À la une Cultures

Cité Franc-Moisin
/ Le film qui donne l’envie

Projeté en plein air au pied du bâtiment 1, vendredi 22 septembre, « Ils l’ont fait » a attiré de nombreux spectateurs. Et les a séduit, avec son histoire de jeune Noir au chômage qui prétend au poste de maire de sa ville…
Vendredi 22 septembre, cité Franc-Moisin, à la projection en plein air de « Ils l’ont fait ».
Vendredi 22 septembre, cité Franc-Moisin, à la projection en plein air de « Ils l’ont fait ».

« Ils l’ont fait. Nous aussi, on l’a fait ! » Diangou Traoré a de quoi être fière. Habituellement vide, le parc de la cité Franc-Moisin, au pied du bâtiment 1, est plein de vie. Ce vendredi 22 septembre, la projection en plein air du film Ils l’ont fait a ameuté autant de spectateurs que la dernière sortie d’un gros blockbuster hollywoodien (voir notre reportage photographique). « On veut faire revivre le quartier, qu’il soit comme avant. Des choses ont disparu. Quand on était petit, il y avait par exemple des défilés de mode avec des vêtements que nos mères faisaient », raconte cette trentenaire, qui a créé, en juin dernier, l’association Franc-Moisin Citoyenne (FMC) avec ses amis d’enfance Mickael Dyvrande et Chancel Gatsoni. 

Très active dans la cité, la militante Christel Husson de l’Écho des cités a eu l’idée de diffuser ce film comique éminemment engagé. Sorti en 2015, Ils l’ont fait raconte l’histoire de Khalifa Kamara, un jeune Noir au chômage de Mantes-la-Jolie, qui décide de monter une liste pour devenir maire de sa ville. Il doit affronter le sortant Jacques Adie, baron local peu scrupuleux qui administre sa commune comme un parrain de la mafia. Le prétendant est pris pour un rêveur fou. « C’est mort ! Va faire ta liste de course », se moque un jeune dans un hall. Khalifa est lui convaincu de réussir « le casse du siècle, sans arme, ni otage, juste la démocratie ». Avec le slogan « voter pour nous, c’est voter pour vous ! », il part convaincre ses concitoyens.

« C’est une première pierre »

Sans grand moyen, avec pour la plupart des comédiens amateurs de Mantes, Ils l’ont fait est néanmoins une belle diatribe contre le clientélisme des responsables politiques qui utilisent la fibre communautaire quand cela les arrange. Jacques Adie achète le vote à coups d’appartements et d’emplois. C’est délibérément caricatural mais le film tape juste. « Derrière la satire, il y a un fond d’engagement citoyen », explique Saïd Bahij, l’un des réalisateurs, présent lors de la projection. Il espère que son film contribue à la réappropriation du politique par les habitants des quartiers populaires. Depuis son lancement, le film a été projeté dans des cités de toute la France. « C’était le but, on voulait le montrer aux gens les plus concernés et aussi les plus éloignés de la culture. La ségrégation, elle est là, regarde, dit-il en montrant les immeubles de Franc-Moisin. On est à la maison ici. Pour moi, c’est Mantes, c’est Aulnay, on a une identité commune. »

« Cela m’a fait réfléchir de voir les travers du mouvement politique. Une prise de conscience que je peux partager avec mes enfants », souligne Maya Sanokho, mère de famille. « Pourquoi toujours les mêmes ? On a du talent, du potentiel. Il faut y croire. Nous aussi, on peut y arriver, est convaincu Diangou, qui est cadre à Paris. C’est grâce à Franc-Moisin ce que je suis aujourd’hui. Je me suis battu pour aller de l’avant. Et je continuerai à me battre ! » Son ami Chancel veut aussi redonner de l’allant à son « village » : « J’ai le sentiment de ne pas avoir achevé quelque chose. Je n’ai pas envie que le quartier se dégrade. Je veux agir pour qu’une relève prenne la suite. Cet événement, c’est une première pierre. Il y a encore beaucoup de choses à faire. » Première mission réussie. On attend la suite.

Aziz Oguz

Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur