Cultures

Livre et clip
/ La belle moisson de Franc-Moisin

Des mères de familles et des lycéens de Suger ont présenté, le 30 juin à la médiathèque Ulysse, le fruit de leur travail. Un beau moment partagé avec l’écrivain Rachid Santaki.

Après deux ans sur le terrain, le temps est venu pour Rachid Santaki de tourner la page. Vendredi 30 juin s’achevait la résidence de l’écrivain dans le quartier du Franc-Moisin. Pour clore ce chapitre, l’auteur du roman « Les anges s’habillent en caillera » a convié à la médiathèque Ulysse l’association des femmes de Franc-Moisin et des élèves d’une classe de seconde professionnelle Gestion et Administration du lycée Suger, venus présenter un court-métrage réalisé et produit par leur soin avec l’aide du romancier.

Les Femmes de Franc-Moisin dont certains membres viennent de Stains, Saint-Ouen ou des quartiers autour de l’hôpital Delafontaine, ont présenté le prototype de leur livre dépliant illustré, intitulé « Salamba ». L’histoire d’une petite malienne qui vit cloîtrée chez sa tante et est consignée aux tâches ménagères. Evidemment, Salamba est malheureuse, elle qui ne désire qu’une seule chose : Aller à l’école. Après quelques péripéties, elle réussit à intégrer l’Université Paris 8 et devient une grande spécialiste de l’Afrique. Les auteures se sont inspirées d’anecdotes réelles, de faits divers, pour construire cette histoire. L’aboutissement de ce projet est une véritable prouesse pour ces mères de famille en apprentissage du français.

Inspirés là-aussi par le réel, les élèves de la classe de seconde professionnelle G.A. ont scénarisé, produit et réalisé un clip. « Un de nos surveillants s’est fait agresser en début d’année, raconte Yasmine, 16 ans 1re assistante cadreur sur le tournage. A la suite de cet événement, on lisait beaucoup d’articles négatifs sur le lycée Suger. Ça nous a fait réagir et on a voulu montrer qu’on n’était pas des bons à rien ». Dirigée par sa professeure de français Karima Ikene et le romancier Rachid Santaki, la classe a travaillé l’écriture du scénario durant cinq séances. « Nous sommes partis de leurs goûts, nous avons discuté de ce qu’ils aimaient. Nous avons donc travaillé sur le clip « Naha » du duo PNL (Groupe originaire de l’Essonne très célèbre auprès de la jeunesse ndlr), décrit Santaki. Nous avons fait le découpage du clip avant de réécrire complètement le scénario. Au final, ils se sont éloignés du clip original, et en ont produit une adaptation ». Karima Ikene, référente du projet, abonde dans son sens et justifie la démarche. « Je voulais les faire travailler sur le thème du pastiche qui est abordé dans les programmes scolaires. Grâce à ce travail nous avons pu étudier les codes du rap et montrer que les rapeurs sont des Monsieur Tout-le-Monde qui se créer leur propre personnage ».

L’équipe de tournage (maquilleuses, cadreurs, styliste…) s’est mise au travail dès le mois d’avril. Malgré les contraintes de temps, (le filmage a duré une journée entière) le produit fini est encourageant et démontre un professionnalisme naissant chez ces jeunes élèves.

 

Spirale from Fabien - Mariano Ortiz on Vimeo.

« Je n’avais pas l’impression d’avoir affaire à des débutants. J’étais à leur disposition, je suivais leurs consignes de réalisation », confie Fabien Mariano Ortiz qui a fourni le matériel et joué le rôle de chef opérateur durant le tournage. « Il y avait 24 personnalités dans cette classe et chacun a su trouver son rôle », s’enthousiasme Mme Ikene. « Cela a permis de fédérer la classe », note quant à elle la Conseillère Principale d’Education Mme Chalali, présente lors de la restitution du clip à la médiathèque Ulysse. A la fin de la projection, la fierté se lisait sur tous les visages.

« Cette génération est assez impressionnante. Ça n’a pas été difficile de les faire jouer un rôle car ils sont sans cesse dans de l’acting, avec le développement des réseaux sociaux ils contrôlent leur image bien plus que les générations précédentes. Donc ils savaient que ce qu’ils tournaient pouvait arriver sur internet très rapidement et prendre de l’ampleur », remarque Fabien Mariano Ortiz satisfait du rendu final. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, ce clip n’est pas un « one-shot ». Pour Rachid Santaki, cela ne fait aucun doute : Le meilleur reste à venir. « Ce clip va vous servir pour vos curriculums vitae. Il va commencer à vivre à partir de la rentrée, nous allons le faire projeter partout où l’on pourra… On n’est qu’au début du projet ».

Après sa résidence de deux ans, l’écrivain dionysien va sillonner l’Hexagone et le 93 avec ses nombreux projets. Prochain rendez-vous de taille, la tenue de la plus grande dictée de France le 14 octobre prochain !

 Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.