Cultures

Galerie HCE
/ Internationale Fragility

La galerie HCE accueille dans ses murs les dessins autour d’un thème universel, celui de la fragilité de l’homme contemporain. Fragility, nom de l’exposition en question, réunit jusqu’au 3 avril douze artistes à l’envergure internationale, dont certains ont déjà exposé à la galerie dionysienne comme le Congolais Gastineau Massamba, le Japonais Eizo Sakata ou encore le Bissau-guinéen Nu Barreto. « Le style de Nu Barreto a beaucoup évolué, son œuvre prend plus de place dans l’espace. Il a mis de la couleur, il y a la présence de corps, d’éléments de nature… C’est un peu plus ordonné même s’il laisse volontairement des choses moins distinctes », commente le galériste Georges Quidet devant l’œuvre bariolée de Barreto. Sur le papier, les traits suggèrent des corps décharnés, recomposés, asexués qui semblent souffrir. « Ça vient de ce que la société et l’Homme me renvoient, confie l’artiste. J’aime dire que nous ne sommes pas des êtres humains, nous sommes des êtres à humaniser. On est dans des postures sélectives, l’homme est un être humain quand ça l’arrange. Un animal tue pour manger mais il ne sait pas maltraiter. L’homme sait le faire. »

La fragilité de l’enfance est abordée aussi à travers les figures enfantines de Leslie Amine. « C’est au niveau du traitement que la fragilité opère, il y a comme une forme de disparition, mes figures se fondent dans le décor, décrit la jeune artiste franco-béninoise. J’utilise une palette assez restreinte. Je travaille les contrastes pour donner des couleurs électriques et saturées. » Ces souvenirs volatiles se figent autour de palmiers, éléments récurrents dans l’œuvre de Leslie Amine et qui cristallisent ici un imaginaire exotique invoqué par l’auteure.

Gastineau Massamba, très investi dans l’expo, refuse l’étiquette de « curateur », ces têtes chercheuses qui sillonnent le monde à la recherche de nouvelles tendances. Massamba, lui, voit dans ce métier un moyen supplémentaire de renforcer la spéculation autour de l’art contemporain. « Les curateurs ont tendance à imposer leur vision des choses, leurs concepts… Moi j’ai juste proposé le sujet de la fragilité, mon rôle s’arrête là, explique-t-il.C’est une exposition manifeste. Les curateurs sont très liés avec les collectionneurs, ils imposent leur diktat et les artistes ne peuvent rien dire. Il y a beaucoup de blanchiment d’argent, de spéculation et de copinage dans ce milieu. Je crois que les artistes se laissent trop facilement manipuler par les curateurs, ils perdent un peu de liberté. »

MLo

 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.