À la une En ville

Parc de stationnement
/ Les parkings ratent leur créneau

La majorité des six parkings publics de la ville, gérés par des entreprises privées, souffrent d’une baisse de fréquentation certaine. L'insécurité et la saleté impactent leur usage.
A Saint-Denis, cinq des six parkings publics sont gérés par la société Indigo  (©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis
A Saint-Denis, cinq des six parkings publics sont gérés par la société Indigo (©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis

C’est le cri de colère d’un lecteur du JSD. En septembre dernier sur notre site Internet, il s’est indigné de la dégradation du parking République dans le centre-ville. « Depuis plus d'un an », il ne voit « plus les agents qui travaillaient là-bas », « les vitres des véhicules sont régulièrement fracassées », « les poubelles jonchent le sol » et « ne sont pas ramassées ». « Certes, mon abonnement n'a pas augmenté mais il n'a pas baissé et le service […] est lamentable », critique-t-il. D’autres commentaires alertent sur une détérioration dans le parc de stationnement souterrain de la place du 8-Mai-1945. Ces plaintes reflètent une situation dégradée dans certains parkings publics de la ville, dont la gestion dépend de Plaine Commune. Saint-Denis en compte six : Porte de Paris, Marcel-Sembat dans le quartier Gare, Basilique, République, 8-Mai-1945 dans le centre-ville et Université à côté de la station de métro éponyme. Leur capacité totale est de 3 231 places. 

Ils sont gérés par des entreprises privées dans le cadre d’une délégation de service public. Excepté la société Q-Park pour Université, Indigo a le marché pour les cinq autres parcs. Anciennement Vinci Park, cette société a changé de nom fin 2015 : le groupe de BTP Vinci a vendu environ 75% de sa filiale au fonds d’investissement Ardian et à la société Prédica, filiale du Crédit agricole assurances, avant de céder la totalité de ses parts l’année suivante. Selon plusieurs témoignages, le service délivré s’est détérioré après ce changement d’actionnariat. « Cela s’est amélioré ces derniers mois », souligne néanmoins Mounir, qui a une société de nettoyage de véhicule dans le parking République. 

Plaine Commune met la main à la poche

Dans un rapport annuel (1), présenté en novembre, Plaine Commune constate la baisse de la fréquentation des visiteurs et du nombre d’abonnés dans les parkings en 2016. « La baisse de 3,7% de la fréquentation par rapport à 2015 est importante, et renforce la sous-occupation globale des parcs de stationnement (à l’exception de Basilique) », est-il écrit. Le nombre de visiteurs est passé de 1 112 528 à 1 071 666. Basilique totalise à lui seul 913 401 visiteurs, soit 85% du total. Mais, depuis 2012, il en a lui aussi perdu environ 90 000.

Il est aussi noté dans les conclusions « une légère augmentation de la fréquentation du nombre d’abonnés [2 020 au total en 2016], pour partie due à la montée en puissance du parc Porte de Paris », ouvert depuis 2015. Mais ce nombre est en baisse à 8-Mai-1945, République et Basilique. « Ces baisses peuvent s’expliquer par l’ouverture du parking Porte de Paris qui capte une partie des anciens abonnés […] et également par un niveau d’insécurité perturbant l’exploitation du parking Basilique. » Conséquence de ces mauvais chiffres pour l’année 2016, Plaine Commune a versé environ 223 717 € au délégataire en raison du « déficit d’exploitation et/ou prestations exceptionnelles prises en charge par le délégataire »

Mais l'éclaircie est peut-etre au bout de la rampe. Après plus de 300 voitures vandalisées dans le parking sous la cité Carrefour, grâce à des travaux de sécurisation, ces actes sont tombés à 126 l’année dernière. Et, en 2017, le chiffre est d’environ deux actes de vandalisme par mois. Le partenariat avec la police a permis d’arrêter les auteurs de vols à répétition, à l’instar de celui qui sévissait à la Gare et à République depuis fin 2016. De 19h à 7h du matin, un maître-chien est en permanence au parking des Chaumettes. Un autre agent de sécurité se déplace dans les différents parcs. Le délégataire mobilise ponctuellement deux maîtres-chiens pendant la période hivernale, annonce Kito Nhouyvanisvong, responsable secteur à Indigo : « Avec le froid, plus de gens vont dans les parkings où il fait un peu plus chaud. » « J’ai constaté de plus en plus de sans-domiciles fixes et de misères ces dernières années », confirme un agent. Des accès ont été cassés, comme à République ou à Basilique. Avec une vingtaine d’accès, ce dernier parking est « un gruyère » difficile à contrôler, selon un agent de la Ville. Mais pour cet employé du centre-ville, il faudrait « une présence 24h sur 24 » dans son parking : « Les rondes ne sont pas suffisantes. »

Aziz Oguz

(1) Sont inclus deux parkings non-dionysiens, l’un à La Courneuve et l’autre à Aubervilliers. Mais ils ne changent pas la teneur des chiffres.  

Réactions

Je pense qu'il faut municipaliser ces parkings au bout de la concession. Les privés cherchent la rentabilité et n'investissent pas. C'est la seule solution
" Plaine Commune a versé environ 223 717 € au délégataire en raison du « déficit d’exploitation et/ou prestations exceptionnelles prises en charge par le délégataire ». " Ah bon c'est pas l'inverse? c'est pour ça que la municipalité nous remet le stationnement payant pour le confier à ces gens si honnètes.....? La dernière fois que j'ai utilisé le parking porte de paris j'ai payé un tarif insensé pour quelques heures, je me demande pourquoi d'ailleurs vu que les barrières de sortie étaient fracassées, apparemment depuis un petit moment, et pas la moindre présence humaine dans ce lieu inquiétant.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.