Cultures

École Langevin et collège Barbusse
/ Les élèves sur les traces de Blanche-Neige

Jeudi 4 mai, au TGP, ils donnaient un spectacle qu’ils ont imaginé à partir du conte des frères Grimm et de versions antérieures du Liban et de Grèce. L’aboutissement d’un projet pédagogique ambitieux mené avec deux comédiennes.
Les écoliers de Langevin sur la scène du TGP, jeudi 4 mai
Les écoliers de Langevin sur la scène du TGP, jeudi 4 mai

 


De Blanche-Neige, tout le monde connaît le dessin animé de Walt Disney, adapté à partir du conte publié par les frères Grimm. Mais l’origine de la légende est plus lointaine encore. « Dans le monde entier, on trouve des histoires qui se ressemblent, avec des différences, raconte la comédienne Aude Pons. Il y a toujours un enfant jalousé, qu’on menace de tuer, et qui est chassé ou doit s’exiler. L’enfant part, rencontre des protecteurs — selon les versions : nains, ogre ou dragon… — puis, après avoir failli mourir, quelqu’un qui va l’aider à grandir. C’est l’essence de ce conte, sa structure. »

Aude Pons et Natacha Dubois, de la compagnie Infini Dehors, ont créé De quoi conter à l’infini, un objet théâtral et pédagogique autour du conte type dont Blanche-Neige est une des variantes. En octobre, elles ont joué cette forme courte à l’école Langevin. « Ça a été le point de départ de notre projet », raconte Xavier Nicolas, le directeur de l’école.

À partir de versions du conte venues du Liban et de Grèce, les élèves de CM1 ont poursuivi un travail d’écriture (haïkus, cadavre exquis…) avec leurs enseignants pour aboutir à une nouvelle mouture du récit. Les CM2, quant à eux, ont retravaillé la version des frères Grimm. De plus, une classe de 6e du collège Barbusse a mené de son côté un travail en vidéo. Sa projection est venue s’incorporer à la restitution théâtrale des ateliers des écoliers de Langevin.

93 petits êtres sur les traces de Blanche-Neige, c’est le nom du spectacle, a été donné au Théâtre Gérard-Philipe, jeudi 4 mai, sur la scène de la salle Roger-Blin, sous la direction des deux comédiennes. L’aboutissement d’un projet pédagogique ambitieux qui a été rendu possible par le soutien du TGP, de la Fondation de France,  de la DSDEN 93 et de la Ville de Saint-Denis.

« Le théâtre c’est une façon d’apprendre : les élèves ont travaillé l’écriture, ils ont assisté à des pièces, ils ont visité les coulisses du TGP… », explique le directeur de l’école Langevin, qui rêve d’inscrire le projet dans l’identité du réseau d’éducation de son établissement. Pourquoi pas, à terme, un parcours théâtral inter-niveaux, qui irait de l’école primaire jusqu’au lycée Paul-Éluard, qui a déjà prêté son amphithéâtre pour des répétitions ? « Si les partenaires nous suivent, le projet continuera l’an prochain. »


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.