Cultures

Théâtre Gérard-Philipe
/ Kroum, un vent de Russie au TGP

Internationalement connue, la troupe du Théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg donnera une pièce de Hanoch Levin, l'un des plus importants auteurs dramatiques israéliens, mise en scène par Jean Bellorini.

Après le Berliner Ensemble en 2016 (Le Suicidé, de Nicolaï Erdman, mis en scène par Jean Bellorini), après la Comédie Française en septembre 2017 (Vania, d'après Tchekhov, mis en scène par Julie Deliquet), le TGP accueille en ce début 2018 une troisième troupe parmi les plus fameuses au monde. Il s'agit du Théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg (Russie), dit Théâtre national académique Pouchkine, qui présentera du 18 au 28 janvier Kroum, de Hanoch Levin, mis en scène par Jean Bellorini. Fondé en 1756, il s'agit du plus ancien théâtre russe. C'est notamment là que fut créée La Mouette, de Tchekhov, en 1896. Principal théâtre impérial jusqu'en 1917, il abrite une troupe permanente depuis la Révolution d'octobre. C'est dire le poids de l'histoire du théâtre qui accompagne cette institution, dont l'importance aujourd'hui peut être comparée à celle de l'Opéra de Paris, avec ses 800 salariés dont 80 comédiens et dix-huit spectacles à son répertoire joués dans deux salles.

À l'origine de cette rencontre franco-russe se trouve l'ancien directeur de la MC93, Patrick Sommier, aujourd'hui à la tête de l'Art des Nations, dont le projet est de favoriser les échanges culturels, et principalement de théâtre, entre la France, la Russie et la Chine. C'est lui qui a sollicité le directeur du TGP pour monter un spectacle à Saint-Pétersbourg, avec les comédiens de cette troupe russe. « Je ne voulais pas monter un classique français et eux ne voulaient pas d'un auteur russe. Nous nous sommes mis d'accord sur un texte simple, aux répliques courtes, et au thème universel et intemporel, dont l'histoire peut se dérouler n'importe où », raconte Jean Bellorini.

La pièce élue s'intitule donc Kroum, de Hanoch Levin, l'un des plus importants auteurs dramatiques israéliens. Drôle de personnage que ce Kroum, dit L'Ectoplasme. Revenant d'on ne sait où, manifestement en situation d'échec, retrouvant dans un lieu indéfini sa famille, ses anciennes connaissances, tout cela dans une sorte de léthargie générale, il se meut, lui et les autres, dans une sorte d'incapacité à tout, surtout à accomplir ses rêves. « C'est une comédie noire, cynique, sur l'immobilisme, sur l'inaptitude à grandir. Elle a un côté comédie italienne, style Affreux, sales et méchants, d'Ettore Scola, mâtinée d'un zeste de Woody Allen, dont les personnages ratent tout ce qu'ils entreprennent. J'ai voulu faire un spectacle joyeux, festif, grinçant, poursuit le metteur en scène. Et tant qu'on rit, c'est qu'on est vivant ! »

Créé le 8 décembre à Saint-Pétersbourg, Kroum sera joué en russe surtitré en français. Avec un metteur en scène ne parlant pas russe, ni les comédiens français, on imagine que l'affaire ne fut pas des plus simples. Surtout quand on connaît la manière bienveillante de travailler de Jean Bellorini, cherchant en permanence à rendre ses acteurs co-auteurs de ce qu'ils expriment, à mettre en lien sa perception des choses et la leur, à être leur premier spectateur. « L'école russe est à l'inverse, les comédiens se sentent plus “exécutants”, ils sont plus en demande d'indications, témoigne-t-il. Je suis arrivé avec une scénographie claire du spectacle et la complicité de Mathieu Coblentz, de Macha Makeïeff pour les costumes, de Michalis Boliakis pour la musique. Et nous avons eu deux mois de répétitions, avec l'aide d'un interprète qui était de fait une assistante. Il a fallu au début que chacun s'appréhende, fasse connaissance. C'est l'humour qui nous a réunis. » La complicité s'est alors construite et les cultures se sont rejointes pour aboutir à ce spectacle qui s'annonce comme un événement théâtral non seulement dionysien mais bel et bien national.

Benoît Lagarrigue

Kroum, du 18 au 28 janvier au TGP (59, boulevard Jules-Guesde, salle Roger-Blin), du lundi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h 30. Relâche le mardi. Durée : 1 h 45. Spectacle en russe, surtitré en français. Tarifs : 17 € et 28 €. Réservations : 01 48 13 70 00 ; www.theatregerardphilipe.com

Jeudi 18 janvier 2018 (Jour entier) - Dimanche 28 janvier 2018 (Jour entier)

Réactions

Je ne sais si c'est le classement en CDN du TGP qui oblige Jean Bellorini à monter ce type de pièce en russe surtitrée d'un auteur israélien peu connu ! J'ai une double certitude : avec une mise en scène de Bellorini, la pièce sera une réussite ... par contre j'ai hélas bien peur que cette pièce attire peu de dionysiens des quartiers ... mais j'espère me tromper.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur