À la une En ville

Aménagement
/ Le temps du PLUi

Trois ans après, les Dionysiens sont invités à une nouvelle concertation sur le plan local d’urbanisme, qui est passé de l’échelle communale à celle du territoire.
A Saint-Denis, le 1er février, les premiers des ateliers organisés dans les neuf villes de Plaine Commune.
A Saint-Denis, le 1er février, les premiers des ateliers organisés dans les neuf villes de Plaine Commune.

Le Plan local d’urbanisme réglemente l’affectation des sols, les conditions de leur desserte, l’implantation des constructions, leur hauteur, etc. Il détermine les périmètres des zones d’activités économiques, des espaces verts ou des secteurs aux usages mixtes. Et fixe ainsi le cadre réglementaire du développement urbain des quinze ou vingt ans à venir. Pour quels objectifs ? Les habitants de Saint-Denis avaient été sollicités sur ces questions voilà trois ans pour le PLU de Saint-Denis. Ils sont invités aujourd’hui à renouveler l’exercice. Mais c’est cette fois à l’initiative de Plaine Commune et pour une concertation qui englobe les neuf villes du territoire. Le PLU communal, instauré en 2000 par la loi SRU, étant aujourd’hui remplacé par le PLUi, plan local d’urbanisme intercommunal. Encouragé par l’État dès 2010, le transfert aux intercommunalités des compétences d’urbanisme et d’aménagement était inscrit dans la loi Alur en 2014. Mais c’est en 2015 avec la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République), portant sur la création des métropoles, que les EPT, Établissements publics territoriaux, tel Plaine Commune, se voient d’office attribuer cette compétence.

Six thèmes soumis aux critiques et suggestions

Lancée le 15 décembre au siège de Plaine Commune, la concertation sur le PLUi s’échelonnera jusqu’en novembre, avec un questionnaire (1) et des ateliers organisés dans chaque ville sur les orientations générales d’urbanisme et d’aménagement du PADD, Projet d’aménagement et de développement durable inscrit au PLU. C’est à la médiathèque Centre-ville que se tenait le 1er février le premier de ces ateliers avec une cinquantaine de participants, sans compter les élus dont le maire Laurent Russier pour qui « l’échelle pertinente est celle du territoire ». A fortiori quand se profilent JOP 2024 et Grand Paris Express. C’est aussi une évidence pour le président de Plaine Commune Patrick Braouezec qui pointait à ce titre le parc départemental Georges-Valbon, la zone des Tartres répartie entre Saint-Denis, Pierrefitte et Stains, ainsi que le secteur de la Briche qui touche à la fois Saint-Denis, Épinay et Villetaneuse. Au fil des six thèmes soumis aux critiques et suggestions, des habitants se sont notamment indignés du « projet monstrueux qui se prépare avec les Lumières Pleyel », et ont préconisé pour les quartiers de bureaux de rétablir une mixité de fonctions, habitat et commerces. Le PLUi devrait être approuvé par le conseil de territoire à la fin 2019. 

 

(1) Questionnaire sur papier et en ligne à retourner avant le 16 mars. Prochaine réunion publique, le mardi 27 février à 18h30, médiathèque Colette à Épinay-sur-Seine. 

Réunions suivantes, mardi 6 mars à 18h30, médiathèque Saint John Perse à Aubervilliers; mardi 13 mars à 19h, médiathèque Elsa Triolet à l'Ile-Saint-Denis, mercredi 14 mars à 18h30, médiathèque Renaudie à Villetaneuse; jeudi 15 mars à 18h30, médiathèque Louis Aragon à Stains; mercredi 21 mars à 18h30, médiathèque Persépolis à Saint-Ouen. 

Pour en savoir plus: 

Réactions

Il faut que Plaine Commune arrête de laisser les terrains disponibles à l'immobilier de bureaux. Il faut consacrer le foncier disponible à l'habitat. De 1990 à 2015, en réservant des centaines d'hectares de terrains à l'immobilier d'entreprise, la ville de Saint-Denis et Plaine Commune ont pris une part dans la formation de la bulle immobilière francilienne. Si tous ces terrains avaient été utilisés pour construire des logements en accession à le propriété et pour construire des logements sociaux alors la ville de Saint-Denis compterait aujourd'hui cent quarante mille habitants, il y aurait moins de jeunes à galérer pour se loger en Île de France, et le prix au m2 des logements n'aurait pas augmenté de façon aussi vertigineuse. Stop au malthusianisme. Les sols doivent être affectés en priorité à l'habitat. Il faut encourager les salariés des entreprises implantées à Plaine Commune à y habiter plutôt que de passer des milliers d'heures par an dans les transports en commun.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur