À la une En ville

Lamaze enlève tes bretelles
/ L’enfouissement de l’A1, cause municipale

Dimanche, la fête organisée sur la bretelle n° 3 de l’autoroute a été l’occasion pour le président de Plaine Commune Patrick Braouezec et le maire Laurent Russier d’apporter officiellement leur soutien à cette revendication sociale et environnementale portée de longue date par plusieurs organisations citoyennes. Et d’annoncer le lancement d’une étude de faisabilité.
Dimanche 24 septembre, sur le viaduc du carrefour Lamaze fermé à la circulation, déambulation de marionnettes géantes, tour à vélo de l'énergie citoyenne et autres animations festives.
Dimanche 24 septembre, sur le viaduc du carrefour Lamaze fermé à la circulation, déambulation de marionnettes géantes, tour à vélo de l'énergie citoyenne et autres animations festives.

L’enfouissement de l’A1. Une utopie qui pourrait bien devenir réalité. C’est en tout cas ce message qu’ont tenu à faire passer les organisations citoyennes rassemblées ce dimanche 24 septembre aux côtés d’élus de Saint-Denis et de Plaine Commune dans le cadre de la troisième édition de la fête « Lamaze enlève tes bretelles » organisée sur la bretelle n° 3 de l’autoroute, fermée pour l’occasion à la circulation. Une revendication urbaine portée de longue date par les habitants réunis au sein du Comité Porte de Paris, du collectif Lamaze et de l’Union des associations des riverains du Stade de France qui militent ensemble depuis huit ans pour sensibiliser sur la gravité des nuisances atmosphériques et sonores engendrées.

Dans cette lutte, ils peuvent désormais compter avec le soutien affiché des élus du territoire, qui ont profité de cette journée sans voiture pour annoncer la création officielle du Comité pour l’enfouissement de l’autoroute A1. « Une étape importante », insiste Patrick Braouezec, qui va également de pair « avec le lancement d’une étude de faisabilité ». Devant rendre ses conclusions d’ici dix-huit mois, elle fait dire au président de Plaine Commune que cette opération de « couture urbaine » pourrait devenir réalité d’ici dix ans.

« Et pourquoi pas à l’horizon des Jeux olympiques de 2024 ? Avec une très forte volonté politique, on peut y arriver », incite Claudie Gillot-Dumoutier du collectif Lamaze, qui rappelle l’urgence sanitaire de la situation. Si l’hypothèse est balayée par Patrick Braouezec comme « pas réaliste », l’obtention des JOP devrait néanmoins influer sur cet enjeu de santé et de justice sociale. C’est ce que veut croire le maire Laurent Russier, qui compte notamment saisir chaque rendez-vous médiatique pour parler de ce projet d’enfouissement, envisagé à Saint-Denis comme « grande cause municipale ».

Pour en finir avec cette autoroute qui balafre le territoire et empoisonne la vie des riverains avec ses 200 000 véhicules par jour, un tunnel de 4,5 km de long est actuellement envisagé entre le Stade de France et le parc Georges-Valbon, à La Courneuve. Incluant des techniques innovantes, cet investissement pourrait s’inscrire dans un programme de transition écologique, permettant un procédé de récupération de l’énergie de roulement, mais également l’extraction, le traitement et le recyclage des polluants chimiques, soit 65 700 tonnes de gaz carbonique, 220 tonnes de dioxyde d’azote et 22 tonnes de microparticules par an (1). Si le projet fait rêver, reste maintenant à élucider la question du coût et avec elle, celle du financement. Un point clé que devra notamment expliciter l’étude de faisabilité. l


(1) Incluant la portion de 1,5 km depuis la Porte de la Chapelle, soit 6 km jusqu’à La Courneuve.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.