Cultures

Théâtre de la Belle Étoile
/ La justice selon Jolie Môme et Brecht

La compagnie s’empare d’un texte du dramaturge allemand, L’exception et la règle, dont les résonances avec l’actualité sont nombreuses. Une marque de fabrique de la troupe.

Dans L’exception et la règle, les résonances avec l’actualité sont nombreuses et ne sont pas fortuites. Dans ce texte du dramaturge allemand Bertolt Brecht (1930), la justice est modulable et malléable. Elle s’applique de façon grotesque, éclaire sur les rapports de classes et la haine que certaines vouent à d’autres. L’adaptation de cette pièce par la compagnie Jolie Môme sera présentée jusqu’au 22 avril au théâtre de la Belle Étoile. La représentation dominicale sera précédée d’une rencontre avec un invité. Dimanche prochain, le collectif Libérons Georgs Abdallah, sera l’hôte du théâtre situé rue Saint-Just. « C’est une façon de contextualiser la pièce et de faire connaître le travail de ces intervenants, explique Michel Roger, fondateur de la compagnie et metteur en scène de cette œuvre très actuelle. Si tu veux abolir la justice de classe, il faut abolir les classes », constate-t-il d’un ton espiègle.

L’exception et la règle pose la question d’un choix de société, dénonce le racisme ordinaire et une justice illusoire dans une mise en scène didactique conforme à l’auteur. Le public suit le road-trip mené à travers le désert d’un marchand, de son guide et de son coolie partis pour Ourga où l’homme d’affaires doit y acheter une concession de pétrole. Ce périple sera marqué par des péripéties qui feront basculer l’histoire. Celle-ci s’achèvera dans un tribunal… Ou, plutôt, dans un semblant de prétoire.

La pièce déploie ici des axes lisibles. « Nous ne nous prétendons pas Brechtiens, mais Brecht cela nous ressemble comme Prévert, avise Michel Roger qui s’est autorisé des libertés avec l’œuvre initiale. Le texte n’est pas très compliqué. Il y a des évidences, certes, mais il nous semble utile de les dire. » On salue le choix audacieux d’un doublage des textes assuré par les deux comédiens perchés en hauteur qui sont à la fois acteurs, doubleurs, musiciens de scène, chanteurs… Un travail qui surprend et force l’attention du spectateur. Est-on là dans un procédé de distanciation, concept cher à Bertolt Brecht ? « Je ne sais pas, répond franchement le directeur du théâtre. Je n’agis pas de façon intellectuelle mais plutôt intuitive. » Aucune prétention non plus d’élever les consciences auprès du public : « On ne change rien avec le théâtre, sauf peut-être avec les lycéens. Quelque chose d’inédit peut leur ouvrir l’esprit, c’est peut-être pour ça que Brecht a écrit cette pièce pour les lycéens », suggère Michel Roger. Vendredi 24 mars, ils étaient une trentaine d’élèves de terminale venus grâce aux réseaux des professeurs.

Ce cycle de représentations fait écho à une actualité nationale dense sur le plan judiciaire. Et comme à son habitude, la compagnie Jolie Môme fait feu de tout bois pour monter au front. « Nous nous battons pour notre métier parce que nous l’aimons », lâche Michel Roger, dont la compagnie fait souvent l’objet de procédures judiciaires. Dernièrement, deux de ses membres ont été déférés en justice dans le cadre d’une enquête autour de l’occupation du siège du Medef en juin 2016. Cyril, membre de Jolie Môme et acteur dans L’exception et la règle, a été relaxé en février comme six autres intermittents poursuivis pour dégradation d’un rideau métallique. Une seconde procédure pour « violences et coups » visant un autre membre de la compagnie, Loïc Canitrot, est en cours. Le procès a été reporté en septembre prochain pour reprendre l’instruction depuis le début. Loïc fait partie des 1 800 militants et syndicalistes poursuivis par la justice française actuellement. Une exception, vraiment ?

Maxime Longuet

Théâtre de la Belle Etoile, 14 Rue Saint-Just. Les vendredi et samedi à 20h30 et le dimanche à 16h (conférence à 15h15). Tarifs : 13 à 20 euros.  Infos pratiques /Réservations : 01 49 98 39 20.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur