Cultures

Expo de rue
/ La vieillesse a de la gueule

Samedi des posters seront collés en centre-ville à la manière du photographe JR. À Saint-Denis, c’est Herbert Ejzenberg qui tire le portrait de 123 anciens dionysiens dans le cadre de la Semaine bleue organisée par la Ville.
Arlette, Thelis
Arlette, Thelis

Le centre-ville va prendre un coup de jeune, avec des vieux. Samedi 30 septembre, de la place du Caquet à la salle de la Légion d’honneur, et même jusqu’au pont-passerelle de la Gare, 365 posters seront collés. Formats identiques pour tous (130x90), avec au centre de chacun un visage travaillé par le temps et dupliqué trois fois dans des attitudes différentes. Regarde moi est le nom de cette exposition éphémère menée de main de maître par les Petits frères des pauvres, l’association Photographie et partage, avec l’appui stratégique de la Maison des seniors. Ces gueules d’anciens, en majorité d’anciennes tant l’écart d’espérance de vie entre les sexes reste patent, ont toutes été cadrées par Herbert Ejzenberg dans l’esprit du photographe JR et avec le label Inside out du célèbre photographe.

L’année dernière, Ejzenberg avait déjà livré, sur les murs de la médiathèque Centre-ville, une série d’images profondément humaines des duos que forment les bénévoles aidants des Petits frères et leurs aidé(e)s souvent meurtris par la vie. Cette fois, l’association se met hors les murs et dépasse aussi son cadre ordinaire pour s’ouvrir au troisième âge dionysien dans sa diversité. Sur les 123 photographiés, seuls 12 sont accompagnés par l’association non confessionnelle et reconnue d’utilité publique. Le studio itinérant a fait étape dans la maison de retraite Basilique, à l’hôpital Casanova, à la Maison des seniors, au foyer Adoma de l’avenue Romain-Roland et sur le marché, sans oublier bien sûr les locaux de l’asso. La coiffure et le maquillage de ces messieurs-dames métamorphosent des aînés que nos sociétés zappent sans vergogne. Cette opération de street-art réintègre la vieillesse et l’affiche, quand la tendance est plutôt à la cacher.

Regarde moi, titre limpide de justesse, a été trouvé par Aline, une « aidée » des Petits frères. « Le projet a tout de suite rencontré l’enthousiasme », explique Jean-Baptiste Williatte, le responsable local. « Ça fait plaisir de savoir que je vais être affichée et que les gens me regardent et voient qu’il y a des vieux qui sont encore capables d’être dans le mouvement », dit une photographiée. « C’est un projet qui est là pour sensibiliser à regarder l’autre, à regarder l’étranger, à regarder le faible, à regarder l’orphelin et que tous d’un même regard on puisse avancer », résume une autre. Même le virtuose trompettiste Ibrahim Maalouf y a mis sa touche : « On a réalisé un petit montage vidéo pour lequel on voulait utiliser une de ses musiques. On lui a demandé l’autorisation. En plus de donner son accord et de trouver le projet très beau, il nous a suggéré de prendre un morceau moins triste de son répertoire et nous a conseillé le titre Lily will soon be a woman », raconte Herbert qui n’en revient toujours pas.

Samedi 30 septembre, en début d’après-midi, les colleurs seront à l’œuvre. Ceux des Petits frères, mais pas seulement. D’autres associations mettront la main à la pâte et les CE1 de Langevin ne seront pas loin. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la Semaine bleue et se réalise avec la Ville qui « nous a soutenu à mort et sans qui on n’aurait pas pu y arriver ! », s’enthousiasme Jean-Baptiste Williatte. L’événement, qui sera répété le 7 octobre, s’inscrit aussi comme un hommage à Philippe Valin : l’animateur de la Maison des seniors était emballé par le projet, mais la maladie l’a fauché avant qu’il ne soit concrétisé. 

Dominique Sanchez

Les Petits frères des pauvres recherchent les bonnes volontés pour renforcer l’équipe. Contact : Jean-Baptiste Williatte au 07 63 30 13 59.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur