À la une En ville

Samedi 1er juillet
/ Les habitants du centre-ville déambulent dans leurs rues

Organisés en différents collectifs à l’origine de jardins partagés, des citoyens du quartier central organisent un défilé festif avec les enfants des accueils de loisirs, leurs parents, des tricoteurs urbains, des marionnettes…
Les tricoteuses ont commencé à installer des éléments de tricot urbain sur le parcours de la déambulation.
Les tricoteuses ont commencé à installer des éléments de tricot urbain sur le parcours de la déambulation.

Des centaines d’enfants des accueils de loisirs du centre-ville et leurs parents vont, le 1er juillet à partir de 15h, défiler dans les rues. Plusieurs collectifs d’habitants sont à l’origine de cette déambulation placée sous le label Rue pour tous. Tous lancés depuis fin 2015 dans des jardins partagés plus ou moins importants. Le projet de déambulation, soutenu et coordonné par la démarche quartier Grand centre-ville fait l’objet d’une demande de subventions dans le cadre de la politique de la Ville. Il y a reçu un accueil favorable et bénéficie des financements provenant, entre autres, du Commissariat à l’égalité des chances. Deux cortèges se formeront, l’un au départ de l’école Jean-Vilar, l’autre de l’école Jules-Guesde. Le nombre de participants et l’obligation de passer par des endroits étroits ont imposé cette division. Impensable de ne pas marquer ces lieux emblématiques de l’engagement citoyen à l’origine du projet. Et même si les réalisations ne sont pas toujours spectaculaires, elles ne représentent que la partie émergée de l’iceberg de l’investissement des habitants.

La même volonté d’intervenir sur l’espace public

Tous, Jardin Haguette (collectif Haguette), La rue notre jardin (collectif rue Courte), la galerie HCE, Bonjour voisin Cop’Billon ou Jardin des Chaumettes, partagent la même volonté d’intervenir sur l’espace public et d’y établir des relations apaisées. Certains sont constitués en association, d’autres sont en train de le faire ou d’autres encore ne font pas cette démarche, préférant garder la souplesse de l’organisation en collectif. Au-delà de leur intervention en matière de verdissement, ils portent des moments conviviaux, susceptibles de créer du lien. Et leur mobilisation n’est pas vaine. Le service Voirie de Plaine Commune s’est mis au diapason de ces préoccupations. Courant mai, une rencontre entre services et habitants suivie d’une visite des lieux en commun a permis de choisir les aménagements prioritaires de la rue du Corbillon. En septembre des travaux devraient aboutir à  l’installation de ralentisseurs, urinoirs, corbeilles, marquage au sol… tenant compte de l’expertise d’usage, l’avis de riverains.

Avec le soutien des groupes de tricoteurs

Les différents groupes de tricoteurs (1) dionysiens ont mis la main à la laine et plusieurs installations de tricot urbain indiquent le parcours. Animés par la même énergie que les groupes plus orientés jardinage, il n’était pas étonnant de les voir rejoindre cette expérience et proposer leurs services pour mettre en valeur les jardins partagés.

Pour rendre cette initiative festive et joyeuse, la compagnie Sirènes, une compagnie pluridisciplinaire (théâtre, marionnettes, arts plastiques…) basée au 6b, est venue apporter sa touche. Habituée aux interventions sur l’espace publique, elle s’est chargée de chorégraphier la déambulation et mettra à disposition ses « géants ». Les petits dionysiens enfileront les costumes colorés réalisés avec leurs animateurs des accueils de loisirs. Les deux cortèges, rassemblés rue de la République (au niveau de la rue du Corbillon), évolueront jusqu’à la place des Tilleuls où sont prévues des interventions. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour en assurer le succès. Les habitants prêts à donner un coup de main pour pousser les géants, gérer le cortège ou bien encore la sono peuvent s’adresser à rue-pour-tous-a-saint-denis@googlegroups.comou natalia.castroalvarado@ville-saint-denis.frou au 06 48 29 38 35.

(1) Tricot partage, Déchet d’arts, Street mamies, Maison des parents. 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.