Portrait

René Kersanté
/ La clef des champs

Maraîcher. Cela fait un bail qu’il est le dernier cultivateur de Saint-Denis. Mais à plus de 75 ans et une vie passée dans l’exploitation familiale, le paysan des villes prend sa retraite.

À « plus de 75 ans », l’heure est venue pour lui de rendre la clef des champs. C’est que la retraite, René Kersanté procrastine dessus depuis déjà plusieurs années. « Mais ça y est, j’arrête », assure le dernier maraîcher de Saint-Denis, avec le sourire en coin de celui qui sait qu’il va continuer quand même. « Vous avez déjà vu un artiste s’arrêter de créer ? C’est la mort assurée », se défend-il, en s’excusant presque d’avoir la prétention de comparer ses légumes à une œuvre d’art.

Au diable la modestie, c’est toujours avec un malin plaisir qu’il reçoit les journalistes sur ses terres, nombreux depuis trente ans à s’intéresser à cet exploitant agricole qui récolte salades et radis au milieu du bitume. Cette attention médiatique, c’est « une revanche pour tous les culs-terreux », qu’on dédaignait à cette époque où les paysans n’avaient rien d’une curiosité locale. « Dans les années 1950, on comptait dans le secteur une soixantaine de familles de maraîchers. » Dont la sienne. « C’est ma grand-mère, Marie Pellan, qui est arrivée de Bretagne en 1920 pour fonder son exploitation. »

Que de souvenirs dans cette maison presque centenaire, qu’il s’apprête à transmettre aux futurs repreneurs. « Vous avez vu le marronnier dans la cour ? 94 ans, planté à la naissance de ma mère. Moi aussi je suis né ici, au premier étage de la maison. » Reprendre la ferme familiale a toujours été pour lui une évidence. Et travailler la terre, plus qu’une vocation, une véritable addiction. Fuguant ainsi à 11 ans de la pension censée calmer un tempérament « trop bagarreur » pour faire à pied les 13 km qui le séparaient de son « petit jardin » dont il ne pouvait rester éloigné trop longtemps. Et c’est sans état d’âme que le « meilleur élève du canton » a quitté l’école après le certif’ à 13 ans, au grand dam de son professeur. « Je n’ai peut-être pas fait d’études mais je n’ai jamais arrêté d’apprendre. Tout m’intéresse, l’histoire, la géographie, les sciences, la nature… »

Passionné de courses cyclistes aussi, avec Louison Bobet pour idole. « En 2003, on cherchait quelqu’un du terroir pour donner le départ du Tour au Stade de France. » Le plus beau des cadeaux pour celui qui dans sa jeunesse avait fini 2e du Grand Prix de Saint-Denis, quand il pensait encore pouvoir concilier vélo et boulot. Las, être paysan, c’est déjà avoir la tête dans le guidon. Quand ce n’est pas y avoir une épée de Damoclès. « J’avais 15 ans quand on a commencé à parler d’expropriation. »

Il a vu tous ses voisins chassés tour à tour par la route et les constructions, les champs disparaître sous le béton. En attendant « d’être virée », la maison Kersanté prend sous son aile les parcelles de ceux qui préfèrent renoncer et retient d’autres terrains dans l’Oise pour s’y replier « au cas où ». Mais n’en déplaise aux promoteurs immobiliers, le dernier Mohican tient bon, aidé par la Ville qui préempte ses 3,7 ha en 1983 pour mieux résister à la pression.

À la belle époque, sa ferme compte jusqu’à 40 employés pour produire les centaines de milliers de salades et de bottes de radis écoulées chaque année dans les rayons des grandes surfaces alentours et les étals du marché. Une cadence progressivement ralentie jusqu’à aujourd’hui, où il a tout labouré pour le suivant. « Vraisemblablement, une entreprise d’insertion. Quant à nous, ma fille et mon gendre vont poursuivre l’exploitation dans l’Oise. J’irai sans doute leur donner un coup de main. » Sans doute, oui…


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.