CTM
/ Les élus socialistes d'opposition demandent la création d'une commission d'information et d'évaluation

Nom ou initiales: 
Adrien Delacroix

Les élus socialistes d’opposition ont écrit ce jour au maire de Saint-Denis pour demander la création d’une mission d’information et d’évaluation sur le fonctionnement du centre technique municipal.

Le vendredi 18 novembre dernier, les douanes ont interpellé en pleine nuit deux agents de la Ville, avec une demi tonne de cannabis dans les locaux du Centre Technique Municipal. Au lendemain de cette interpellation nous avions exigé que toute la lumière soit faite sur cette affaire et nous avions soulevés plusieurs questions :
- comment un bâtiment municipal avait pu être le lieu d’un trafic de drogues d’envergure sans que personne ne s’en rende compte et n’alerte la police;
- comment de nombreux véhicules de luxe, présumés volés, avaient pu être entreposés dans les locaux du CTM sans que, là non plus, personne ne s’en rende compte et n’alerte la police;
- et comment le principal suspect, agent de la ville, avait semble-t-il déjà été au cœur d’une affaire de stupéfiants au CTM un an auparavant sans aucune conséquence.

Si Didier Paillard, Maire au moment des faits, a commandé une enquête administrative en faisant appel à la Société ACL pour un montant de 12 500 euros, les résultats de cette enquête n’ont à ce jour pas été transmis, malgré les demandes de plusieurs conseillers municipaux, dont M. Adrien Delacroix, pour le groupe socialiste, lors de la séance du conseil municipal du jeudi 2 février 2017.

Pourtant, c’est à l’appui de cette enquête, qui n’a été communiquée à personne, que le Maire actuel Laurent Russier a pris plusieurs mesures visant à privatiser le gardiennage du centre technique municipal et à dissoudre le service des fêtes de la ville. Ces mesures qui n’ont pas été concertées ont provoqué une grève des agents du CTM qui à ce jour seront les seuls à être pénalisés, sans que la responsabilité de la hiérarchie administrative ou des élus de la majorité ne soit même interrogée.

Comme nous l’avons toujours fait, nous soutiendrons les mesures visant à améliorer la sécurité des biens et des personnes, en particulier pour des bâtiments municipaux et des agents qui méritent d’être protéger dans leurs fonctions, mais nous ne pouvons accepter le manque de transparence dont fait preuve le Maire de Saint-Denis.

Une telle attitude, ne peut que nous interroger sur le contenu du rapport administratif et plus largement sur les éventuelles responsabilités qui incomberaient à la hiérarchie administrative ou aux élus de la majorité sur les dysfonctionnements du CTM.

Nous avons ainsi réitéré notre exigence que le rapport de l’enquête administrative nous soit transmis dans les meilleurs délais.

Et pour nous assurer que toute la lumière soit faite sur cette affaire, nous avons déposé, selon l’article L2121-22-1 du code général des collectivités, une demande de création d’une mission d’information et d’évaluation portant sur le fonctionnement du centre technique municipal.

Les élus du groupe socialiste et écologiste, l’ambition à gauche pour Saint-Denis, souhaitent que cette commission soit pluraliste et qu’elle puisse mener toutes les auditions et investigations qu’elle estimera nécessaire afin de faire toute la lumière sur les dysfonctionnements du CTM.

CTM

Réactions

Avec cette prise de position du groupe PS, maintenant nous sommes 22 élu-e-s municipaux à demander une "commission d'information et d'évaluation" sur le Centre technique municipal (CTM) de notre ville (pour 9 nécessaires).
Que j'ai demandé le 2 février en séance du conseil municipal.

Vous pourrez prendre connaissance des autres élus qui s'étaient déjà prononcés pour cette commission par ici : http://philippecaro.over-blog.com/2017/02/22-maintenant-nous-sommes-22-e...

Tout comme le groupe REVE de la majorité qui demande lui aussi cette commission, le groupe PS a sa propre expression et ses propres arguments pour demander cette création. Que prévoit l’article 6-5 de notre règlement intérieur. Qui dispose que « Lorsqu’un sixième des conseillers en fait la demande, il peut être constitué une commission d’information et d’évaluation chargée de recueillir des éléments d’information sur une question d’intérêt communal, ou de procéder à l’évaluation d’un service communal. »
Je laisse le soin à ce groupe d'opposition de faire connaître et de développer en détails ses arguments et motivations. En tout état de cause, je retiens de sa prise de position qu'elle va dans le sens du travail de vérité que je souhaite.

Évidemment, j'aurais aimé que tout cela aille plus vite. Car ma proposition de commission date déjà de plusieurs semaines. Et a mis du temps à obtenir des réactions de mes collègues. Peut-être ainsi aurions-nous évité un conflit social au CTM qui dure maintenant depuis près de deux semaines ?

Mais je veux surtout retenir aujourd'hui l'essentiel : lentement mais sûrement s'impose la nécessité du travail pluraliste, lucide et transparent que j'appelle de mes vœux depuis que nous avons eu connaissance des faits l'an dernier. Pour prendre toute la mesure des faits graves survenus au CTM de notre ville et de
toutes les conséquences à en tirer.

Alors je dis ici l'espoir qui est le mien que d'autres élu-e-s rejoignent encore cette démarche. Et surtout celui —plus fou encore !— que nous parvenions finalement au bout du compte à ce que la création de cette « commission d'information et d'évaluation » soit une décision consensuelle et unanime de tout le conseil municipal.

Saint-Denis, nos concitoyen-e-s et notre service public communal en ont un besoin vital.

Je reprends ce que j'ai pu écrire sur un autre fil : Pour éviter toutes contestations futures, il serait bien que la présidence de cette commission soit accordée soit à l'opposition socialiste, soit au PSG voire à REVE.

De la discussion que j'ai pu avoir mercredi dernier avec deux salariés du CTM (j'étais accompagné d'un autre prof de Paris VIII), difficile de savoir ce qui tient du fantasme de la réalité notamment sur l'étendu des "dérives mafieuses".

J'ai quand même relevé une affirmation inquiétante qui est à bien entendu à vérifier : "la municipalité" aurait embauché tous les petits caïds des cités pour des emplois plus ou moins créés pour eux avec pour objectif de se payer la tranquillité , ces caïds ayant le privilège d'être systématiquement bisés (faire la bise) par certaines élues, les autres salariés étant plus ou moins méprisés ...

Bonjour l'ambiance ...

Bonjour.
@Philippe CARO.
Le silence de S. PEU est quand même assourdissant sur ce conflit qui touche l'ensemble de la ville.
Un candidat à la députation soutenant les salariés gréviste de SFR et pas ceux de CTM est assez curieux de sa part.
Les calculs politiciens de cet homme pour survivre sont hallucinant.
S'il soutiens les grévistes, il explose la majorité municipale de faite.
S'il les condamne, il se prive d'un beau paquets de voix pour l’élection qui arrive très bientôt.

Je suis d'accord avec vous sur le travail de vérité. S'il y a des sanctions, je les trouve incomplètes et surtout d'une brutalité sans nom en essayant de se dédéouaner de la connaissance de problème dans le CTM.

A force de nier les problèmes de la ville... on en arrive à des situations extrêmes.

Je salue le combat du militant que vous êtes et ne pas être coupable de complaisance comme beaucoup d'élus et de militants.

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.