À la une En ville

Paroursup
/ Les lycéens de Paul-Éluard se mobilisent

Jeudi 31 mai, un groupe de lycéens a bloqué pendant une demi-journée l’établissement afin de protester contre le système d’affectation Parcoursup. Ils ont ensuite été reçus par le maire.
Après avoir bloqué le Lycée à 8h du matin des élèves d'eduard se sont rendus jusqu'à l'Hôtel de ville où ils ont été reçus par Laurent Russier et Eric Coquerel
Après avoir bloqué le Lycée à 8h du matin des élèves d'eduard se sont rendus jusqu'à l'Hôtel de ville où ils ont été reçus par Laurent Russier et Eric Coquerel

Le rassemblement prévu pour 8 h a viré au blocus. Une quinzaine d’élèves ont barricadé, jeudi 31 mai, les portes d’entrée du lycée Paul-Éluard à l’aide de poubelles juchées les unes sur les autres, de tables et de caddies. « Parcoursup, le rêve se fait attendre », « Notre avenir en attente ».La raison du blocus est clairement exprimée sur les banderoles accrochées aux grilles de l’établissement. « On est là pour dire qu’on n’est pas du tout d’accord avec Parcoursup (le nouveau système d’orientation qui remplace APB). Mais notre mouvement de revendication est pacifique », explique Rayan, en terminale STMG, l’un des organisateurs du blocus. Plus de 200 élèves ont assisté à la protestation en présence d’une partie du personnel enseignant et de la direction. À Paul-Éluard, 35% des élèves ont obtenus un « oui », le lendemain des résultats d’affectation le 22 mai. Au 31 mai, ils étaient 62% précise une professeure de français. « Mais quelle est la part des élèves satisfaits par ces “oui” ? », se demande-t-elle. Certains lycéens parlent d’inégalités à l’œuvre. « Nous aussi on veut percer et aller à la Sorbonne », scande au mégaphone l’un d’entre eux.

La Ville soutient les lycéens

Dans la matinée, une délégation de lycéens a été reçue par Laurent Russier, maire de Saint-Denis, et Éric Coquerel, député de la 1re circonscription de la Seine-Saint-Denis. Ce dernier, invité au blocus par les élèves de terminale, a exprimé « sa solidarité pleine et entière aux étudiants qui luttent contre une loi frappant de manière inégale. Les lycéens n’ont aujourd’hui pas d’affectation, c’est deux fois plus qu’à Paris », a t-il détaillé. Laurent Russier a quant à lui dénoncé la « limite d’accès à l’université » qu’impose Parcoursup et a soutenu les lycéens dans leur revendication car « il n’y a rien de pire que d’être contrecarré dans ses choix ». Les deux élus ont fait savoir aux élèves engagés mais inquiets pour leur avenir, qu’un rendez-vous d’urgence serait pris très rapidement avec le recteur d’académie. Le but est de faire le point sur la situation des élèves dionysiens, notamment ceux sans affectation ou qui se sentent lésés par le dispositif Parcoursup.

Yslande Bossé

Réactions

Bonjour. Je cite "« Nous aussi on veut percer et aller à la Sorbonne », scande au mégaphone l’un d’entre eux.... Ils ne veulent pas aller à Paris 8 ??? C'est le rêve parait il... Des rumeurs... Dédicace à Pascal Stoller... Si indispensable à SUGER (il venait de cette université il me semble) C'était l'instant détente... Bon week end.
Il faudrait que ces jeunes lycéens sachent que de plus en plus d'entreprises publiques et privées, dans leurs embauches de CDIs, ne font plus confiance à la valeur des diplômes universitaires qui se dévalorisent d'année en année (comme le bac). Elles font passer alors des tests en anglais (TOIC), en français ( le VOLTAIRE) et sur les basics en mathématique plus une mise à l'essai de 3 à 6 mois pour tester la personnalité. D'autre part ces entreprises privilégient de plus en plus la personnalité de l'individu que son diplôme dans le recrutement. Autre question: mais pourquoi pousser tout les jeunes à faire des études universitaires? Il y a d'autres façons de réussir dans la vie.Par exemple, le jeune qui sort de l'école avec la maitrise des basiques scolaires et qui sait commander efficacement les autres a un bel avenir que ce soit dans les entreprises publiques ou privées.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur