À la une En ville

Éducation nationale
/ La médecine scolaire manque à l’appel


C’est l’internat d’un lycée de Saint-Denis qui ouvre ses portes cette année, sans infirmier. C’est un principal un peu moqueur qui présente le « médecin imaginaire » du collège au reste de l’équipe le jour de la rentrée. Ce sont des professeurs qui doivent appeler les parents, ou bien même les pompiers, au moindre bobo. Ce sont surtout des milliers d’élèves de la Seine-Saint-Denis qui ne bénéficient pas de la visite médicale pourtant obligatoire l’année de leurs 6 ans (article L 541-1 du code de l’éducation).

« Seuls 40 % des enfants passent la visite médicale des 4 ans. Plus encore, seuls 10 % des enfants du département passent la visite médicale de l’année des 6 ans », révèle un communiqué publié par les fédérations séquano-dionysiennes de la Ligue des droits de l’homme, de la FCPE, de Sud Éducation et de la FSU. Les quatre organisations ont initié un rassemblement la veille de la rentrée des classes pour dénoncer la « disparition de la médecine scolaire en Seine-Saint-Denis » et réclamer un « plan d’urgence » global pour l’éducation.

Au bilan social de l’année 2016, le rectorat de Créteil dénombre 76 médecins dans toute l’académie, dont 29 pour la Seine-Saint-Denis. Parmi ceux-ci, dix sont contractuels. « Il y a 340 000 élèves dans le département, détaille un enseignant de SUD Éducation. Ça donne une moyenne d’un médecin scolaire pour environ 12 000 enfants. La moyenne nationale est plutôt de 1 pour 10 000. » On est plus loin encore des recommandations de l’Unesco qui préconise 1 pour 5 000…

Et les choses ne s’améliorent pas d’année en année, au contraire. Dans un article de 2012, le JSD notait déjà que la FCPE réclamait l’intervention des organisations humanitaires en Seine-Saint-Denis, « un appel en forme de provocation, évidemment, pour alerter sur la détérioration de la médecine scolaire dans le 93. » Cinq ans plus tard, la filière santé de l’Éducation nationale ne se porte pas mieux. « Le nombre d’écoles augmente sans cesse, mais pas le nombre de médecins, déplore une enseignante en maternelle. Les visites ne sont pas faites ou déléguées aux infirmiers. Pourtant, c’est important de voir un médecin régulièrement, ça peut permettre de découvrir des situations de violence, ou bien que des élèves sont en difficulté à cause de problèmes de vue ou d’ouïe. Croiser les regards professionnels, c’est une richesse, qu’on a de moins en moins dans l’Éducation nationale… »

« Les gamins souffrent, le personnel aussi, et en plus on doit se taire », dénonce une infirmière d’un établissement secondaire de Saint-Denis. Les besoins sont pourtant importants dans le territoire. « Je me rappelle avoir organisé un atelier en collaboration avec le Réseau Morphée (un réseau de santé consacré à la prise en charge des troubles chroniques du sommeil). Ça nous a permis de nous apercevoir que beaucoup de gamins dormaient très mal et de les informer, poursuit notre infirmière. En termes de prévention, il y a un travail énorme à faire : les addictions, l’obésité… Mais il faut être soutenus, aidés, qu’on nous donne les moyens. »


Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.