À la une En ville

JOP 2O24
/ La vigilance entre en Jeux

Le comité de vigilance JO 2024 à Saint-Denis a vu le jour. Près d’une quarantaine de personnes ont assisté à la réunion de lancement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Jeux suscitent des inquiétudes.
Vue du Stade de France et du futur centre aquatique olympique
Vue du Stade de France et du futur centre aquatique olympique

Le local de l’association Dionyversité, place Paul-Langevin, affiche complet ce lundi 25 septembre. Ils sont venus, ils sont tous là… ou presque. Représentants d’associations, syndicalistes, étudiants, élus (Bally Bagayoko, Silvia Capanema et Conception Diez-Soto), militants politiques, simples habitants, tous sont venus partager la même inquiétude : doit-on vraiment se réjouir d’avoir obtenu l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 ? Les questions et les remarques fusent. « Étant donné l’échéance, en matière d’urbanisme on va être dans l’ordre de l’exceptionnel. On va vouloir aller plus vite, moins concerter et faire preuve de plus d’autoritarisme, » assure Cécile. « C’est de l’or… en barres d’immeubles pour les intérêts du privé, plaisante à peine Youssef qui craint« l’urbanisation du parc départemental Georges-Valbon. » « Je n’ai pas aimé comment s’est déroulé l’Euro 2016, se souvient Raphaëlle, du coup j’ai envie de m’impliquer. » « Pour ma part, j’ai envie que le vélo ait une vraie place dans le projet JO, lance Audrey. Or, pour le moment, j’ai plutôt compris que les voies de bus qui sont aussi des pistes cyclables seraient réservées aux officiels pendant les Jeux. » « Il faut que chaque citoyen puisse prendre position et ce collectif doit les y aider, » martèle Thierry.

Ce refus de toute naïveté vis-à-vis du grand rendez-vous olympique se veut aussi utile aux élus locaux qui vont être confrontés à de puissants intérêts dans le cadre de la préparation des Jeux. « Ce type de collectif est important, se félicite Silvia Capanema. Nous pourrons ainsi porter une revendication citoyenne auprès des instances. » Se constituer en association ou pas ? Comment organiser la discussion en interne ? Élargir le collectif à tout le territoire de Plaine Commune et à un maximum d’habitants ? Quelle position exactement adopter vis-à-vis des Jeux ? Toutes ces questions sont restées sur la table à l’issue d’une première rencontre très dense qui en appelle d’autres. Prochain rendez-vous lundi 9 octobre à 19h, salle Louise-Michel de la bourse du travail (9, rue Génin). Les Jeux n’attendent pas.

Yann Lalande

Réactions

il faudrait affecter également un élu sur une étude d'optimisation des rentrées d'argent pour les caisses municipales dans le cadre des retombées économiques des jeux olympiques 2024
Bonjour. @domsd, je suggère D. PAILLARD qui est devenu un spécialiste des rentrées d'argent. Il nous a promis que la reconstruction de la flèche ne coûterait rien aux habitants. Et la au dernier conseil municipal, une subvention de 90 000€ a été voté pour l'association. Sans que personne ne disent rien. Je ne suis pas sur des résultats sur les finances publiques... mais vous pouvez toujours proposez sa candidature. Il a du temps de libre en ce moment. Pour revenir aux jeux, tous le monde fantasment sur des retombés, mais on aura que du béton (lubbie de P. BRAOUEZEC et de l'ensemble des élus de Plaine Commune). Et des impôts pour financer tous cela.
Toujours aussi ambigu et insaisissable Bally Bagayoko ! Le 2 juin 2016, sur son blog, il ne listait que des avantages ! Selon lui, il fallait foncer tête baissée. Aujourd'hui, il nous met en garde ... accompagné comme toujours par ses aides de camp du Groupe REVE. Je suppose que Laurent Russier le voit arriver dans son rétroviseur avec ses gros sabots pour les municipales de 2020.
Tout dépendra de l'intégrité des compétences du travail des cadres de SOLIDEO la société de livraison des ouvrages olympiques. Si les ingénieurs de SOLIDEO sont intransigeants sur la qualité des immeubles livrés alors, après les jeux, le village des athlètes deviendra des logements utiles aux habitants de Seine-Saint-Denis et économes en énergie. Si les ingénieurs de SOLIDEO sont intraitables sur la qualité du centre nautique livré, alors, après les jeux, il y aura une piscine olympique durable à Saint-Denis. Mais si les ingénieurs et cadres de SOLIDEO se laissent corrompre par les Bouygues Vinci Eiffage, alors la Seine-Saint-Denis héritera de bâtiments avec plein de défauts et coûteux à entretenir (en matière de corruption les géants du BTP sont des experts). Pour la Seine-Saint-Denis les Jeux Olympiques ça peut être le paradis ou l'enfer. Anne Hidalgo sera présidente de la SOLIDEO et a une grande responsabilité dans le choix des dirigeants de SOLIDEO.
On peut quand même s'inquiéter que 6 ans avant les jeux on jette déjà l'argent par les fenêtres uniquement pour aller parader à Lima !
la plupart des personnes qui était à la réunion était du groupe Rêve et France insoumise. ils veulent faire pression sur les JO. Le combat commence

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.