À la une En ville

Réunion de concertation
/ JOP 2024, le grand scepticisme

Après celle de Plaine Commune en janvier, une nouvelle réunion de concertation était convoquée le 6 mars par la Ville qui a annoncé pour la suite la mise en place d’ateliers thématiques.
Le 6 mars, à l'hôtel de ville, la réunion animée par le maire Laurent Russier.
Le 6 mars, à l'hôtel de ville, la réunion animée par le maire Laurent Russier.

Près de 4 milliards de téléspectateurs, 8 millions de visiteurs, 25 000 journalistes… Et d’ici là 250 000 emplois créés en sept ans. Mais pour qui ? Et que peut tirer d’un tel événement le territoire ? Le mardi 6 mars, les intervenants à la réunion de concertation animée par le maire sur les JOP 2024 ont eu fort à faire pour répondre aux interrogations et aux inquiétudes exprimées par le public. Dans la grande salle de l’hôtel de ville, l’affluence s’élevait ce soir-là à une centaine de personnes. Bien moins qu’à la première réunion convoquée un mois et demi plus tôt par Plaine Commune. Mais les questions plus acérées ont mis en évidence l’écho rencontré par le Comité de vigilance JO 2024 constitué en septembre à Saint-Denis. En particulier à propos du village olympique. Il sera construit par Vinci Immobilier sur le site Universeine où le promoteur s’était vu confier en 2011 un projet urbain adapté en conséquence. 17 000 logements pour les 10 600 athlètes et leur staff. « On en a pour deux ans et demi de travaux, au moins », estime Nicolas Ferrand, directeur général de Solideo, nouvel établissement public en charge de superviser la livraison des équipements olympiques. Le chantier, après les JOP, y reprendra en octobre 2024 afin de livrer un an plus tard 2 300 logements familiaux et 900 studios pour étudiants (à Saint-Denis et L’Île-Saint-Denis). Plus des bureaux, des commerces.

Mais avec Vinci à la maîtrise d’ouvrage, le doute est exprimé par l’assistance sur sa conformité au Plan local d’urbanisme et au Programme local de l’habitat définis par Plaine Commune pour un quartier mixte avec 40% de logements sociaux. « L’application du PLU et du PLH n’est pas négociable », certifie David Proult, maire adjoint à l’urbanisme, et vice-président de Plaine Commune à l’habitat et au foncier. De son côté, l’adjoint en charge des sports, des JOP et de l’emploi, Bally Bagayoko, signale « le vieillissement des équipements sportifs » qui vont être rénovés pour l’occasion. Mais l’enveloppe de 50 millions d’euros, dont 20 alloués par l’État, prévue à cet effet, « ne sera pas suffisante », déplore-t-il en espérant y voir inclus le vélodrome. « Le monde sportif n’a pas été consulté », lui rétorque-t-on dans la salle.

10% des emplois pour le territoire

Les retombées sur l’économie locale vont quant à elles faire l’objet d’une charte dont le maire Laurent Russier admet face au scepticisme ambiant qu’elle « demande un suivi ». Au titre de la clause d’insertion, 10% au moins des emplois devraient être réservés à des habitants du territoire parmi « les plus éloignés de l’emploi ». Et 25% des marchés devraient revenir à des entreprises locales. Notamment dans le domaine de l’économie sociale et solidaire que s’est proposé d’appuyer le Yunus Centre, centre de ressources de Muhammad Yunus, Prix Nobel 2006 pour son action en faveur du micro-crédit.

« On doit lever un milliard d’euros de sponsoring qu’on peut mobiliser pour accompagner les TPE et PME », explique encore Marie Barsacq, directrice Impact & héritage du COJO, Comité d’organisation des Jeux olympiques, qui a pris le relais en janvier du Comité de candidature. CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC, « toutes les organisations syndicales se sont mises autour de la table pour signer une charte sociale. Les syndicats patronaux vont les rejoindre », continue-t-elle en omettant Sud et Solidaires, qui selon leurs propres termes se sont opposés « à cette mascarade » pour garantir les droits des salariés. Notamment sur les chantiers du BTP. « On doit livrer le village olympique le 30 septembre 2023 pour que le COJO le prenne en main et le teste pour en vérifier la conformité avec les normes du CIO », indique le DG de Solideo. Testé pendant neuf mois, le centre aquatique devra être livré dès l’été. La concertation se poursuivra avec des ateliers thématiques organisés avec Plaine Commune, annoncera le maire. Mais sans en fixer l’échéance. 

Réactions

Bonsoir. Ça ne sent pas la grande sérénité... Je n'y étais pas et le compte rendu reflète la non adhésion de la population face aux JO. Ces olympiades seront pour les touristes qui y viendront. Les habitants regarderons les athlètes à la télé car les places seront trop chères. Quand au village olympique... D. PROULT a beau s'égosiller. Quand Vinci parle, il écoutera. Et il fera. Il n'aura pas le choix face aux contraintes de temps. Les emplois... vaste chantage. Il n'y aura rien pour le territoire, ou peut être des miettes. Je rappelle à nos chers élus complices de ce hold up, que les entreprises vont prendre l'argent publique car c'est leur finalité, ce ne sont pas des philanthropes (ils ont le culot de demander des bénévoles alors qu'ils empochent des millions). Enfin, est ce que le CIO s'est soucié de l’après RIO dernièrement??? En aucune des manières Après les nombreux échecs de JO (été comme hiver), les élus sont bien naïfs (ou bien ils cachent bien leurs jeu) de croire à un bilan positif de cet événement.
Les seuls retombées (et c'est déjà pas mal) seront de faire et de partager la fête, d'abandonner pour un mois le climat anxiogène ambiant, de vivre ensemble ... et c'est pour cela uniquement que j'étais pour les J.O. Tout le reste c'est du pipotage olympique. Il y a un article sur le Parisien de ce jour (14/03/2018) où il est déjà annoncé que les coûts des infrastructures de Saint-Denis (piscine / village olympique) seront au mieux multipliés par 2 par rapport aux estimations initiales ... à l'arrivée se sera sûrement multipliés par 5.
Bonjour @Mourad. C'est une déformation professionnel mais je pense toujours au coup d'après et aux conséquences. Les élus se fourvoient dans ce barnum médiatique orchestré par A. HIDALGO. Les JO ont toujours coûté cher et Paris (et Saint Denis) n'y échappera pas. La question est de savoir qui va payer la facture. En général, c'est le contribuable. Et derrière toutes les réductions de budget (école, justice, police, hôpitaux) qui vont gréver le quotidien des habitants. Je me répète. RIO est le parfait exemple. On a fait faire des trucs de riches à des très pauvres. C'est ce qui se passe à Saint Denis. Les habitants veulent des profs pour leurs enfants, des écoles surs, des rues propres, un avenir serein pour leurs enfants. Ils ne veulent pas de stade de foot ou de piscine olympique. Non ils veulent plusieurs piscines sur la ville et des terrains et gymnase en bonne état. Je reprends l'exemple du collège Barbusse... On trouve 500 000 millions d'euros pour les JO (sur 8 ans) mais pas 2 pour lui redonner un petit coup de neuf. Voila pourquoi, je condamne l'imposture de tous les élus de cette majorité indigne. Ils préfèrent l'autre qui vient à celui qui vit et qui souffre dans cette ville.
Bonjour. Je complète les articles concernant cette note. https://www.leparisien.fr/sports/JO/paris-2024/jeux-olympiques-2024-le-rapport-qui-alerte-sur-de-possibles-derapages-budgetaires-13-03-2018-7606731.php Et sur la magazine Challanges https://www.challenges.fr/sport/jo-2024-un-rapport-alerte-sur-des-risques-de-surcouts-importants_573598 Dans ce dernier, je note que les élus (quelques soit la ville) ont des délires architecturaux qui font augmenté la facture... L'état (le grand méchant état) va leurs rappeler à leurs obligations de respect des finances publiques.
C'est bon @Azzedine, Anne Hidalgo a trouvé la solution pour financer les jeux olympiques... Elle supprime les colonies de vacances des enfants d'agent de la ville, donc elle pique aux pauvres pour donner aux riches, la politique libérale prôné par la gauche depuis des années. http://daccgtculture.over-blog.com/2017/10/anne-hidalgo-pique-2-millions-d-euros.html
qu'est ce que l'on entend créer 250000 emplois créés en 7 ans grâce aux jeux olympiques? Les emplois provisoires du type intérim ou CCDs sont ils comptés dans ce nombre? je pense que oui. on est vraiment dans la pure manipulation médiatique pour mieux faire accepter les jeux olympiques aux citoyens lambdas faisant parti de la majorité silencieuse qui ne dit rien mais qui n'en pense pas moins. Il serait plutôt honnête intellectuellement de parler de création d'emplois nets dans la période "après jeux olympiques". je pense que l'on sera plutôt dans fourchette de 500 à 1500 emplois créés pour l'après jeux au lieu des 250000.
En plus ce qui gave dans ce double discours permanent, c'est de gens comme B. BAGAYOKO qui est soit disant de la France insoumise, chantre de l'anti-capitalisme, et qui la se couche pour justifier l'injustifiable. Il voit que les certains habitants souffrent et lui en rajoute une couche. Et le pire, je le voit à des kilomètres, il va demander à des habitants de se mobiliser en tant que bénévoles pour les JO. Non Bally, faut plus déconner. Bénévole pour la Croix rouge, le secours populaire OK mais pas pour les JO. L. RUSSIER et D. PAILLARD, ont sait qu'ils n'ont pas de consistance et qu'ils écoutent la voix de leur maître. Ils feront comme ont leur dit de faire. La ils donnent juste le change pour montrer qu'ils sont la mais ils ne maîtrisent pas grand chose. SOLIDEO et l'état pilote le tout. Ils n'ont aucun pouvoir. S'ils ont du courage, ils bloquent les permis de construire.... mais le courage, ce n'est pas ce qu'ils les caractérise dans leurs mandats.
Bonjour @Azzedine - Bonjour@ Abdel - Nous avons tout de même fait très fort ... Généralement, il est évoqué des dérapages budgétaires après 1 ou 2 ans de travaux ... Là, nous annonçons à minima un doublement des coûts avant le premier coup de pioche ... Moi, je croyais Hidalgo quand elle disait que nous avions recruté les meilleurs experts de la planète pour chiffrer ...
Bonjour @Mourad. J'avais dénoncé les JO avant leurs attributions en disant que de toute façon qu'on dépasserais le budget. Les soutiens de la municipalité ont dit que j'étais un rabat joie... Il y a encore 6 ans devant nous. On est pas au bout des surprises si on découvre un sous sol pollué par exemple... Je dis ça comme ça... le stade de France est juste à coté de la piscine olympique. Et le sous sol du stade a fait l'objet d'une dépollution importante. Je pense que la piscine sera construit intra-muros... Saint Denis va s’asseoir dessus. En plus de la dépollution, il faut payer le terrain à GDF (en difficulté, ils ne feront pas de cadeaux). PS: Depuis un long moment, on entends plus les soutiens de la municipalité sur le JSD... Peut être ont ils eut des indications, ou ils ont vu la "lumière de la réalité de la ville"... Ils ont retrouvé la vue.
@Azzedine - Effectivement cela devient frustrant de ne plus avoir de contradicteurs sur le site du JSD ! Nous sommes 5 à 6 à le faire tourner et donc nous évitons des licenciements internes au JSD ... il va falloir nous rémunérer. Je vais réfléchir à la création d'une association. Je revendique déjà le poste de Trésorier Général ...
Bonjour @Mourad. C'est que les soutiens de la municipalité ne sont plus très nombreux. Une fois qu'ils sont retraités, ils ne restent pas dans la ville. Ils retournent tous en Bretagne ou vers des contrées plus douces. Ils ne sont pas fous les mecs... Ils restent les plus courageux, les plus convaincus mais ils ne sont qu'une poignée.
Bonjour. @Tiv. Une rancœur très forte vous ne pouvez pas imaginer. Mais allez dire aux agents du centre loisirs ce qu'ils en pensent. Peut être qu'ils sont toujours d'accord avec le bon vivre. Et B. BAGAYOKO en tête de cortège pour dénoncer l'insécurité alors qu'il a voté contre toutes les délibérations liées aux problème de sécurité. Si c'est pas le comble du cynisme.
Merci au JSD d'amuser le sieur Dionysien. Et puis si je ne respectais pas la charte... je ne serais tous simplement pas publié. Puisque seul L. RUSSIER, S. PEU, B. BAGAYOKO et P. BRAOUEZEC ont le droit parler, je remercie le JSD (que le contribuable de ville paie) me donne aussi la parole.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.