Sports

Handball
/ La Dionysienne concède un nul rageant

Alors qu’ils avaient le match en main, les Dionysiens se sont effondrés en seconde période. Leur maintien en pré-nationale n’est pas encore acté.

« On devait gagner ce match mais finalement on le perd… » Le lapsus est révélateur de la part de Farid Bizriche. Comme l’ensemble du groupe, le gardien de La Dionysienne avaitdu mal à trouver un motif de satisfaction à l’issue de la rencontre de samedi dernier face à Neuilly-Plaisance (27-27). « Notre entame est très mauvaise, et on ne peut pas espérer gagner en ne jouant qu’une demi-heure. »

Dès les premières minutes, les locaux, encouragés par le fidèle public de Maurice-Baquet, se heurtent au dernier rempart adverse, intraitable sur sa ligne. S’en suit une série de passes loupées et de mauvais choix offensifs qui a pour principale conséquence de redonner confiance à l’adversaire du jour, 8e avant la rencontre. « On avait vraiment besoin de cette victoire, déjà moralement, mais aussi pour distancer Neuilly-Plaisance au classement, souffle l’entraîneur Bilal Salhi. Avec ce résultat, on reste sous la menace des équipes de bas de tableau. »

 

Un relâchement coupable

 

Malmenée, l’équipe reprend ses esprits grâce notamment aux fulgurances de Mody Traoré, meilleur buteur de la partie avec dix réalisations. Et, à la pause, Saint-Denis fait la course en tête (13-10). « Dans le vestiaire, les coaches nous ont dit qu’ils étaient plutôt satisfaits du travail défensif effectué mais qu’on manquait de précision dans le dernier geste pour creuser l’écart, explique à tête reposée le capitaine Jonathan Mangiola, furieux au coup de sifflet final de ne pas avoir su tuer le match. C’est le problème de La Dionysienne, ce n’est pas la première ni la dernière fois que ça nous arrive. »

En seconde période, le match se durcit. Les contacts s’intensifient et le rythme ne faiblit pas. Une configuration qui permet aux Dionysiens de monter jusqu’à +5 à seulement vingt minutes du terme de la rencontre. « C’est le tournant du match, lâche Jonathan. À partir de ce moment, ils ont pris Mody en individuel et on a été incapable d’assurer le jeu sans lui. »

Au fil des minutes, Neuilly-Plaisance grappille du terrain, jusqu’à arracher le partage des points à 40 secondes du terme de la partie. Si ce résultat n’arrange personne sur un plan comptable, Alexandre Rasneur, le directeur technique du club, se veut rassurant. « À moins d’une catastrophe, on devrait se maintenir. Le problème, c’est que nous avions l’objectif de monter en Nationale 3 en début de saison, mais, en étant la pire attaque du championnat, on ne peut prétendre à rien. »

Alexandre Rabia 

 

La Coupe comme échappatoire 

Guère à son avantage en championnat depuis plusieurs années, La Dionysienne peut compter sur la Coupe de Seine-Saint-Denis pour mettre un peu de piment dans ses fins de saison. « On va dire que c’est un objectif personnel puisque nous restons sur trois victoires de suite dans la compétition, sourit Bilal Salhi. Il reste encore de bonnes équipes comme Aubervilliers et Les Lilas. » Qualifiés pour le dernier carré, les coéquipiers de Jonathan Mangiola ne sont plus qu’à une marche d’une quatrième finale de rang. « Chaque année, on commence la Coupe sans vraiment la jouer, et à chaque fois on en fait notre objectif quand on se retrouve en demi-finale, explique le capitaine, qui a entamé sa vingt et unième saison au club. Cette compétition permet aussi de convoquer des joueurs de la réserve qui ont l’occasion de se montrer et de prétendre à l’équipe une ensuite. »

AR

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.