Sports

Volley-ball
/ L’Avant-Garde en quête d’un nouveau souffle

Minée par l’exode massif de joueurs l’été dernier, le club s’efforce tant bien que mal de faire bonne figure en compétition, en attendant l’éclosion des jeunes pousses.
Entraînement de l’Avant-Garde volley au gymnase de l’Abbé-Joly.
Entraînement de l’Avant-Garde volley au gymnase de l’Abbé-Joly.

Il y a encore quelques années, la section volley-ball de l’Avant-Garde représentait la vitrine compétitive et l’image de marque de l’association historique de Saint-Denis. Deux générations dorées issues du vivier dionysien avaient d’ailleurs permis de pérenniser le club au niveau national. « La première, née au début des années 1980, avait l’une des meilleures équipes de jeunes d’Île-de-France alors que la seconde, arrivée vingt ans plus tard, a été championne régionale deux fois de suite », énumère Thierry de Lonchamp. Une période faste, rangée à présent au rayon des vieux souvenirs pour l’actuel entraîneur du groupe seniors masculin, au club depuis 1986.

Aujourd’hui, son équipe pointe à la dernière place du championnat pré-national, sans avoir remporté le moindre match à l’approche du printemps. « Nous avons perdu beaucoup de joueurs pour des raisons professionnelles, ainsi que notre attaquant phare, Grégory Darivon, parti à Reims jouer à un niveau qui lui correspond mieux, regrette-t-il. On a eu du mal à garder un noyau stable d’éléments et, malheureusement, les jeunes ne peuvent pas assumer tout le poids du groupe sur leurs épaules. »

Point fort des années fastes, la jeunesse est désormais le talon d’Achille de la section. « On essaye de former des jeunes joueurs, mais le problème c’est qu’ils ne restent pas plus d’une année au club, explique Pascal Bascou, en charge des M20 (équivalent des moins de 20 ans). Du coup, c’est compliqué de les impliquer plus que ça et de les former pour qu’ils aient des ambitions relevées lorsqu’ils évolueront dans l’équipe première. »

Alors, pour tenter de retrouver son lustre d’antan, la section s’oriente vers la nouvelle génération. « Il y a un bon groupe chez les M15, assidu et travailleur, juge l’entraîneur Evelyne Grassart. Nous avons aussi la chance de posséder un jeune assez incroyable. » Ce jeune, c’est Zacharia. Arrivé en France à l’âge de 13 ans, le Comorien ne cesse d’impressionner l’ensemble du staff technique. « Il a des qualités physiques et techniques impressionnantes pour son âge. Le risque, c’est qu’on vienne nous le piquer si on ne peut pas lui proposer une équipe à sa hauteur dans les prochaines années », souffle Thierry, soucieux de conserver ses espoirs les plus performants.

Dernier point soulevé par les dirigeants, et non des moindres, le volley-ball à Saint-Denis peine à surfer sur la vague post-JO, comme c’est pourtant le cas dans d’autres disciplines collectives comme le handball et le basket-ball où les performances françaises sont un moteur essentiel aux clubs. « Les résultats de l’équipe de France sont un trompe-l’œil, regrette Pascal, professeur d’EPS qui côtoie au quotidien des adolescents. Cela n’a aucun impact sur notre nombre d’adhérents, ce qui prouve que la culture du volley est quasi-inexistante à Saint-Denis. Espérons que, si la France organise les Jeux en 2024, cela puisse changer quelque chose pour nous… »

Alexandre Rabia

L’école de volley ne décolle pas

Si la section volley-ball de l’Avant-Garde enregistre cette saison 90 adhérents, le nombre d’enfants inscrits se compte quasiment sur les doigts de la main. « Ils ne sont pas très nombreux, ils ne sont que six, souffle Thierry de Lonchamp, quelque peu résigné par la situation. Si ceux de l’an dernier étaient restés, nous aurions pu constituer un petit noyau, mais ce n’est pas le cas. » Alors que le forum des associations, censé mettre en lumière la structure, n’attire « pas plus que ça », le bouche-à-oreille reste le moyen le plus efficace d’attirer du sang neuf. « En début d’année, Pascal a organisé un grand tournoi dans une des écoles de la ville. Il y avait plus de trente enfants, et ils avaient l’air motivé par la discipline. Malheureusement, nous sommes un peu démunis car chacun a ses activités professionnelles et nous ne pouvons pas dégager plus de temps pour l’Avant-Garde. »

AR

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.