Sports

Judo
/ Le petit club qui monte

Douze ans après sa création le Judo Club Franc-Moisin ne s’arrête plus de grandir et devrait franchir la barre des 200 licenciés. Un succès mérité et méritoire.
Le Judo Club Franc-Moisin sur les tatamis du gymnase du quartier. (©) Aziz Oguz / Le Journal de Saint-Denis.
Le Judo Club Franc-Moisin sur les tatamis du gymnase du quartier. (©) Aziz Oguz / Le Journal de Saint-Denis.

Fabien Farge est sur le pont. Vendredi 10 novembre, 19 h, derrière son bureau installé juste à côté du tatami du dojo, le président du Judo Club Franc-Moisin (JCFM) reçoit encore des parents qui veulent inscrire leur enfant. Pendant ce temps, la trentaine de gamins entre 6 et 8 ans terminent leur séance. Tout aussi nombreux, les 9-12 ans prennent le relais pour une heure. « Le club progresse tellement que l’on a du mal à gérer notre succès », s’enorgueillit le fondateur du JCFM.

Créée en 2005, l’association sportive, qui propose des cours dès 4 ans jusqu’à l’âge adulte, a progressé au fil des années : une dizaine d’inscrits à ses débuts, une centaine six ans plus tard, et la barre des 200 devrait être franchie cette saison. Le club est même à l’étroit dans le dojo du gymnase. Le président aimerait bien agrandir le tatami, mais la salle accueille sur d’autres créneaux des cours de danse. 

Une championne de France 

Fabien Farge a maintenant une longue histoire avec le Franc-Moisin. Il est professeur d’éducation physique et sportive depuis vingt ans au collège Garcia-Lorca. Il a maintes fois raconté les raisons qui l’ont poussé à lancer le club : constatant l’absence d’un club de judo dans ce quartier populaire, il a vu le besoin de donner un cadre à des jeunes en manque d’activités sportives et de repères. Aujourd’hui, il peut regarder en arrière et voir que la greffe a pris. « Cela prend des années pour se construire, être identifié, avoir des résultats… Il faut au minimum dix ans. Maintenant, on est connu dans tout le quartier et la ville. Les familles nous connaissent, elles restent attachées au club, elles l’aiment. » Le fondateur s’appuie aussi sur un « solide encadrement », avec « deux à trois professeurs » par cours.

Si la majorité des inscrits sont du quartier Franc-Moisin, de plus en plus d’entre eux viennent du reste de la ville ou des communes limitrophes comme La Courneuve ou Aubervilliers. Le bouche à oreille fonctionne bien. Habitante du centre-ville, Amandine Mansouri a inscrit son fils Walid, 9 ans, en 2011. Elle a vu la métamorphose. « Avant, il était très timide, il a gagné en confiance, dit-elle. À l’extérieur, les enfants sont bruyants. Quand ils entrent dans la salle, ils sont complètement différents. Ici, il n’y a pas de jugement. On combat, on apprend le respect. » « Ce sport permet d’avoir de la discipline, du physique. On enseigne le respect de soi et des autres », abonde Grégory Khouas, qui a trois enfants dans le club. 

Le travail du JCFM paye aussi dans la catégorie supérieure. Certains « purs produits », comme le qualifie Fabien Farge, ont pu éclore au plus haut niveau, à l’image de Tahina Durand. Au club depuis 2008, la jeune Dionysienne est devenue, en avril dernier, championne de France cadette dans la catégorie des plus de 70 kg. Elle fait partie de l’équipe de France. « C’est encore loin, mais j’aimerais bien qu’elle soit aux Jeux de 2024. C’est jouable », est-il convaincu. Le club compte d’autres judokas de talents comme Amal Oubouch ou Bagnon Blé. Autant dire que l’horizon est dégagé. 

Aziz Oguz 

1000 judokas au tournoi 

Chaque année depuis 2009, le Judo Club Franc-Moisin organise un tournoi qui réunit en moyenne 1 000 combattants. La date de la 8e édition est fixée au dimanche 11 mars 2018, annonce le président. Au printemps dernier, cette compétition annuelle avait été annulée en raison de dégradations dans le gymnase du Franc-Moisin. 

Judo Club Franc-Moisin au gymnase du Franc-Moisin (6, avenue du Franc-Moisin). Infos sur www.jcfm.fr et sur facebook : JudoClub Franc Moisin - JCFM

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur