En ville

Victimes des marchands de sommeil
/ Le symptôme de la crise du logement

Combattre les marchands de sommeil, c’est bien, s’attaquer au mal-logement, c’est encore mieux estiment le DAL comme la Fondation Abbé Pierre qui plaident pour un renforcement du droit des victimes.
Manifestation du Dal à Saint-Denis contre les marchands de sommeil (archives).
Manifestation du Dal à Saint-Denis contre les marchands de sommeil (archives).

« On a eu une affaire comme ça à Saint-Denis. Un garagiste sans scrupule qui avait logé des familles dans des boxes totalement insalubres. La justice l’a condamné en 2010 comme marchand de sommeil. Mais le gars a revendu et les habitants, pourtant reconnus victimes, ont failli être expulsés. Si on n’avait pas organisé la mobilisation, les gens n’étaient pas relogés et se retrouvaient à la rue. » En se référant à ce cas rencontré rue des-Victimes-du-Franquisme, Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit au logement (1), veut donner la preuve par l’exemple qu’aborder la problématique des marchands de sommeil uniquement sous un angle répressif ne suffit pas.

C’est pourtant « une constante depuis bientôt 20 ans » et les dernières annonces de la région comme du gouvernement ne vont pas inverser la tendance. « Par contre, rien n’est prévu pour renforcer le droit et l’accompagnement des victimes, qui craignent par-dessus tout de se retrouver à la rue. Alors que c’est justement pour y échapper que les gens tombent entre les mains des marchands de sommeil. » Or, associer les victimes dans les procédures et les aider à faire valoir leurs droits, « c’est quelque chose qui demande du temps et des moyens, mais qui fonctionne, témoigne Éric Constantin de la Fondation Abbé Pierre. Quand on arrive à coupler une action publique avec un accompagnement juridique des ménages, on obtient des résultats. »

La situation de ces populations vulnérables devrait davantage mobiliser l’attention des pouvoirs publics, qui ont une fâcheuse tendance à prendre le problème à l’envers. « Il ne faut pas se leurrer, tant qu’il y aura une crise du logement, il y aura des marchands de sommeil pour profiter de la détresse de ceux qui n’arrivent pas à se loger », estime Jean-Baptiste Eyraud. Éric Constantin en est lui aussi persuadé : « Tant qu’on manquera de logements accessibles, n’importe quoi se louera à n’importe quel prix. Ce n’est pas comme s’il y avait un stock d’habitats indignes que l’on pourrait parvenir à terme à éliminer. Il se renouvelle en permanence. »

Une histoire sans fin donc, qui va de pair avec une capacité des marchands de sommeil à se réinventer en permanence pour pouvoir passer à travers les mailles du filet. « La seule façon de leur couper l’herbe sous le pied, c’est de lutter contre l’habitat indigne : soit construire des logements sociaux, encadrer les loyers, empêcher la spéculation immobilière, remettre le logement à un niveau accessible aux classes populaires, remarque Jean-Batiste Eyraud. Autant dire que les marchands de sommeil ont encore de beaux jours devant eux… »


(1) Le DAL peut aider les victimes de marchands de sommeil à faire valoir leur droit : 07 53 23 01 32.

Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur