À la une En ville

Conseil municipal
/ L’adjoint à la tranquillité publique jette un froid

En fin de séance, une délibération a priori anodine, pour autoriser les policiers municipaux à accomplir plus d’heures supplémentaires pendant la période estivale, a jeté le trouble au sein de la majorité municipale et dans l’assemblée. En cause, la vacance d’un grand nombre de postes au sein de la police municipale.
Slimane Rabahallah (Maj.PSGE), maire adjoint à la tranquillité publique et aux politiques de prévention
Slimane Rabahallah (Maj.PSGE), maire adjoint à la tranquillité publique et aux politiques de prévention

Il est 0h40 ce vendredi 1er juin. Le conseil municipal dure déjà depuis plus de cinq heures trente. Affaire B-37, portant sur les heures supplémentaires pendant la période estivale 2018 à la direction de la tranquillité publique. La note prend notamment acte des difficultés à pourvoir la totalité des postes vacants (23 sur 55) d’agents de police municipale et de l’impossibilité de les remplacer. D’où la nécessité d’autoriser les policiers municipaux à accomplir des heures supplémentaires au-delà de la limite de 25 heures mensuelles. C’est le moment que choisi Slimane Rabahallah (maj.PSGE), adjoint au maire à la tranquillité publique (1), pour tirer à boulets rouges sur la direction générale de la Ville. L’élu dit ne pas pouvoir mener à bien sa délégation par manque d’informations et de retour de l’administration. Il pointe également du doigt le management de la police municipale qui contribue selon lui aux nombreux départs. Pour Slimane Rabahallah il n’est pas normal qu’un policier municipal soit amené à faire une semaine d’heures supplémentaires dans un mois. Il ajoute que trois agents sont en instance de départ, ce qui ne permettra guère d’avoir plus de 10 policiers sur le terrain cet été. L’adjoint conclut son intervention en disant qu’on ne peut pas toujours dire que tout est de la faute de l’État en matière de sécurité et affirme ne plus pouvoir travailler dans ces conditions-là.

Quelles sont les raisons de l’hémorragie ?

Kamal El Mahouti (maj.SE) demande alors la parole et assure découvrir cette situation avec beaucoup de désolation. Pour le conseiller municipal, la sécurité est une question sérieuse qui doit être traitée avec sérénité. Philippe Caro (maj.FDG non inscrit) s’interroge à son tour quant à l’accumulation de problèmes autour de la police municipale et demande à rapidement faire le point en mettant en place une commission. L’élu craint la fatigue des hommes sur le terrain en raison des heures supplémentaires et questionne sur les raisons de l’hémorragie de personnel. Pour Corentin Duprey (opp.PS), les heures supplémentaires ne peuvent pas être la règle alors que les agents ont besoin d’un maximum de lucidité. Les 23 postes vacants posent question au conseiller socialiste, alors même que la tranquillité publique est affichée comme une priorité de l’action municipale. Pour Corentin Duprey, la Ville doit se donner les moyens de conserver ses policiers municipaux.

Pas 23 mais 16 postes vacants

Laurent Russier prend alors la parole. Le maire ne souhaite pas polémiquer avec son adjoint, mais prend néanmoins la défense de l’administration municipale qui ne peut pas se défendre en conseil. L’édile corrige également les chiffres avancés. Il s’agit de 16 postes vacants auxquels il faut ajouter les 7 récentes créations de poste du budget 2018. Laurent Russier fait le constat des difficultés à recruter des policiers municipaux pour bien des villes et pas seulement Saint-Denis. Avec d’autres maires, le premier magistrat de Saint-Denis a d’ailleurs demandé l’ouverture de plus de places au concours de policier municipal. Laurent Russier reconnaît que la collectivité doit travailler à fidéliser les agents en abordant la question des primes et du temps de travail. En attendant, pour le maire, la Ville n’a pas d’autres choix que d’avoir recours aux heures supplémentaires et admet que l’effort demandé ne pourra pas toujours se répéter. Vincent Huet (maj.REVE) sollicite alors une ultime prise de parole. L’adjoint à l’enseignement supérieur relève le caractère peu anodin de la situation et réclame une réunion rapide de la majorité municipale sur ce point afin d’apporter des réponses aux Dionysiens. Au moment du vote, le Parti socialiste de gauche et écologistes, ainsi que Philippe Caro se prononcent contre. Le Parti socialiste pour sa part s’abstient. Le conseil n’est pas terminé : affaire B-38. Slimane Rabahallah quitte la salle du conseil.

Yann Lalande 

(1) Depuis Slimane Rabahallah a rendu sa délégation, lire en rubrique @vous

Réactions

Bonsoir. Enfin Slimane Rabahallah assume enfin des divergences fortes avec la majorité municipale. Bon je pense qu'il va subir comme les autres élus frondeurs, que le maire va lui retirer sa délégation. Au risque que la majorité éclate... car le PSG représente une part importante de cette majorité. Pour information, le DG actuel est l'ancien DGA de la ville en charge du CTM.... avec les 500Kg de cannabis trouvé dans les locaux municipaux. Le déni de réalité est une de ces caractéristiques. Concernant L. RUSSIER.... Zen comme une vache sacré. La situation est maîtrisé. Je le cite "Non c'est pas 23, mais 16 plus 7). Navrant encore une fois. Il a rejeté la faute sur son adjoint en lui disant qu'on lui propose de changer de délégation... C'est juste déplacé le problème. Je ne donne pas cher de L. RUSSIER en 2020... Les distensions sont fortes.
Braouezec, Paillard, Russier !! Mais quand va t'on en finir avec cette bande ?
Etonnant Mr Russier a oublier d'en parler lors de la réunion sur la sécurité et la nouvelle brigade de proximité des quartiers nord, il y a 3 jours à l'école Langevin. Pourtant la police municipale était dans son discours un élément important du dispositif....
Très récemment j'ai été à la mairie pour déclarer 2 logements insalubres gérées par des marchands de sommeil au service habitat et hygiène et là j'ai rencontré dans ce service, une femme très fatiguée et blasée de son travail. Je l'ai questionnée et elle m'a parlait de l'ambiance professionnelle devenant de plus en plus malsaine dans certains services de la mairie avec une impossibilité de recrutements fiables pour compenser les départs à la retraite et les démissions à répétition. Elle m'a dit aussi qu'elle était dans l'incapacité de traiter ma demande à cause d'une explosion de logements insalubres à ST DENIS lié à un apport de population étrangère à grande précarité. Faute de renouvellement de personnel dans son service, elle m'a donné le numéro de tél de son supérieure hiérarchique pour traiter ma demande si il y avait vraiment une urgence sécuritaire à manier. En gros la mairie ne s'occupe plus des logements insalubres à ST DENIS.
Les polices municipale et nationale se trouvent débordés par les délinquances en tout genre lié à l'apport de populations étrangères à grande précarité sociale. On est passé d'une délinquance d'une ville populaire classique française à une délinquance typique d'une ville du tiers monde comme RIO DE JANEIRO où s'instaure un fascisme urbain avec un génocide des personnes sociables qui fuient la culture de la force s'implantant à ST DENIS. Je constate que les policiers nationaux et municipaux ont de plus en plus de mal à intervenir car ils ont affaire à des délinquants en tout genre qui ne craignent plus la police puisqu'ils sont supportés par une extrême gauche nihiliste de type bobo (groupe REVE, France insoumise, NPA et alternatives libertaires). Le pire c'est qu'elle agit au sein du conseil municipal actuellement.
Au vu de la gravité de la situation, j'ai en effet demandé explicitement à ce qu'on mette rapidement en place une "commission d'information et d'évaluation". Conformément à ce que nous permet notre règlement intérieur. Lundi j'écrirai individuellement à chacun des membres du conseil municipal pour les saisir à nouveau de cette proposition. Voir ici : http://philippecaro.over-blog.com/2018/06/police-municipale-de-saint-denis-en-crise.html
En triant les dizaines de spams qui polluent régulièrement notre rubrique commentaires, j'ai par inadvertance supprimé 5 ou 6 commentaires postés ce week-end dans cette rubrique. Chers lecteurs toutes mes excuses. Et surtout n'hésitez pas à les republier. Cordialement Yann Lalande.
Quand une majorité a en interne une "opposition" sur sa droite (PSG), une "opposition" sur sa gauche (REVE), il est grand temps de reconsulter les administrés. Ne faites pas perdre inutilement 2 ans à la ville Mr RUSSIER ... la sagesse réclame une dissolution du Conseil Municipal ...
Pour faciliter la clarté des débats, j'ai rendu disponible l'intégralité de cette intervention de Slimane Rabahallah (Ce qui évite de devoir chercher laborieusement parmi plus de 6 heures de retransmission vidéo du conseil municipal). Voici le lien direct : http://dai.ly/x6kz90z
Enfin on pointe la direction contrairement a tous ce qui se dit c est pas le salaire un peu pour l armement mais surtout les responsable qui font fuir les agents bon courage a ceux qui reste
Cette situation de fin de règne est à mettre en rapport avec les dernières décisions juridictionnelles défavorables à la ville en matière de logements sur le centre-ville. Annulation de sa tentative de préemption sur la boucherie de la rue Péri, annulation de l'arrêté municipal d'insalubrité sur le 48 rue de la République, Des décisions ou orientations de juges civils dans plusieurs dossiers qui ne vont plus systématiquement dans le sens des intérêts des spéculateurs et marchands de sommeil.
Anecdote sur la police municipale ne controlant plus la situation sécuritaire en ville. Témoin oculaire j'étais.Un jour de fevrier 2014, dans la rue de la REPUBLIQUE, 5 membres de la police municipale ont effectué une descente en force en ayant débarqué d'une estafette arrivée par surprise dans le cadre de la lutte contre la vente à la sauvette. Au moment de neutraliser un des vendeurs avec son matos, les 5 policiers ont été alors encerclés par 20 passants instantanément.Là ils ont subi une telle agressivité verbale avec menaces physiques qu'ils ont du replier en urgence vers leur estafette et partir.J'ai admiré le flegme et le courage de ces policiers. Là j'ai compris qu'ils travaillaient dans un milieu très anxiogène. Même milieu très anxiogène d'intervention pour la police nationale qui n'est nullement encouragée par les notables politiques locaux . Ces policiers municipaux et nationaux s'aperçoivent que leurs actions ne servent à rien puisque nous sommes dans l'apport en masse d'étrangers à précarité sociale absolue conséquence d'une émigration imposée et non choisie.
Ceux qui pensait que Russier est différent des Braouzec, paillard et Co car il a un discours qui diffèrent se mettent le doigt dans l'œil. Russier est la continuité de paillard comme Macron la continuité de Hollande. Ils faut arrêter d'écouter leur discours et ne s'occupait que de leurs actes ou inverser leur paroles pour en déduire la vérité sur le terrain..
Bonsoir @JSD: En tant que journalistes indépendants, il serait intéressant de rendre compte de la situation de la police municipale avec une interview de l'ex adjoint à la sécurité, du DG, du chef de la police municipale. Afin que les habitants se rende compte du gâchis d'argent publique. Il y a clairement une défaillance (au delà des aspects de politique) de la police municipale et il faut un moment sanctionner les fautifs. Slimane Rabahallah a dénoncé des faits graves qui relèvent presque du pénal. Cela serait utile que le Maire s'explique sur cette situation au delà de la pauvre communication dans le JSD. Cette absence de sanction permanente contre des agents qui ne font pas leur travail correctement (et je ne parle même pas de l'affaire du CTM étouffé dans l’œuf). Au contraire... certains ont même été promu. Ceux qui défendent l'action municipale ne prennent même plus le temps de soutenir globalement les élus... Quand la république recule, c'est que des élus ont failli dans leurs missions. Les calculs politiciens sont toujours défavorables aux habitants à la fin car c'est eux qui paient la facture. J'attends du JSD un travail sur ce sujet et pas un publi reportage sur une énième fête dans la ville pour dire que tous le monde il est beau, tous le monde il est joli. Passé le seuil de la mairie.. La ville est moche. Vraiment.
je ne suis pas sûre de tout comprendre ms je m'interroge : la délégation à la sécurité a pour seule compétence la gestion de la police municipale ? personnellement j'aurais préféré que la ville n'ait pas eu besoin de recourir à celle ci ... hélas la police n'est pas suffisamment présente. Mais je n'ai jamais entendu Mr Rabahallah s'exprimer lors des nombreuses réunions qui se sont tenues sur les questions de sécurité et du vivre ensemble ....y compris lors de la rencontre avec les quartiers Nord de Saint Denis

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur