À la une En ville

Procès de Jawad Bendaoud
/ L’émotion des parties civiles

Après une première partie marquée par les déclarations surréalistes de Jawad Bendaoud, le procès du Dionysien et des deux autres prévenus, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen, a changé d’ambiance. L’émotion a remplacé les rires des premiers jours.
Bley Bilal Mokono, l'une des nombreuses parties civiles.
Bley Bilal Mokono, l'une des nombreuses parties civiles.

Ce mardi 30 janvier, au 5e jour d’audience dans la 16e chambre correctionnelle du Palais de Justice de Paris, la parole est donnée aux parties civiles des attentats du 13 novembre 2015 ainsi qu’à ceux de l’assaut du Raid du 18 du même mois au 48 rue de la République à Saint-Denis, où étaient logés deux terroristes en fuite. Pendant deux jours, des survivants et des proches des victimes vont se succéder à la barre. En fauteuil roulant, Bley Bilal Mokono a à cœur de rappeler cette gravité aux prévenus. « Il faut que les mecs reconnaissent qu’ils ont détruit des vies, il faut qu’ils assument leurs actes », nous avait-il dit avant le début du procès.

Devant la juge, ce grand bonhomme – 1m95 pour 125 kg – a raconté, ému, le jour où sa vie a basculé. Le 13, ce quadra était au Stade de France avec son fils. Avant d’assister au match France-Allemagne, il fait une pause dans un restaurant pour manger un sandwich. Il y croise deux kamikazes qui se font exploser l’un après l’autre. Il prend peur pour son enfant, qui heureusement est sain et sauf. À ses côtés, un homme, Manuel Dias, est tué. Lui est grièvement blessé. Il n’entend plus de l’oreille gauche. Il ne peut plus marcher. Aujourd’hui, il se déplace en fauteuil.

« Nous sommes des survivants »

Il est venu chercher la « vérité » à ce procès. En écoutant Jawad Bendaoud, celui-ci l’a convaincu. Bilal pense que « Jawad est un imbécile », pas un terroriste. Il demande qu’on le juge en conséquence. Il demande aux trois prévenus « d’assumer » leurs actes en le regardant dans « les yeux ». Eux sont touchés par cette intervention, l’une des rares en leur faveur. Abdallah Saadi, qui a perdu deux sœurs lors des attentats, reste également mesuré : il trouve « louche » que les accusés ne se doutaient de rien, cependant il admet que peut-être ils ne savaient pas. Mais il leur réclame, comme Bilal, de bien se tenir durant le procès : ce n’est ni un « show », ni un « défilé de mode », insiste-t-il.

Les autres proches de victimes ont des mots beaucoup plus durs envers les accusés. Ils sont « des assassins » ou des « salopards ». L’émotion est forte. « Nous sommes des survivants. On vit l’enfer au quotidien. Personne ne peut nous comprendre. Il n’y a que nous qui pouvons comprendre, exprime Patricia Correia, qui a perdu sa fille au Bataclan. Je sais qu’ils ne sont pas coupables des attentats du 13 novembre. Mais ils sont complices d’avoir aidé les assassins de la barbarie. »

« Aujourd’hui, j’ai tout perdu »

Des habitants et des propriétaires du 48 rue de la République sont également venus témoigner. Leandro Mendes raconte le cauchemar qu’il a vécu cette nuit du 18 novembre quand il a été réveillé vers 4 h 30 par l’assaut du Raid. Pendant près de huit heures il est resté allongé chez lui avec sa femme et leurs trois enfants. Le traumatisme est encore vivace. Son récit est entrecoupé de pleurs. « Aujourd’hui, j’ai tout perdu. J’ai perdu mon emploi. Je suis sourd de l’oreille gauche. J’ai énormément d’angoisses, confie-t-il à la cour le mercredi 31 janvier. On n’a pas été reconnu comme des victimes du terrorisme ou de l’attaque policière », continue le père de famille.

La veille, des propriétaires ont témoigné de leurs difficultés à rembourser leurs prêts, se sentant floués par les assureurs, abandonnés par l’État et la Ville de Saint-Denis. Certains ont attaqué la municipalité. L’un d’entre eux s’est insurgé qu’on le présente comme un marchand de sommeil. « Aucun des occupants n’a été abandonné par la mairie, qu’ils soient propriétaires résidants ou locataires », s’est défendue la municipalité dans un communiqué. Certains propriétaires « n’assument pas leurs responsabilités, au mépris des locataires et des autres propriétaires de bonne foi », a-t-elle ajouté.

