À la une En ville

Équipement
/ La police prendra ses nouveaux quartiers en 2020

Le chantier est lancé pour l’Institut national de la police scientifique et le commissariat central qui ouvriront dans deux ans aux abords de la piscine et du lycée Paul-Eluard.
A l'avant, sur deux étages, le commissariat central, et le long de la rue Politzer le bâtiment de l'INPS d'Ile-de-France.
A l'avant, sur deux étages, le commissariat central, et le long de la rue Politzer le bâtiment de l'INPS d'Ile-de-France.

Des policiers en plus et un nouveau commissariat central. Exprimées de longue date auprès du ministère de l’Intérieur, les demandes de la Ville n’ont pas encore abouti à une quelconque hausse des effectifs. Par contre, le nouveau commissariat est pour demain. Et il s’intégrera à un gros programme immobilier où culminera du haut de ses quatre étages le nouvel Institut national de la police scientifique d’Île-de-France, l’INPS. Un peu retardée au regard des premières annonces, la mise en chantier est en cours sur la friche de 2 077 m2 située à l’angle de l’avenue Jean-Moulin et de la rue Georges-Politzer. Et d’après le planning prévisionnel, arrêté par le maître d’ouvrage et par le constructeur, Eiffage Construction, c’est au début 2020 que les fonctionnaires de police intégreront leurs nouveaux locaux.

À l’INPS, aujourd’hui réparti entre trois sites parisiens, Île de la Cité, 12et 15e, ils seront 180 policiers réunis à Saint-Denis où ils disposeront de plus de 7 400 m2. Outre un service administratif, ce seront des laboratoires principalement, équipés pour la biologie, la balistique, la toxicologie, etc. D’après la préfecture de police, les personnels franciliens de l’INPS y gagneront tant au change, en termes de superficie et de qualité des équipements, qu’aucune réticence à quitter Paris n’est même envisageable. À l’avant de ce bâtiment en fond de parcelle, le commissariat s’étirera le long de l’avenue Jean-Moulin. Il totalisera sur trois niveaux 3 450 m2 de planchers, dimensionnés pour quelque 300 policiers. Mais ils ne devraient être guère plus de 230, selon les effectifs de fonctionnaires actuellement en poste, qui seront transférés du vieux commissariat de la rue Jean-Mermoz. L’entrée du public se fera au sud du bâtiment, et débouchera sur un vaste hall d’accueil. Un autre accès sera bien sûr aménagé pour les personnes interpellées.

Un coût de 5 millions d'euros pour la ville

« Il y a une mise au point extrêmement précise des espaces et des flux », expliquait ce 14 février lors d’une réunion publique l’architecte Jacques Dubois, de l’agence Ameller Dubois & Associés. De même, signalait-il au sujet de l’INPS, « la complexité du traitement des flux des pièces à conviction ». Avec ce programme immobilier, c’est le neuvième hôtel de police que conçoit l’agence. Elle était représentée ce soir-là par trois architectes, aux côtés de chefs de service à la préfecture de police, du directeur commercial d’Eiffage construction… Près d’une dizaine de personnes venues à la rencontre de riverains si rares qu’on pouvait les compter sur les doigts d’une main. Leurs préoccupations, les nuisances à la fois du chantier et surtout d’un tel voisinage policier. Leur ont été notamment mentionnés pour les deux ans à venir, un arrêt de bus déplacé et la mise en sens unique de la rue Politzer. Et pour la suite, les 110 places de parking en sous-sol, qui leur épargneront tout stationnement sur l’espace public.

Le coût du programme pour le ministère de l’Intérieur est estimé à 52 millions d’euros. Pour la Ville, il s’élève à 5 millions d’euros, dont 3,4 millions pour l’acquisition du terrain auprès de la CPAM, Caisse primaire d’assurance maladie, dont elle a également financé – pour 500 000 euros – la démolition du bâtiment. En contrepartie, le ministère de l’Intérieur lui cédera son terrain de la rue Jean-Mermoz, estimé à 2,3 millions d’euros. S’il a donc pour elle un coût, c’est à la Ville que revient l’initiative de ce compromis. Rappelons qu’elle avait aussi proposé de financer les aménagements du bâtiment déserté en 2012 par la CPAM. Un temps intéressé par cette offre de location, le ministère de l’Intérieur allait annoncer à la fin 2013 le déblocage d’une première enveloppe pour l’INPS, puis d’une deuxième pour ce commissariat que la Ville espérait tant. 

Réactions

Bonjour. Une des rares décisions de bon sens ou municipalité et état ont travaillé de concert. Coût de 5 millions d'euros soit. Quels sont les avantages de ce deal. - locaux plus fonctionnel - accueil du public plus agréable que le bunkers du centre ville. - Qualité de travail dans des locaux plus modernes. Au final, on arrive à 2.7 Millions d'euros pour la ville...?? Je me trompe.
Par avance bienvenue à Saint-Denis aux policiers scientifiques d'Ile-de-France ! En mars 2014 lors des élections municipales la construction du nouveau commissariat était une promesse de campagne de la liste "Ensemble nous sommes Saint-Denis". Merci à la municipalité d'avoir respecté ce point du programme 2014-2020.
ouf une bonne nouvelle pour notre ville! Merci
L'organisation syndicale SNIPAT a apporté sa réponse via le JSD en réaction à cet article, dans l'intérêt des personnels qu'elle défend (administratifs, techniques et scientifiques) et accord avec la réglementation en vigueur, afin de s'opposer à des propos tenus par la Préfecture de Police, la Mairie et le cabinet d'architectes, à cette adresse: http://www.lejsd.com/content/relogement-du-laboratoire-de-police-scientifique-de-paris-%C3%A0-saint-denis

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur