur Facebook et la présence des journalistes a dissuadé la méthode musclée... qui est réapparue dès le lundi matin. Suzanna De La Fuente, élue du quartier présente samedi boulevard Ney, a annoncé vouloir rencontrer le cabinet d’Anne Hidalgo.

DSz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.