« Bendaoud est prêt à mentir comme un arracheur de dent »

Après l’émotion des parties civiles, leurs avocats ont ensuite pris le relais jusqu’au vendredi 2 février. Dans leurs plaidoiries, ils ont ciblé, avec plus ou moins de justesse, les incohérences des trois prévenus. Youssef Aït Boulahcen savait-il que sa sœur Hasna était en contact avec leur cousin Abdelhamid Abaoud, le cerveau des attentats du 13 novembre ? Les avocats en sont convaincus. « Il ne fait pas le geste de sauver sa sœur. Il l’a laissé aller à la mort », est persuadé Me Frédérique Giffard. « Vous savez que vous mentez. Vous fuyez la vérité », renchérit Me Jean Reinhart. 

Les avocats pointent aussi les « mensonges » de Mohamed Soumah et de Jawad Bendaoud. Ce dernier « est prêt à mentir comme un arracheur de dent pour éviter le danger le concernant », charge Me Georges Holleaux. L’avocat de la Ville de Saint-Denis, Me Didier Seban, argumente qu’ils sont impliqués dans cette affaire à cause de leurs parcours délinquants et leur « appât du gain ». « La bête immonde du terrorisme se nourrit de gens comme vous », leur lance-t-il.


JUGEMENT LE 14 FEVRIER

Mardi 6 février, le substitut du procureur a requis 4 ans d’emprisonnement contre Mohamed Soumah et Jawad Bendaoud pour recel, sans retenir la qualification de terroriste. Il a été beaucoup plus sévère avec Youssef Aït Boulahcen en demandant la peine maximum pour non-dénonciation de crime, soit 5 ans. « Le plus médiatisé n’était pas le plus dangereux, loin de là », a-t-il exposé au début de son réquisitoire. Il a décrit Youssef Aït Boulahcen comme « un personnage qui fait froid dans le dos ». Selon lui, le prévenu n’a volontairement pas dénoncé les deux terroristes alors  qu’il savait que sa sœur était en train d’aider les fuyards. Le procès touche bientôt à sa fin. L'audience s'est terminée ce mercredi 7 février. Mais contrairement à ce que nous avons écrit dans la version papier, le jugement ne sera pas connu cette semaine. La juge a annoncé qu'elle le prononcera le 14 février. 

Réactions

Il faut dire la vérité aux parties civiles. On s'oriente malheureusement vers un acquittement de Jawad Bendaoud. Car la preuve irréfutable manque de sa connaissance des projets territoristes des personnes auxquelles il louait un appartement le 17 novembre 2015. Pourtant il y existe un indice que les parties civiles devraient exploiter : Abaaoud exigeait un appartement avec une porte ultra blindée. Jawad Bendaoud lui a proposé un premier appartement qu'Abdelhamid Abaaoud a refusé car la porte n'était pas assez blindée. Dés lors comment croire que Bendaoud ignorait le projet terroriste de ses clients ?
@ le JSD - Aucune évocation de la mise en cause directe du Député Stéphane PEU par l'avocat partie civile des résidents du 48 avenue de la République (Maître Mouhou) ?
Les trois accusés de complicité de terrorisme seront libérés (faute de preuves). Dés le mois de mars 2018 Jawad Bendaoud reprendra son commerce de cocaïne/crack rue de la république à Saint-Denis. Les médias le transformeront en star du paysage audiovisuel français. Il sera invité aux JT 20h de TF1 et France 2. Espérons que la ville de Saint-Denis et Plaine Commune Habitat ne mettent pas gratuitement un local à la disposition de Mr Bendaoud pour y recevoir ses clients consommateurs de crack.
hélas rien ne change à l'horizon et si en plus l'auteur des faits est relaxé alors ses pairs auraient tord de se gêner c'est une voie royale que l'on ouvre à ceux qui sévissent en tant que Marchands de sommeil - sans foi ni loi - c'est là qu'il y aurait matière à reconsidérer les textes. Il appert qu'un vide juridique permet de ne pas contrôler ce qui se passe au niveau des copropriétés et quand le vers est dans la pomme Dieu seul sait ce qui peut s'y passer. Des copropriétaires honnêtes se trouvent spoliés de leur bien abandonnés des assurances et des élus... et pour d'autres comme dans l'affaire en question bien pire encore... ce n'est pas en se rejetant la faute qu'on réglera le problème et quoi qu'on en dise ce n'est pas le citoyen lambda qui peut venir à bout de ce système, mais une législation plus pointue plus coercitive sous l'influence des élus démontrant leur intérêt à protéger les propriétaires honnêtes des malfrats infiltrés en ne se cachant derrière leur illégalité à intervenir dans le domaine privé même quand les intéressés les interpelles à cet effet. Enfin c'est juste mon avis et je l'assume.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.